CQFD Mensuel de critique et d'expérimentation sociales, en kiosque le premier vendredi du mois (4 €)

En dépit des déclarations socialisantes d’un Macron plus hypocrite que jamais, le néolibéralisme, touché mais pas coulé, est déjà repassé à l’offensive. Quelles nouvelles formes prendra-t-il ? Peut-on espérer infléchir l’histoire ? Trois chercheurs critiques font leur pronostic.


De nombreuses personnes entendent des voix intérieures, parfois très cruelles. Fréquemment assimilée à une maladie mentale, cette expérience peut facilement envoyer en psychiatrie, où le traitement est souvent chimique et destructeur. D’autres approches existent pourtant, défendues à travers le monde par diverses organisations d’entendeurs de voix. Zoom, ici même, sur la démarche des Britanniques Ron Coleman et Karen Taylor, qui estiment que plutôt que chercher à tout prix à annihiler ses voix, mieux vaut entamer le dialogue avec elles pour trouver un arrangement vivable.


Parce que les expériences dites « psychotiques » (perception de voix, visions, paranoïa...) sont considérées comme des symptômes de maladie, les personnes qui les vivent sont généralement incitées à tenter de les éradiquer. À l’inverse, au sein du REV (Réseau français sur l’entente de voix), chacun·e est invité·e à s’en accommoder et à les explorer pour en découvrir la signification. Voici le décryptage de Yann Derobert, membre fondateur et secrétaire de l’association.


Occupé par le Maroc depuis 1975, le Sahara occidental est, selon l’ONU, le dernier territoire à décoloniser en Afrique. Pour imposer sa souveraineté contestée, le royaume use de la stratégie du fait accompli en militarisant et en peuplant la zone, tout en exploitant illégalement les ressources naturelles. Celles et ceux qui luttent contre cette colonisation s’exposent à des violences policières systématiques et à de lourdes peines de prison, ce qui les pousse parfois à l’exil. C’est le cas de Fatimatou Iaazza, militante indépendantiste sahraouie, arrivée en France à la mi-mars.


Misère et survivance de l’antiféminisme et du masculinisme
Antiféministe, tu perds ton sang froid

paru dans CQFD n°184 (février 2020), par Lucile Dumont

La persistance de discours antiféministes et masculinistes prouverait en creux la force de frappe du mouvement féministe. Ils seraient une forme de backlash [1], de retour de bâton, face aux victoires émancipatrices. Las, les choses sont plus complexes et plus graves que cela. En France, au Canada et ailleurs, ça fait belle lurette que des antiféminismes et masculinismes de tout bord politique cherchent à dresser des barrages aux combats féministes. Ils sont l’expression politique du sexisme et de la misogynie ordinaires. Radioscopie.


Alors que le monde se confine, des centaines de milliers d’exilé·es sont toujours pris au piège en Libye, où la guerre s’est intensifiée en avril. Pour fuir cet enfer, les traversées se poursuivent en Méditerranée centrale. Mais Malte et l’Italie ont fermé leurs ports sous prétexte sanitaire, et les secours restent à quai.




Syrie : contre l’oubli et tous les despotismes
Les disparus de Douma

paru dans CQFD n°187 (mai 2020), par Mathieu Léonard, Oum Ziad

Le 31 janvier, Majdi Nema a été arrêté à Marseille. Ce Syrien y était domicilié avec un visa en règle dans le cadre d’un programme universitaire. Sous le pseudonyme d’Islam Alloush, l’homme de 31 ans avait été, jusqu’en 2016, le porte-parole de Jaych al-Islam, principal groupe rebelle de la Ghouta orientale, dans la banlieue de Damas. L’organisation est soupçonnée, entre autres, de l’enlèvement de quatre militants des droits humains. Au-delà de l’implication de Nema – qui reste à prouver – dans cette disparition forcée, son arrestation constitue une étape dans l’épineux combat contre l’impunité des crimes commis en Syrie, qu’ils soient le fait du régime ou des factions rebelles.


Antisémitisme et islamophobie, lecture comparée
De Drumont à Zemmour, le fond de commerce de la haine

paru dans CQFD n°182 (décembre 2019), par Jean-Baptiste Legars

On s’en doutait : Éric Zemmour utilise les mêmes arguties que l’antisémitisme notoire du XIXe siècle Édouard Drumont. L’historien Gérard Noiriel en fait la démonstration dans son livre Le Venin dans la plume – Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République.


En couverture : « Sous le Covid, la rage » (illustré par Marine Summercity).

- En ces temps de confinement, les articles de l’actualité la plus mouvante seront mis en ligne dans les prochains jours. Les autres seront archivés sur notre site progressivement.

- Même avant le 11 mai, le journal papier est disponible chez de nombreux marchands de journaux restés ouverts (...)

Tommy {JPEG}



Impossible d’aller chercher le dernier CQFD en kiosque ? Ce mois-ci encore, vous pouvez exceptionnellement l’acheter à prix libre en PDF. Écrivez-nous à cqfdenpdf@protonmail.com et on vous l’envoie par mail avec un lien vers notre cagnotte en ligne.





@CQFDjournal sur Twitter CQFD Mensuel sur Facebook @CQFD sur SeenThis
S'abonner au journal papier par carte bancaire
Articles en ligne à prix libre

Don Paypal






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage classique