CQFD

En couverture : « Un chat mignon fait-il vendre plus de journaux ? » (illustration : Cécile K.)

Quelques articles seront mis en ligne au cours du mois. Les autres seront archivés sur notre site progressivement, après la parution du prochain numéro. Ce qui vous laisse tout le temps d’aller saluer votre kiosquier ou de vous abonner...

Actualités d’ici et d’ailleurs

- Les associations face à la répression – Au niveau local comme national, les élus ne reculent devant rien pour faire taire les associations et les collectifs qui les dérangent : stigmatisation, coupe de subventions, voire procès et interventions policières. Des techniques disséquées par l’Observatoire des libertés associatives dans son premier rapport.

- Perpignan, ville en morceaux – Sitôt élu, le nouveau maire RN de Perpignan a commencé à imprimer (...)



Par Soulcié {JPEG}



Une chose est sûre : le jour où le destin des Ricains reposera entre les mains de CQFD, ils retrouveront le droit de rêver. Le récit de notre propre élection US.

Lundi de bouclage, 15 h. L’heure est grave, les regards tendus, les trognes atrabilaires. Notre attachée de presse Sam vient d’ouvrir l’urne (un vieux cubi de rouge) contenant les bulletins de vote et chacun de nous en a conscience : le moment est historique. Qui sera le prochain président des USA ? On va vite le savoir, nom d’un yankee.

Alors que les vrais résultats seront annoncés après l’impression de ce numéro, on est une vingtaine à avoir participé au vote alternatif de CQFD, chacun optant pour deux favoris. Avec l’idée que, bordel, on ne va pas avoir de mal à trouver mieux que Trump ou Biden. Un pressentiment qui se confirme vite. Le dépouillement se déroulant sous le regard de deux scrutateurs officiels montre en effet une tendance certaine à renouveler la classe politique. Premier bulletin : « Bruce Willis / Beyoncé ». Deuxième : « Laura Ingalls / Alexandria Ocasio-Cortez ». Troisième : « Le chat de Fat Freddy / Woodstock (oiseau de Charlie Brown) ». Sortent également de l’urne Patti Smith, Peter Pan, Scoubidou, Michael Jackson, Rihanna, un bouchon de liège et une photo de notre secrétaire de rédaction en affriolante veste léopard. Belle brochette.

Le hic : certains d’entre nous, que je ne nommerai pas (Cécile et Clair), ont profité d’un certain relâchement éthylique pour bourrer l’urne de bulletins à la gloire de leurs favoris. Le stratagème ayant piteusement fait pschitt, une commission de conciliation présidée par le juge de paix Iffik parvient à ramener le calme au local, après une situation de quasi guerre civile. Les résultats sont alors proclamés, après écoute religieuse du « Born in the USA » de Springsteen.

Est élue présidente des États-Unis Angela Davis, infatigable combattante des droits civiques et égérie d’un féminisme révolutionnaire tout ce qu’il y a de plus punchy.

Est désigné vice-président (...)




La légende de la « pétroleuse » a été inventée durant la Commune de Paris pour stigmatiser les femmes combattantes, mais aussi toutes celles qui n’entraient pas dans l’imaginaire étriqué de ce que devait être une femme. La pratique de stigmatisation n’a pas changé, mais l’expression « pétroleuse » désigne aujourd’hui le courage des femmes. Voilà que la fake news s’est retournée contre ses inventeurs.

D.R. {JPEG}

« Elle boirait le sang de sa propre mère dans le crâne du dernier de ses enfants. »

Jean de la Brenne, La femme politique (1875)

***

Ils avaient déjà tenté le coup en 1789 avec les tricoteuses, sobriquet donné aux femmes (alors dépourvues de droits politiques) qui participaient aux houleux débats révolutionnaires. Jugées trop (...)


Le « Pibe de Oro » est décédé
Maradona : « Dieu et le diable »

paru dans De l’autre côté du papier, par Mickael Correia

Né le 30 octobre 1960 dans un bidonville de Buenos Aires, Diego Armando Maradona, au-delà d’avoir été un des plus grands génies du football, incarne aux yeux du peuple argentin le pibe, l’enfant malicieux des rues qui, pour survivre, doit ruser voire voler. Et quand il débarque en 1984 pour jouer à Naples, il devient l’objet d’un culte religieux populaire après ses exploits footballistiques qui redorent le blason de la cité déshéritée et stigmatisée du Sud de l’Italie.

Alors que la presse argentine annonce le décès de Maradona, CQFD republie dans leur intégralité les pages consacrées au « Pibe de Oro » du livre Une Histoire populaire du Football (La Découverte, 2018) où notre camarade Mickaël Correia revient sur la dimension populaire du footballeur et in fine sa portée éminemment politique.

JPEG

« Et un beau jour la déesse du vent baise le pied de l’homme, ce pied maltraité, méprisé, et de ce baiser naît l’idole du football. »

(Eduardo Galeano, Le Football, ombre et lumière, 1998.)

***

« J’ai grandi dans un quartier privé de Buenos Aires… privé d’eau, d’électricité et de téléphone », s’amuse Diego Armando (...)


Le surgissement du « Ahou ahou ahou »
Gilets jaunes : bilan avant reprise ?

paru dans CQFD n°191 (octobre 2020), par Emilien Bernard

Avec La Révolte des Gilets jaunes, le collectif Ahou ahou ahou livre une analyse claire et résolument engagée d’une révolte surgie il y a moins de deux ans, si explosive et inattendue qu’elle a fait vaciller le pouvoir et remis en cause beaucoup de certitudes en matière de luttes sociales. De quoi s’armer pour la prochaine ?

Photo Serge D'Ignazio {JPEG}

« Est-ce que les Gilets jaunes vont réussir à changer la vie ? Une infirmière, songeuse : “En tout cas ils ont changé ma vie.” »

(Le Monde, décembre 2018)

***

À la lecture des premiers chapitres, cette étrange sensation : la distance. Comme si les faits exposés remontaient à une bonne décennie. Comme s’ils étaient inimaginables (...)


Dans Les Empoisonneurs, Sébastien Fontenelle montre notamment comment les éditocrates réactionnaires minorent l’antisémitisme issu de leur rang, alors qu’ils mettent régulièrement en exergue celui exprimé par certains musulmans. Un autre avatar de l’islamophobie.

D.R. {JPEG}

Il existe deux sortes de lecteurs : ceux qui ont déjà ouvert un livre de Sébastien Fontenelle, et les autres. Pour ces derniers, c’est très simple : qu’ils ne s’embarrassent pas des lignes qui suivent, et foncent se procurer ses bouquins. Quant aux premiers, on leur conseille de poursuivre cette lecture – avant de se rendre à la (...)


Photographe des grèves et des luttes, des usines et des bidonvilles, Georges Azenstarck a disparu début septembre. Multipliant les clichés pour L’Humanité, La Vie ouvrière ou encore l’agence Rapho, il avait aussi immortalisé l’ineffaçable : le massacre d’Algériens du 17 octobre 1961 à Paris. Ces dernières années à Marseille, un camarade de route de CQFD l’avait fréquenté. Souvenirs.

Photo Georges Azenstarck {JPEG}

Georges a un petit-fils dans la classe de ma fille. Son père, Ben, me choppe un jour pour me dire que son père a moulon de photos qu’il pourrait passer à CQFD : « Des cartons de photos de manifs surtout. » L’aubaine pour moi qui vendais encore le canard à la criée en manif. Un jour, je file dans son grand appart des allées Gambetta et (...)


Depuis le 9 juillet dernier, Jean-Marc Rouillan est en détention, à domicile, pour « apologie de terrorisme » et pourrait bientôt terminer sa peine en milieu fermé suite à une demande du Parquet antiterroriste. En réaction, un appel tourne, auquel on a évidemment décidé de s’associer.

Depuis le 9 juillet dernier, Jean-Marc Rouillan est en détention à domicile. Il accomplit actuellement une peine de huit mois fermes pour « apologie de terrorisme ».

Alors qu’il ne lui reste que quelques semaines avant de terminer sa condamnation, le Parquet anti-terroriste demande son incarcération en milieu fermé. La décision définitive (...)


A Marseille, il y a un café-librairie associatif cher au cœur du Chien Rouge : Manifesten. Tanqué à deux pas de la Plaine, à l’angle de la rue Thiers et de celle du Loisir – tout un programme ! – il tourne en partie grâce à l’implication de plusieurs membres de la rédaction de CQFD. Depuis février 2016, il a accueilli la (...)


Dans son livre Propagande – La manipulation de masse dans le monde contemporain, l’historien David Colon relate plus d’un siècle de persuasion publicitaire et politique. Avec cet inquiétant constat : au fil du temps, les techniques des propagandistes se sont tellement perfectionnées qu’il est de plus en plus difficile d’y échapper. Entretien.

Par Antonin Malchiodi {JPEG}

La propagande n’est pas née de la dernière pluie. En 1792 déjà, le ministère de l’Intérieur créait un « Bureau de l’esprit public » chargé de répandre les idées révolutionnaires. Deux siècles plus tôt, un pape fondait la Congrégation pour la propagation de la foi (Congregatio de Propaganda Fide), organisme doté (...)


Exilé·es en Méditerranée
Le naufrage moral de l’Europe

paru dans CQFD n°191 (octobre 2020), par Fall Amzer, illustré par

La Méditerranée centrale a connu un nouvel été de cauchemar, rythmé par d’incessants naufrages de bateaux d’exilé·es en route pour l’Europe. Analyse cartographique de la situation, publiée dans notre numéro d’octobre mais plus que jamais d’actualité.

Alors que la saison estivale est propice aux tentatives de traversées de la Méditerranée, de longues périodes sans aucun navire de sauvetage sur zone se sont succédé ces derniers mois. En cause, les mesures de rétorsion des États européens, prenant prétexte de la pandémie pour ne pas remplir leurs devoirs en matière de secours (...)



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage pour mobiles