CQFD

Abdelaziz, Nasser, Didier et Arnaud ont été arrêtés suite à l’acte VIII des Gilets jaunes à Perpignan. Le 5 janvier, manifestants et policiers s’étaient affrontés devant le palais de justice [4]. Condamnés comme les autres à de la prison ferme, Abdelaziz et Nasser reviennent aujourd’hui sur cette séquence répressive.

Par Mortimer {JPEG}

Abdelaziz est un boute-en-train. Une face bien pleine, des yeux rieurs. En décembre dernier, quand les condés ont repoussé les Gilets jaunes du péage sud de Perpignan, il a été le premier à faire la chèvre : « Beh beh Beh ! » un bêlement rapidement repris par le troupeau jaune. Rigolade générale. Surtout quand les casqués se sont pris leur propre gaz dans la poire à cause de la tramontane. Mais le 10 janvier, fini de rigoler.

Au petit matin, les flics viennent le cueillir à domicile. Ils le menottent devant ses gosses. Cherchent partout dans son appartement le mégaphone dont il se sert en manif’. En vain. « Et le gilet jaune, il est où ? », gueule un flic énervé. « Mais monsieur, il n’y a pas de gilet jaune ici, il (...)



Par Nicolas de la Casinière {JPEG}



En couverture : « Tous en prison » (illustré par Vincent Croguennec).

Quelques articles seront mis en ligne au cours du mois. Les autres seront archivés sur notre site progressivement, après la parution du prochain numéro. Ce qui te laisse tout le temps d’aller saluer ton kiosquier ou de t’abonner...

Actualités

Elles grèvaient d’un autre monde – Femmes de chambres : une grève quatre étoiles À Marseille, les hôtels de luxe poussent et les travailleuses souffrent. Mais elles résistent : ces dernières années, les grèves de femmes de chambre se succèdent. Celle lancée le 11 avril par onze employées du NH Hôtel, exploitées par le sous-traitant Elior, est exceptionnelle par sa durée et par la surdité de l’employeur. Syndiquées à la CNT-SO, les grévistes voient les soutiens affluer. Mais la police est également de la partie.

Knauf votre respect – Moselle : l’isolant de la discorde À Illange, une usine, appartenant au géant Knauf Insulation et spécialisée dans cet isolant qu’est la laine de roche, a été imposée aux habitants à grand renfort de discours sur l’emploi (des postes) et l’environnement (de l’écolo). Une double arnaque, dénoncée par des militants locaux.

Aux prud’hommes d’Arles – Des exploitées pas si « détachées » Le 16 mai, les prud’hommes d’Arles jugeaient – avec détachement ? – les abus de l’agence d’intérim espagnole Laboral Terra et de huit employeurs du sud-est de la France. Sur dénonciation de cinq ouvriers agricoles marocains, dont trois femmes. Compte-rendu.

Les complicités d’un génocide – La France au Rwanda, 25 ans d’impunité Entre avril et juillet 1994, le génocide des Tutsis a fait entre 800 000 et un million de victimes. Il s’est accompagné du massacre de Hutus opposés à cette extermination. En soutenant les auteurs du génocide, les autorités politiques et militaires françaises se sont rendues complices de ce crime. (...)




Prisons - Mordez la main qui vous nourrit
Genepi : les dessous d’une punition

paru dans CQFD n°177 (juin 2019), par Tiphaine Guéret, illustré par

Si à l’automne dernier, l’Administration pénitentiaire a mis fin au partenariat qui la liait au Genepi, c’est parce que les prises de position critiques de l’association la contrariaient. C’est en tous cas ce que révèle une note interne que nous nous sommes procurée.

Par Emilie Seto {JPEG}

Le 29 octobre dernier, Nicole Belloubet, garde des Sceaux, annonçait la fin du partenariat historique qui liait, depuis plus de quarante ans, la direction de l’Administration pénitentiaire (DAP) à l’association Genepi, qui intervient en prison au nom de la lutte pour le décloisonnement des institutions carcérales. Une décision aux (...)


Bavardage autour d’une notion souveraine
La Commune, « pivot de la vie sociale future » ?

paru dans CQFD n°174 (mars 2019), par Mathieu Léonard, illustré par

« Submergée par l’État-nation urbanisé et vouée au capitalisme, la cité [...] abrite la mémoire d’une liberté perdue, de l’autogestion d’antan, de la liberté civique d’autrefois pour laquelle les opprimés ont lutté pendant des siècles de développement social [8] », écrit Janet Bielh, continuatrice de l’œuvre de Murray Bookchin [9]. Pour évoquer l’expérience communaliste, ses perspectives et ses impasses, CQFD propose ne discussion croisée avec l’historienne libertaire Marianne Enckell et le sociologue Pierre Sauvêtre [10].

Par Marine Summercity {JPEG}

Mathieu Léonard (CQFD) : « En conclusion de leur ouvrage L’Ombre d’Octobre (Lux, 2017), Pierre Dardot et Christian Laval enterrent l’idée du communisme d’État et invitent à un “mouvement de coordination démocratique des communs politiques municipaux”. Relayant la pensée de Murray Boockchin, ils rappellent que “la commune est le (...)


La couverture du livre "Burning country" de Leila al-Shami et Robin Yassin-Kassab, paru aux éditions L'Échappée. {JPEG}

Que reste-t-il du 2011 syrien, de cet élan vital qui a jeté tant de révoltés dans les rues ? une montagne de cendres, si vertigineuse que son ombre menace d’en effacer le souvenir, les vainqueurs ayant réécrit l’histoire au lance-flamme. C’est contre cette amnésie que se dressent les auteurs de Burning country [1], tableau (...)


En 2008, Jean-Louis Fournier osait avec Où on va, Papa ? la fausse autobiographie d’un père dont les deux enfants sont handicapés. L’auteur se risquait à écrire ce qu’on ne peut dire, la poisse de vivre avec des mômes inadaptés à une vie adulte. Le fardeau se décharge avec son humour sans limite. On peut rire de sa malchance. (...)


Dossier « Un peu de l’âme des bistrots »
Défi brestois : une rando de caractère

paru dans CQFD n°148 (novembre 2016), par Bruno Dante

Récit d’une « randonnée pédestre brestoise, à la découverte d’un patrimoine limonadier de caractère ». Une piste bretonne, en d’autres termes.

La Une du n°148 de CQFD {JPEG}

Le Brest du début des années 2000 possédait plus de 370 débits de boisson, ce qui maintenait encore bien vivant l’adage local pour une année brestoise « 1 bar par jour ! ». Depuis, en quinze ans, le constat est tout autre. L’infâmante « requalification urbaine » est passée par là. Guerre ouverte contre la vie populaire avec son (...)


Contre Euralille. Jusque dans son titre, le livre récemment sorti aux éditions Les Étaques par Antonio Delfini et Rafaël Snoriguzzi (confrères de presse indépendante au canard lillois La Brique) ne s’embarrasse pas de faux-semblants. Mais en s’attaquant à la sulfateuse au troisième plus grand centre d’affaires français, c’est surtout l’idéologie métropolitaine qu’ils dénoncent. À Lille comme ailleurs, elle massacre la ville. Démonstration.

Par Victor {JPEG}

Cet entretien est la version allongée d’une interview publiée dans le numéro 177 de CQFD, en kiosques tout le mois de juin.
***

Concrètement, ça ressemble à quoi Euralille ? C’est un lieu où il vous arrive de passer ?

« Ça ressemble à un quartier d’affaires moche comme il en pousse un peu partout depuis quarante ans. Un assemblage (...)


Une grève peut en cacher une autre
La révolte des sans-gants

paru dans CQFD n°176 (mai 2019), par Marie Causse

Dans la métropole lyonnaise, un conflit de plusieurs semaines vient d’opposer les éboueurs à leurs patrons du public et du privé. Retour sur une grève en deux temps, qui éclaire sur les conséquences néfastes des délégations de service public.

En mars 2012, les éboueurs employés du public se sont mis en grève quand la Métropole a attribué le ramassage des ordures de Lyon et Villeurbanne à deux sociétés privées : Sita et Pizzorno. Les travailleurs craignaient pour leurs conditions de travail car, comme le souhaitait le maire Gérard Collomb, la délégation partielle de service (...)


Dossier « Quand la musique cogne »
Femmes du jazz

paru dans CQFD n°150 (janvier 2017), par Ferdinand Cazalis, illustré par

La lecture, en tant qu’homme, de Femmes du jazz – Musicalités, féminités, marginalisations [3] de la sociologue Marie Buscatto vous apprend des choses sur le milieu du jazz français – aussi. On y apprend surtout sur soi, homme hors du jazz. Sur les barrières qu’on impose sans y penser, les violences qu’on exerce par habitude.

Par Caroline Sury {JPEG}

***
« Je l’ai dit souvent et je le répète : “Où sont mes sœurs ?” »
Joëlle Léandre, contrebassiste [1]
***

Le point de départ de Marie Buscatto pourrait suffire : dans le monde du jazz professionnel, de cette musique que l’on penserait plus libre que d’autres, seulement 8 % de femmes. Avec « une double ségrégation ». 1) horizontale (...)



Elles grèvaient d’un autre monde
Femmes de chambres : une grève quatre étoiles

paru dans CQFD n°177 (juin 2019), par Margaux Wartelle, illustré par

À Marseille, les hôtels de luxe poussent et les travailleuses souffrent. Mais elles résistent : ces dernières années, les grèves de femmes de chambre se succèdent. Celle lancée le 11 avril par onze employées du NH Hôtel, exploitées par le sous-traitant Elior, est exceptionnelle par sa durée et par la surdité de l’employeur. Syndiquées à la CNT-SO, les grévistes voient les soutiens affluer. Mais la police est également de la partie.

Par Marine Summercity {JPEG}

« On ne fait pas cinquante jours de grève pour obtenir des bouteilles d’eau et des bonjours le matin. » Non. Si les onze femmes de chambre du NH Hôtel de Marseille continuent leur combat, c’est certes parce que depuis le changement de sous-traitant en décembre dernier, les conditions de travail se sont détériorées, et parce que nombre (...)



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts