CQFD

Edito et sommaire du n°168


paru dans CQFD n°168 (septembre 2018), rubrique , rubrique , par Iffik Le Guen, l’équipe de CQFD, illustré par , illustré par , illustré par
mis en ligne le 07/09/2018 - commentaires

En kiosque !

En une : "Hospitalité : du délit au défi..." par Vincent Croguennec.

Édito : Lobby-Wan Kenobi et le côté obscur de la force

Après la démission de Nicolas Hulot, la ritournelle médiatique sur « l’homme idéaliste face aux puissants lobbys » a comme un arrière-goût frelaté. Certains oublient un peu vite qu’on pouvait difficilement faire confiance au ministre de la Transition écologique et solidaire sur des dossiers aussi brûlants que l’EPR de Flamanville ou l’arrêt de la centrale de Fessenheim, alors que la Fondation Hulot est grassement soutenue par EDF. Et que dire du recyclage des déchets, une des priorités de son ministère, quand Veolia siège au conseil d’administration de la fondation tout en lui déversant 200 000 € par an ? Sûrement une broutille pour Nicolas Hulot, dont l’émission télé a été longtemps sponsorisée par le sinistre chimiquier Rhône-Poulenc...

Thierry Coste, le fameux lobbyiste pro-chasse à l’origine du départ de Nicolas Hulot, se targuait il y a peu dans les pages de Libération d’être ami avec le Président : « On plaisante, c’est cool. Nous voir comme ça, je pense que ça a déstabilisé Hulot. Était-il jaloux ? Peut-être. » Un ministre intimement lié à des multinationales pollueuses et un chasseur qui se définit comme « un véritable mercenaire » se tirant la bourre pour convaincre l’omnipotent Macron. Telle est la triste réalité de l’écologie dans les couloirs ministériels.

La démission de Hulot met ainsi en lumière tout un pan lugubre de la Macronie. L’infiltration des pires prédateurs de l’environnement dans chaque recoin des arcanes du pouvoir. On découvre ainsi qu’un Thierry Coste peut s’inviter à une réunion sur la chasse sans même que le ministre en charge de l’Environnement ne soit au courant. En mai, c’est la députée Delphine Batho qui apprenait que son amendement contre le glyphosate avait été transmis à l’industrie phytosanitaire 90 heures avant de l’être aux députés. Et on ne doit pas non plus oublier qu’Audrey Bourolleau, la conseillère agricole du président, est une ex-lobbyiste notoire de la viticulture industrielle.

Libéré des chaînes de son mandat, Nicolas Hulot combattra-t-il désormais vent debout la puissance obscure du lobbying pour sauver la planète ? Que Macron se rassure. Au moment de claquer la porte en direct à la radio, le chantre de l’écologie Ushuaïa® a souligné qu’il éprouvait malgré tout « une immense amitié pour ce gouvernement ». Dès le lendemain, Thierry Coste, le braconnier qui murmurait déjà à l’oreille de Sarko et Hollande, déclarait pour sa part : « Macron, il aime bien les lobbys, il assume. »

Dossier : Hospitalité : Du délit au défi

Le 3 septembre, jour du bouclage de ce numéro, une procédure spécifique pour les demandes d’asile en Guyane, réduisant les délais de dépôt des dossiers à 7 jours, est expérimentée. Promise par Macron et destinée à dissuader les migrants haïtiens de chercher refuge dans ce département d’Outre-mer, la mesure pourrait nourrir dans deux ans une mouture encore plus répressive de la loi sur l’asile et l’immigration adoptée le 1er août (lire p.IX).

En Allemagne, c’est Dupont-Lajoie à Chemnitz. Après la mort d’un homme de 35 ans qui aurait été tué à coups de couteau par un réfugié irakien en marge d’une fête locale, des chasses à l’étranger et des heurts entre néonazes, antifas et police se sont enchaînés depuis le 26 août.

Même ambiance glauque en Italie, où une trentaine de cas de violences ou de tirs à caractère raciste (dont deux mortels) ont été recensés depuis l’accession au pouvoir, début juin, du gouvernement formé par l’extrême droite et le Mouvement Cinq Étoiles. Dans l’esprit du populo péninsulaire frappé par un profond malaise social, les slogans visant à faire passer les Italiens avant les migrants font des ravages. Et pas seulement dans les sondages. Victime collatérale de cette politique de la peur et du bouc-émissaire, l’expérience d’accueil des réfugiés dans le village calabrais de Riace ne sera plus financée par des fonds publics. Jusque -là, ils bénéficiaient d’un programme d’insertion prévoyant une allocation de 35 euros par jour et par personne, et incluant l’enseignement de l’Italien, pour les adultes, et la scolarisation des enfants. Depuis 1998, date à laquelle une embarcation avec 200 Kurdes à son bord s’est échouée sur la côte, le village a échappé à la disparition et a même vu sa population doubler. La preuve qu’une véritable politique de l’hospitalité fondée sur des dispositifs d’accueil durable peut être mise en place à moindres frais et même participer à la renaissance de certains territoires.

Par Baptiste Alchourroun. {JPEG}

Pourtant l’étymologie nous renseigne sur l’ambivalence de la notion d’hospitalité. Le latin hostis renvoie aussi bien à l’ennemi qu’à l’hôte. Sans doute les intentions de celui qui arrive sont difficiles à déchiffrer ? Amicales ou hostiles ? À l’origine, l’hospitalité passe par de multiples artifices ritualisés permettant d’aménager un seuil ou un sas dans lequel l’étrange étranger est placé entre inclusion et exclusion, un espace-temps à la fois provisoire et incertain. Ici, la société d’accueil soumet l’autre à ses codes pour minimiser le risque qu’il représente.

L’évolution historique de la notion est également riche d’enseignements. La façon dont Athènes et Rome conçoivent l’hospitalité n’est pas si éloignée des débats qui agitent nos sociétés. D’un côté, la communauté politique athénienne, définie une fois pour toute, ne peut « intégrer » l’étranger en son sein sans risquer de se dissoudre. Il doit rester pour toujours un métèque. De l’autre, la citoyenneté romaine est plus plastique en absorbant les éléments extérieurs tout en gardant intact l’essentiel de ce qui fonde la communauté.

La pensée chrétienne de l’hospitalité va grandement participer à la dépolitisation du concept et le précipiter dans le seul champ de l’éthique. Les « gentils » (chrétiens) qui accueillent de manière inconditionnelle font face aux « méchants » (mécréants) qui gardent l’huis clos. Une impasse.

Au Moyen-Âge, il y a aussi des façons très intéressées de concevoir l’hospitalité, qui ne sont pas sans rappeler le discours sarkozyste sur l’immigration choisie (droit d’aubaine) ou les pratiques commerciales de certaines plate-formes monnayant « l’accueil » des touristes (« hostellerie »).

Le siècle des Lumières formalise le droit de tous à la mobilité et au séjour dans une vision très cosmopolite. Cela permettra à l’américain Thomas Paine de devenir citoyen français et député du Pas-de-Calais en 1792. On retrouvera cet héritage dans les grands textes du droit international : la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 énonce ainsi que « toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État ».

N’oublions pas néanmoins que ce cosmopolitisme du XVIIIe légitimera les entreprises coloniales et impériales des civilisés contre les sauvages. Se pose aussi la question de la hiérarchisation des races : tous les étrangers ne le sont pas de la même façon. Comment expliquer autrement le fossé entre l’unanimisme politique et institutionnel (l’État enverra même des avions) dans l’accueil des 130 000 boat people vietnamiens, cambodgiens et laotiens en 1979 et l’indifférence voire l’hostilité actuelles face à ceux qui se noient dans la Méditerranée ? Il est vrai qu’à cette époque le chômage était inférieur à 5 % et la concurrence de tous contre tous instituée par la division du travail à l’échelle mondiale pas encore aussi aiguisée. On peut y voir aussi la validation d’une formule de l’historien de l’immigration Gérard Noiriel : « En période d’incertitude tout particulièrement, l’étranger est ressenti comme une menace par le groupe enraciné. »

Plusieurs philosophes contemporains, à l’instar de Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc (lire p.IV) tentent de repolitiser la notion d’hospitalité. Il s’agirait de trouver les modalités d’un véritable accueil, s’opérant sur le long terme. En 2007, les habitants du village breton de Montfort-sur-Meu se mobilisaient en masse pour s’opposer à l’expulsion collective de 23 Maliens sans papiers habitant là depuis plusieurs années. Leur lutte a permis la régularisation de 20 d’entre eux, marquant les mémoires. Pourquoi se sont-ils dressés contre l’État ? Sans doute pour défendre les leurs.

Ces interrogations philosophico-historiques esquissées, reste une évidence, celle qui anime nombre d’activistes occupés à dissiper l’air puant du temps : l’hospitalité n’est pas affaire que de personnes ou d’idées, mais également de systèmes politiques. Le véritable ennemi, c’est d’abord celui qui érige les murs, tricote les fils barbelés et arme les frontières afin que que rien ne vienne menacer la perpétuation d’un système capitaliste où l’inégalité règne en maître – à l’intérieur comme vers l’extérieur.

Par Iffik Le Guen

Actu de par ici et d’ailleurs

Vengeance des flics allemands : Trois mois de cavale et puis la geôle > Il réalisait des vidéos documentant les violences policières. Était de toutes les mobilisations. Et s’investissait dans la lutte contre le centre d’enfouissement de Bure. Las, Loïc Schneider dort désormais en prison : après trois mois de cavale, il vient d’être arrêté pour avoir participé au contre-sommet de Hambourg.

A Perpignan, main basse sur le quartier gitan : Tentative de putsch à la place du Puig > L’affaire a défrayé la chronique jusqu’aux colonnes du New York Times. Perpignan abrite dans son centre ancien une importante communauté gitane. Pour déloger ces indésirables, la ville envoie régulièrement les pelleteuses détruire des îlots d’immeubles.

La crangon-crangon se dépiaute à la chaine : Au championnat du monde de décorticage de la crevette délocalisée > Combats de coqs, concours d’épluchage de pommes de terre ou trophées d’empiffrage de plats caloriques : le département du Nord est friand de compétitions stimulantes et innovantes. Parmi elles, une course de vitesse méconnue – le championnat du monde de décorticage de crevettes grises. Mais derrière cette épreuve hautement sportive se cachent des intérêts un peu moins pittoresques.

Par Julien Brygo. {JPEG}

Pacte électrique breton et « modèle agroalimentaire » : Méthanisation et cogénération, de faux amis > On les présente souvent comme des « solutions » (plus ou moins) écolos, allant relativement dans le bon sens. En partie du pipeau : la méthanisation et la cogénération ne bousculent pas forcément le malsain ordre du monde énergétique. Illustration avec la Bretagne, où ces deux modes dits alternatifs de production d’énergie servent les puissants intérêts de l’industrie agroalimentaire.

Au Cachemire indien : Murmures d’une vallée oubliée > C’est un conflit de plus en plus sanglant. Mais dont (presque) personne ne parle. En butte à une féroce répression, soumis à l’arbitraire soldatesque, les habitants du Cachemire indien, région himalayenne coincée entre l’Inde et le Pakistan, ne baissent pourtant pas la tête. Au contraire, même. Reportage.

Nouveau patron pour les patrons : Mais qu’est-ce qu’on va faire de… Geoffroy Roux de Bézieux ? > Enfin, il y est arrivé. Après s’être fait griller la priorité par Laurence Parisot en 2010, puis s’être rangé derrière Pierre Gattaz en 2013, Geoffroy Roux de Bézieux a été nommé en juillet dernier nouveau boss du Medef. Victoire...

Les troubles origines de la contraception orale : Une autre histoire de la pilule > Parler pilule, c’est parler féminisme. Et Mai 68 aussi – des photos de soutiens-gorge qui brûlent et de femmes sur des barricades. Aux antipodes de ces images d’Épinal, il existe pourtant une autre histoire de la contraception orale. Entre lutte des classes et impérialisme à la sauce US, bienvenue dans l’arrière-cour d’une aventure qui ne débute ni avec le MLF, ni en 1967.

En Italie, un mondial antiraciste : Un autre football est possible > Chaque été, près de Bologne, se tient une grand-messe du foot plaisir, où les équipes mélangent les nationalités, les genres et les âges. Le vainqueur ? On s’en fout (ou presque).

A propos d’un concept creux : Bobos partout, bobos nulle part > Un collectif de chercheurs vient de publier Les bobos n’existent pas, solide travail d’enquête autour de la figure du « bourgeois-bohème ». D’une consistance sociologique proche de l’ectoplasme, le concept a plus été affaire de diversion que d’information.



Ajouter un commentaire

Par Iffik Le Guen


Par l’équipe de CQFD


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts