CQFD

Ultra-droite ultra-ridicule

Soral : ein Volk, ein Reich, eine dégringolade


paru dans CQFD n°158 (octobre 2017), par Jean-Baptiste Bernard, illustré par
mis en ligne le 12/10/2017 - commentaires

Il bénéficiait encore récemment d’une relative audience et d’une certaine capacité de nuisance. Mais depuis trois ans, toutes deux s’effondrent : en roues libres, le pitoyable idéologue Alain Soral parvient de moins en moins à faire illusion auprès de ses adeptes. La fin des haricots ?

Il y a peu, il se rêvait encore en haut de l’affiche, le bras levé. Et multipliait les postures fantasmées. Courageux résistant au système. Âme damnée de l’ultra-droite tirant les ficelles en coulisse. Idéologue posant un renouveau, à une sauce très personnelle, du national-socialisme. Dénonciateur obstiné des juifs, gauchistes, antifas, bien pensants. Oui, tout ça.

Comme Alain Soral a un incontestable don pour faire passer des vessies pour des lanternes et pour proclamer tout et son contraire en donnant à l’auditeur abêti l’impression de saisir la façon dont (dis)fonctionne le monde, il s’était constitué depuis 2007 une certaine audience. Et attirait à lui les antisémites revendiqués comme les jeunes gens (surtout des hommes) perdus en recherche d’une mensongère vérité. D’où une stature centrale au sein de l’auto-proclamée « dissidence », marigot fangeux où nagent de médiocres poissons aux tendances diverses – boneheads, négationnistes, national-socialistes, antisémites, suprémacistes, survivalistes, etc.

Bref, il était au faîte de sa (modeste) gloire. L’officine Égalité et Réconciliation (ER), lancée en 2007, lui tenait lieu de rentable PME [1] aussi bien que de micro-parti tout dévolu à sa petite personne. Il pouvait se targuer d’une certaine popularité, sur Internet [2] comme en dehors. Et il se vivait en ennemi désigné de la République, idéologue à abattre – Valls l’avait même fustigé dans l’un de ses discours. Et puis, tout est parti en quenouilles. Plouf, le château s’est écroulé. Chronique d’une chute sans limite.

Par Jeremy Boulard Le Fur. {JPEG}

***

Novembre 2014, le « zizigate ». Des SMS et mails envoyés par Soral à Binti Bingoura, ancienne top-modèle noire, sont publiés sur le net. L’affaire remonte en réalité à quelques mois, période de mars à août où le boss d’ER a noué une relation virtuelle avec la jeune femme. Le flirt dure un temps, des photos intimes sont échangées, des mots doux et crus aussi. Mais quand l’ex-mannequin refuse finalement de le rencontrer, Soral montre son vrai visage. Insultes racistes, antisémites, messages rageurs. Entre autres : « Les blancs prennent les blacks pour des putes (ce qu’elles sont le plus souvent) » ; « Finalement il ne te reste de sûr que les juifs et les pédés ! […]  Les pédés comme amis pour t’écouter chialer que ton destin c’est d’être une pute à juifs… » 

Soral et ses proches n’en restent pas là : ils menacent Binti Bingoura et publient sur le net ses photos dénudées. Harcèlement. Entre autres, ce mail anonyme : « Salut, notre ami vient de nous filer tes photos… Pas mal… Alors écoute-nous bien, crasseuse, et passe le message à qui tu veux. Si on entend reparler de toi : diffusion publique de tes photos et crois-nous, on a du fan sur YouTube et nos sites […]. Donc un conseil, oublie Alain. » D’abord effrayée, la jeune femme finit par déposer plainte. Et ses soutiens rendent publics les SMS de Soral, ainsi qu’un cliché où il apparaît nu, engin dressé, face à un miroir. Épilogue de l’histoire ? Un procès en novembre 2016, aux conséquences limitées pour le patron d’ER [3]. Mais de réels dommages politiques : dans les banlieues, qu’il drague de longue date et où il bénéficiait d’une relative audience, ses messages racistes font mauvais effet. Les adeptes fuient en nombre.

***

Décembre 2016, combat d’infirmes. Dieudonné a parfois le sens de la formule. Pour l’émission de web-télé (payante) qu’il a lancée en 2016, il a trouvé le nom parfait. « Niveau Zéro ». Bien vu : la chose est d’une telle indigence intellectuelle que ça donne une idée de l’infini... Mention spéciale pour le 15e épisode, qui voit Alain Soral et Daniel Conversano, nationaliste aux cheveux longs et idées (racistes) courtes, débattre en plateau, avec Dieudonné pour monsieur Loyal. Enfin... débattre est un grand mot. Disons, s’affronter. Littéralement.

Prévisible, tant les deux hommes ne peuvent se piffer. Pour des raisons idéologiques : l’un n’en a que pour le « péril juif » quand l’autre place au centre sa haine des arabes et des immigrés. Et parce qu’ils se disputent un semblable fond de commerce, se tirant la bourre à grand renfort de vidéos auto-centrées où ils mêlent considérations politiques, diatribes rageuses et complaintes personnelles. Soral n’aime les pas jeunes pousses montantes, susceptibles de menacer son règne. Surtout que Conversano ne lui manifeste en rien le respect énamouré auquel il a d’habitude droit dans la mouvance d’ultra-droite. Clash annoncé.

Promesse tenue. Quelques minutes d’invectives, puis fuse un « Soral, je ne te respecte pas ! ». Fureur du concerné qui contourne la table, poings en avant. Boum, crochet au visage, direct du droit – Soral pratique la boxe française depuis un bail. Brève interruption, flottement général. Finalement, l’émission reprend. Mais pas pour longtemps : après quelques nouveaux échanges enflammés, le boss d’ER ressort de ses gonds. Traverse le plateau. Bam, coup de pied et directs à la face ensanglantée de Conversano. Même le plateau écope – Dieudonné, bouffonesque, peine à l’empêcher de s’écrouler… Voilà, clap de fin. Résultat du match ? Victoire aux poings de Soral. Mais succès symbolique de Conversano, resté (plus ou moins) calme face à un interlocuteur incapable de se contenir. Et pour le télespectateur détestant l’un autant que l’autre ? Grosse poilade.

***

Mai 2017, révélations nabiennes. Figure par excellence de l’écrivain maudit (et qui le vaut bien), Marc-Édouard Nabe est aussi connu pour son antisémitisme et ses prises de position tendues du slip (son dernier livre est dédicacé aux 19 kamikazes du 11-Septembre) que pour sa plume acérée et sa passion littéraire. L’homme écrit bien, à condition d’aimer le style froid des misanthropes haineux. Et il cogne dur – pas grand-monde ne réchappe de ses livres en forme d’ignoble jeu de massacre. À commencer par sa propre personne : il dit tout de lui et des autres, et ça file la nausée.

Il est pourtant un livre, son dernier, le 30e, qui suscitait une certaine curiosité au-delà de son cercle habituel de lecteurs : Les Porcs. Une somme de 1 000 pages (juste pour le premier tome), annoncée depuis deux ans comme la charge ultime contre le conspirationnisme (au sens large), et contre la dissidence (en particulier). L’avertissement qui précède l’ouvrage donne le ton : « Après ce livre, je ne vois pas beaucoup d’autres solutions pour les personnes concernées que le suicide pour échapper à la honte, à la colère, au dépit, à l’humiliation et à l’effondrement psychique. Logiquement, après m’avoir lu, on ne peut que se suicider. » C’est que Nabe sait de quoi il parle : depuis le début des années 2000, il a fréquenté de près bien des figures du milieu. Dieudonné, Paul-Éric Blanrue (pamphlétaire antisémite), Maurice G. Dantec (écrivain névrosé raciste), Robert Faurisson (négationniste en chef), Hervé Ryssen (antisémite obsessionnel) et tutti quanti [4]. Mais surtout : Soral. De lui, dont il a été très proche, il connaît tous les secrets. Et les étale sans scrupules. L’occasion de confirmer deux épisodes qui n’étaient jusqu’à présent que bruits et rumeurs. Eux suffisent à dire toute la bassesse de l’homme.

Le premier remonte à septembre 2004. Soral dédicace son livre La Misère du désir dans une librairie parisienne, quand une vingtaine d’extrémistes sionistes de la Ligue de défense juive (LDJ) déboulent. Casqués, équipés, ils brisent la vitrine et frappent les présents. Mais pas Soral, qui s’en tire sans une égratignure. Ce qui ne l’empêchera pas d’en faire ensuite des tonnes, pendant des années, sur la lâche agression dont il aurait été victime. Ah bon ? Vraiment ? En fait, non. Nabe explique qu’en réalité Soral avait été informé la veille de ce qui se tramait [5]. Qu’il n’en avait rien dit au libraire, ni à ses fans présents. Qu’il est parti se cacher à l’étage, accompagné de ses gardes du corps, dès que la LDJ a débarqué. Et qu’il a laissé ses lecteurs dérouiller, avant de redescendre ensuite jouer les martyrs. En clair, il a fait sa pub sur l’agression de ses adeptes plutôt que l’empêcher. Classe.

Le deuxième épisode, plus récent, date de la fin du mois de mai 2009. La campagne pour les élections européennes bat son plein. Et la dissidence fait campagne au sein d’une (prétendue) liste antisioniste, financée en sous-main par l’Iran et menée par Soral et Dieudonné. Un « Dieudo-bus » a même été affrété, qui fait le tour de la circonscription. Ce dimanche-là, il dépose une dizaine de membres de la liste sur le marché des Pyrénées, à Paris, pour une séance de tractage. Mais les antifascistes les attendent de pied ferme. Baston. Certains des « dissidents » font front, d’autres s’enfuient. Premier d’entre eux, Soral, qui « a détalé comme un rat » pour se réfugier dans un Franprix, écrit Nabe : « Mal caché par une pile de cartons […], le boxeur antisioniste se mit à trembloter et à pleurer de peur. […] Soral sanglotait, terrorisé à l’idée qu’il aurait pu prendre un seul coup. » Ce qui ne l’empêche pas, une fois le danger écarté, de revenir « parader à l’air libre comme un guerrier vainqueur ». Un vrai classique du personnage : donner en permanence des leçons de courage tout en n’en faisant jamais preuve. Même parmi ses disciples, ça commence à se savoir. Pas du meilleur effet.

****

Juillet 2017, coup de foudre pour le Juche. C’est le dernier avatar de l’insensée trajectoire de Soral. Après avoir été invité par un ami, proche du régime nord-coréen, à y effectuer un séjour touristique, il en revient convaincu. Voilà un vrai pays de liberté ! Qui réalise « la réussite totale du socialisme et même du national-socialisme ». Qui a « beaucoup à voir avec la pensée de Maurras ». Et dont le peuple est «  le mieux élevé et le plus éduqué qu’[il a] jamais vu ». En résumé : « Pas de publicité, pas de rap, pas d’immigration, pas de délinquance, pas de tags : tout ce dont on rêve. » Un tel coup de foudre que Soral y retourne en septembre, emportant avec lui un Dieudonné en mode illuminé new age : «  Quel endroit plus merveilleux que l’épicentre de toutes les tensions guerrières pour faire jaillir l’émotion artistique d’un espoir de paix ? Une nouvelle page de l’histoire de l’art peut s’écrire là-bas », écrit ainsi l’ancien comique (qui ne l’a jamais été autant). Surnaturel. À l’image de ce cliché où Soral et Dieudonné posent avec leur guide nord-coréen, à qui ils font reprendre le geste de la quenelle… Dans cette grande guignolade, une joyeuse consolation : quand ceux qui représentaient encore il y a quelques années un (relatif) danger politique en tombent à ce point de ridicule, c’est signe que le péril n’existe plus.

C’est ce qui est rassurant avec l’ultra-droite : le naturel finit toujours pas reprendre le dessus.


Notes


[1Voir « Alain Soral, petit idéologue et grand épicier », article mis en ligne sur le site d’Article11 le 15/11/2013.

[2En 2013, le site d’Égalité et Réconciliation était classé 269e du classement des sites français en terme de trafic (Alexa).

[3Il est condamné à 6 000 € d’amende et 5 000 € de dommages et intérêts.

[4Au fil des pages, on croise aussi des figures du show-biz, qui ont beaucoup fréquenté Nabe et Soral :Thierry Ardisson, décrit comme un antisémite forcené, Frédéric Taddeï (Nabe est le parrain d’un de ses fils) ou encore Yann Moix, dont la première publication fut une BD négationniste confidentielle.

[5Via William Goldanel, avocat sioniste proche du FN et ami de Soral. Le fils de Goldanel militait alors à la LDJ.



1 commentaire(s)
  • Le 21 octobre 2017 à 18h01, par mouton -

    yo, ce papier est trop bien ! j’aimerai bien avoir la référence de l’épisode de juillet 2017 où Soral et Dieudo vont faire des quenelles avec kim jung un ; j’ai deux ou trois connaissances à qui ça pourrait faire reconnecter des neurones...

    merci !

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Jean-Baptiste Bernard


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts