Drogues

La guerre perdue

Présentation du dossier spécial « Drogues, la guerre perdue » du numéro 114 de CQFD. Cinq pages d’enquêtes, d’analyses, d’interviews...
En kiosque à partir du 14 septembre 2013.

À l’instar de celle contre le terrorisme, la lutte contre la drogue impulsée par les Etats-Unis, il y a quarante années, est cette autre guerre sans fin. Avec le développement de ce marché particulier – où la captation de clientèle est des plus pernicieuses –, il est vrai que l’usage des drogues peut jouer en partie comme mécanisme de pacification sociale par le bas par la sédation auto-administrée des consommateurs. Mais surtout, durant quarante années, la guerre à la drogue a renforcé la militarisation de certains pays et quartiers et provoqué une véritable incarcération de masse des « classes dangereuses ».

Pourtant, dans cette stratégie de contrôle social à double tranchant et à mesure que le trafic de stupéfiants explose – jusqu’à constituer la part sombre de l’activité marchande et financière mondiale – de nombreux États, en Amérique du Sud notamment, ont depuis peu commencé à admettre que la guerre était perdue. Le tournant actuel du discours dominant, si l’hypothèse est bonne, serait d’abandonner en partie le tout-répressif contre les usagers pour une approche plus rationnelle et économique, alliant prévention et régulation du marché, ce qui permettrait au passage de récupérer d’énormes capitaux.

Le propos de ce dossier n’est pas de porter un regard – qu’il soit moralisateur ou complaisant – sur ce qui pousse des gens à se défoncer depuis la nuit des temps, mais sur ce que sous-tend, en termes d’hypocrisie et de gâchis à la fois humain et social, la politique actuelle de la drogue.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Uruguay : Le futur laboratoire de la dépénalisation ? : l’Uruguay se pose en pionnier dans le projet de légalisation du cannabis.

Le futur est dans le chanvre – Historique de la politique de prohibition.

Sortir du cercle vicieux – Entretien avec Anne Coppel.

Quand l’argent part en fumée – Entretien avec l’économiste Christian Ben Lakhdar.

Marseille : Au-dessous du « cocotier »

Mexique : Les zetas font oublier les zapatistes – Entretien avec Siete Nubes du CSPCL.

Michoacan : Quand le narco fait la loi.

Facebook  Twitter  Mastodon  Email   Imprimer
1 commentaire
  • 23 septembre 2013, 11:16, par FARId

    Bonjour, C’est toujours un plaisir de voir que la presse française sort de son mutisme pour afficher des propositions antiprohibitionnistes. Avant, on était taxer de libéral, à la moindre invocation de la dépénalisation de la consommation de substances classées au tableau des stupéfiants, comme le cannabis. Maintenant, à la faveur d’un mouvement outre-atlantique critiquant ouvertement le « système de contrôle », comme en Uruguay ou au Colorado (USA), se mettent en place des solutions alternatives à la guerre aux drogues (en échec). Cependant, il serait bon aussi de montrer (pour renforcer le mouvement antiprohibitionniste en Europe) l’existence d’une ribambelle d’initiatives en France portant cette vision du monde. Pour le moment, le statu quo français avec son arsenal législatif est criminogène. Il faut en changer, c’est une urgence humanitaire ! N’est-il pas temps pour CQFD de proposer régulièrement, à ses lecteurs, une page ouverte au combat contre la prohibition des drogues ?

    Pour s’informer et agir : http://cannabissansfrontieres.org ; http://rbh23.com ; http://encod.org

    Bien cordialement,

    • 3 octobre 2013, 19:26, par Vince

      Farid président !

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Paru dans CQFD n°114 (septembre 2013)
Dans la rubrique Le dossier

Par l’équipe de CQFD
Mis en ligne le 13.09.2013