CQFD

Robots agricoles

Comme un champ de bataille


paru dans CQFD n°163 (mars 2018), rubrique , par Iffik Le Guen
mis en ligne le 22/04/2019 - commentaires

Comment faire rimer gains de productivité agricole et environnement ? En mettant des robots dans les champs, pardi ! Telle est la nouvelle pilule que tentent de faire gober les agro-industriels. Au détriment des paysans, ça va de soi.

C’est certain, l’agriculture 3.0 voire 4.0 est dans la ligne de mire de la première puissance agricole européenne, bientôt transformée en « start-up nation ». Le constat est partagé par les technocrates nationaux et bruxellois : face à la disparition de 100 000 hectares de terres arables par an rien qu’en France, il faut inventer un modèle à la fois compétitif et respectueux de l’environnement comme de l’homme. Si on ajoute à cela la nécessité de nourrir 10 milliards d’humains d’ici à 2050, des solutions radicales s’imposent. En l’occurrence, « des robots dans les champs pour produire plus et mieux », selon l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture. Une stratégie confirmée par les architectes de la nouvelle Politique agricole commune (PAC) et les représentants des syndicats majoritaires dans la profession.

Frappes chirurgicales

Au-delà de ces poncifs managériaux en vogue – dépenser moins pour dépenser mieux –, le discours dominant prend des accents beaucoup plus guerriers. « L’agriculture numérique [...] introduit la notion de “ frappe chirurgicale” dans les cultures. » C’est en ces termes qu’Hervé Guyomar, directeur scientifique à l’Institut national de recherche agronomique, vante les promesses de l’agriculture de précision [1]. Issue des technologies militaires utilisées pour minimiser les dommages collatéraux, une flotte de robots équipés de chenilles ou de rotors est prête à se déployer dans les champs, bientôt intégralement numérisés, pour pulvériser les nuisibles. Avec le concours de logiciels de reconnaissance faciale aptes à séparer le bon grain de l’ivraie.

Dans cette guerre contre le vivant, l’agriculteur est appelé à jouer le rôle d’un bon petit soldat aux ordres d’un complexe scientifico-industriel lancé à toute allure dans l’intensification durable des cultures. Durable, le maître mot qui permet de réconcilier la sobriété d’un Pierre Rabhi et la rapacité d’un Bill Gates dans la bouche même des épigones de cette vision funeste du monde.

Ageekulteurs

De vrais enfants dans un magasin de jouets, ces ingénieurs ! Ils imaginent nos paysans en haut de leurs « tours de contrôle », pianotant sur des claviers pour afficher les données transmises par de multiples « capteurs » et téléguider leurs « patrouilles » de machines à arroser, biner, tailler ou distribuer engrais et pesticides. Pour le plus grand profit des multinationales de l’agrochimie, bientôt reconverties en prestataires de services numériques.

Car c’est bien là que le bât continue de blesser. D’un côté, les autorités scientifiques françaises, comme les responsables de la Commission européenne, assurent que cette « révolution technologique » mettra du beurre dans les épinards des agriculteurs (gains de productivité et économies sur la quantité d’intrants injectés dans les sols). De l’autre côté, experts et consultants spécialisés s’enthousiasment de la progression attendue du marché de la robotique agricole, qui devrait passer de 3 milliards en 2016 à 73 milliards d’euros en 2024 [2]. Déjà surendettés, les ageekulteurs de demain passeront davantage encore sous la coupe des banques. Une impasse dont ils ne pourront sortir qu’en accentuant la tendance à la concentration des exploitations. C’est-à-dire en renforçant une agriculture toujours plus industrielle. On est pas sortis des ronces.

Iffik Le Guen

Notes


[1« Les défis de l’agriculture ‘‘climato-intelligente” », article mis en ligne sur le site des Échos le 23/02/15.

[2Selon les prévisions du bureau d’études américain Tractica.



Ajouter un commentaire

Par Iffik Le Guen


Dans le même numéro


1 | 2 | 3 | 4 | 5

Voir





Anciens numéros



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage pour mobiles