L’édito du n°218

La peau du chagrin

C’est bizarre comme ils sont entêtés, en dépit du bon sens : ils continuent à bramer qu’ils ont raison sur la réforme des retraites malgré le vent de fronde et les sondages désastreux...
Dans la manifestation parisienne du 11 février 2023.
Photo : Serge D’Ignazio.

C’est bizarre comme ils sont entêtés, en dépit du bon sens. Des mules stupides galopant vers le vide malgré les panneaux « Attention falaises ». À CQFD, quand on propose un article et que les copains et copines nous disent qu’on est dans l’erreur et que c’est tout pourri, on s’entête pas à dire qu’on a raison face à l’avis unanime. On tire un peu beaucoup la gueule, et puis on corrige, on amende, voire on jette à la corbeille. La vie, quoi. Mais eux, Macron en tête, l’endive Dussopt à sa suite, les crétins galopant derrière en queue de peloton des nullos, ils continuent à bramer qu’ils ont raison sur la réforme des retraites malgré le vent de fronde et les sondages désastreux.

Le pire ? Ils mentent sans vergogne et tout le monde le sait. La comédie des 1 200 euros comme retraite minimum pour tous a ainsi piteusement fait long feu, crash d’anthologie, notamment dézinguée en mondovision par l’économiste Mickaël Zemmour. Compétences maousses en bandoulière, celui-ci a pris le temps de se plonger dans la prose gouvernementale. Ce qu’il en ressort : malgré ce que les perroquets anémiés du gouvernement psalmodiaient depuis des semaines devant des journalistes de la presse mainstream aussi feignasses que les employés aidés de CQFD, « il n’y a jamais eu dans la réforme, dès le début, de projet de retraite minimale à 1 200 euros ». Punto.

De là, on aurait pu imaginer quelques excuses, un peu de gêne, des raclements de gorge. Mais nan, ils ont continué sur le même ton, déconnecté, péremptoire, méprisant. Puisqu’on vous dit que c’est pour votre bien ! Qu’on n’a pas le choix ! Et tant pis si un certain Pierre-Louis Bras, président du Conseil d’orientation des retraites (COR), a déclaré le 19 janvier lors de son audition devant la commission des finances de l’Assemblée nationale que « les dépenses de retraites ne dérapent pas, elles sont relativement maîtrisées ». Sauf que le gouvernement n’en a pas plus cure de l’avis du COR que du nôtre. Ce qu’il veut, lui, c’est pousser la populace à aller au chagrin encore et encore, confisquer deux années de vie supplémentaires et ne libérer la plèbe qu’à 64 ans. Capito, les gueux ?

Derrière ce mauvais jeu politicien entêté, c’est à la « France d’en bas », celle qui « se lève tôt », celle que l’on flagorne avec morgue et sans vergogne lorsqu’on a besoin de bulletins dans l’urne, bref, c’est au bon con que l’on demande encore une fois de mouiller le maillot pour mieux l’essorer. Et on n’est clairement pas les seuls à le sentir comme ça. C’est même devenu un lieu commun hors des cercles feutrés de l’Ena ou du Medef. Il suffit de taper la causette avec son voisin de comptoir pour se rendre compte que l’avis est grandement partagé. Et c’est là qu’en un sens, on peut les remercier d’être aussi mauvais. Aussi entêtés. Aussi transparents dans l’enfumage. Parce que ce n’est plus un petit grondement qui vient de la base, c’est tout le volcan qui est sur le point de se mettre à joyeusement craqueler aux entournures. Reste à savoir quel sera l’élément déclencheur, l’étincelle qui fera péter les digues pour qu’une foule immense inonde villes et ronds-points hors des clous syndicaux, faisant déborder colère, envies et projets. Ce sera alors l’occasion de présenter la nôtre, de réforme. Et nul besoin d’avoir fait une école de commerce ou Polytechnique pour la comprendre. C’est pas compliqué : on veut la peau du chagrin. De ce chagrin qui suinte de votre arrogance encravatée. Et ça, on a bien l’intention de le clamer haut et fort dans les jours qui viennent, dans les semaines, mois, années qui suivent.

À mauvais entendeur, salut !

Facebook  Twitter  Mastodon  Email   Imprimer
Écrire un commentaire
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Cet article a été publié dans

CQFD n°218 (mars 2023)

« Moins de super profits, plus de super pensions », « Prenez la thune aux milliardaires, pas aux grands-mères »... Dans les manifs contre la réforme des retraites, ça casse du riche ! Dommage collatéral ? Que nenni ! Alors que les crises se cumulent, les inégalités se creusent toujours plus et les riches se font plaisir. D’où notre envie d’aller voir ce mois-ci du côté des bourgeois. Ou comment apprendre à mieux connaître l’ennemi, pour mieux le combattre évidemment. En hors-dossier, la Quadrature du net nous parle de la grande foire à la vidéosurveillance que seront les Jeux olympiques Paris 2024. Youri Samoïlov, responsable syndical, aborde la question du conditions de vie des travailleurs dans l’Ukraine en guerre un an après le début de l’agression russe. Avec Louis Witter, on discute du traitement des exilés à Calais à l’occasion de la sortie de son livre La Battue. On vous parle aussi du plan du gouvernement « pour la sécurité à la chasse » qui n’empêchera hélas aucun nouvel « accident » dramatique, d’auto-organisation des travailleurs du BTP à Marseille ou encore d’une exposition sur un siècle d’exploitation domestique en Espagne... Et plein d’autres choses encore.

Trouver un point de vente
Je veux m'abonner
Faire un don

Paru dans CQFD n°218 (mars 2023)
Dans la rubrique Édito

Par L’équipe de CQFD
Illustré par Serge D’Ignazio

Mis en ligne le 03.03.2023