CQFD

Le service public vous soutient

Quand Pôle emploi fricote avec l’industrie du sexe


paru dans CQFD n°173 (février 2019), par Tiphaine Guéret, illustré par
mis en ligne le 04/04/2019 - commentaires

Lorsque l’État décide de passer un coup de rabot sur les chiffres du chômage, il ne fait pas dans la dentelle. Et autorise même Pôle emploi à dénicher des recruteurs dans les salons de massages érotiques et autres bars à hôtesses. Une façon comme une autre de s’attaquer au chômage de masse.

Par Kalem {JPEG}

« Cherche masseur(se) bien-être ». Quand Nathalie [1] voit passer cette annonce sur le site de Pôle emploi en novembre dernier, elle n’hésite pas une seconde à postuler sur la plate-forme en ligne. Masseuse professionnelle depuis deux ans, son activité connaît des débuts balbutiants. Nathalie reste donc inscrite sur la liste des demandeurs d’emplois. L’annonce est semblable à beaucoup d’autres : un CDD de trois mois, 24 heures par semaine, rémunéré au Smic horaire.

Le lendemain de sa candidature, quand Nathalie décroche son téléphone, elle est loin de se douter de la tournure que la conversation va prendre. Au bout du fil, sa conseillère Pôle emploi souhaite lui donner quelques précisions sur le job qu’elle s’apprête peut-être à décrocher. Alors que l’annonce n’en laissait rien paraître, Nathalie apprend que dans ce salon marseillais, les employé.es sont prié.es d’officier nu.es. La masseuse n’en revient toujours pas : « Si les femmes ont du mal à boucler leurs fins de mois, elles n’ont qu’à aller vendre leur corps ? C’est ça le message de Pôle emploi ? ! »

« Le paroxysme de la politique du chiffre »

Interrogé sur la question, Tennessee Garcia, secrétaire général du Comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires de la CGT, en appelle au droit : « Le code du travail mentionne que les offres d’emploi doivent être le reflet parfait du contrat que vous signeriez si jamais vous postuliez et étiez retenu. Dans le cas cité, on en est bien loin. »

D’après le syndicaliste, s’il y a déjà là de quoi se sentir floué.e, l’entourloupe peut aller encore plus loin : « Dans la mesure où la conseillère est allée jusqu’au bout du ciblage en démarchant directement le chômeur, cela signifie que l’offre soumise au demandeur d’emploi a été considérée comme une offre raisonnable d’emploi : le chômeur peut donc être radié s’il la refuse. [2] »

Pour Tennessee Garcia, ce genre de dérives illustre parfaitement la façon dont le gouvernement s’emploie à pilonner les droits des demandeurs d’emploi : « On arrive au paroxysme de la politique du chiffre en contraignant les chômeurs à accepter des offres d’emploi de plus en plus délirantes et précaires, et en favorisant par la même occasion les radiations si le demandeur d’emploi refuse l’offre qu’on lui soumet. Là on est face à un exemple extrême auquel s’ajoute un sexisme des plus crasses. »

« La nudité imposée est discriminatoire »

Lylia Abbes, chargée des relations presse chez Pôle emploi à Marseille, assure que des dispositions ont été prises dès que l’affaire a été portée à la connaissance de l’établissement public. « Quand on s’est rendu compte que l’offre contenait un caractère discriminatoire, on l’a enlevée du site. On a également recontacté toutes les personnes qui avaient postulé. » La communicante précise : « Ce qui était illégal dans cette offre, c’était de contraindre un salarié à porter une tenue spécifique alors que le port de cette tenue n’a pas de rapport avec le métier exercé et ne constitue pas une mesure de sécurité. À partir du moment où la nudité est imposée, l’annonce est à caractère discriminatoire. »

Lylia Abbes se veut rassurante et précise que « le contact de l’entreprise n’étant pas renseigné dans l’annonce, les candidats n’ont pas pu joindre le recruteur et l’entreprise n’a pas eu accès à leur CV ». Une question subsiste : comment une annonce illégale a-t-elle pu rester en ligne plusieurs jours ? D’après la porte-parole, « quand l’annonce a été saisie, elle ne comportait pas de caractère discriminatoire visible qui l’aurait empêchée d’être diffusée par Pôle emploi. Parfois les offres d’emploi sont saisies par les recruteurs directement. C’est ce qui a dû se passer. Si la nudité avait été précisée dans l’annonce, celle-ci ne serait pas restée sur le site. » Pourtant, la conseillère avait bel et bien de son côté les informations permettant d’invalider l’offre, puisque qu’elle a contacté la demandeuse d’emploi pour lui préciser les « détails » du poste...

Strip-tease et clubs libertins

Si l’agente ne s’est pas rendu compte tout de suite que l’annonce méconnaissait une disposition légale lui permettant d’être diffusée, c’est peut-être parce que chez Pôle emploi rien n’interdit de relayer des offres qui émanent de l’industrie du sexe.

Nous nous sommes procuré le guide d’aide à la rédaction des offres auquel les agent.es sont censé.es se référer quand ils valident une annonce. Sous la mention « Activités atypiques », la notice détaille : « En tant que service public, Pôle emploi est tenu d’enregistrer toutes les offres qui lui sont transmises dès lors que celles-ci sont légales. À moins qu’elle soit interdite par les textes, toute activité peut faire l’objet d’une offre (c’est le cas par exemple des activités de strip-tease ou encore des clubs libertins). » Toutefois, il est également mentionné que des précautions particulières doivent être prises avant de publier ce genre d’annonces : « L’offre doit préciser l’activité et/ou la nature de l’établissement afin que les demandeurs d’emploi puissent postuler en toute connaissance de cause. »

La loi du marché

Le fait que l’industrie du sexe parvienne à truster jusqu’aux confins du service public pourrait être considéré comme une véritable avancée pour les travailleurs et travailleuses du sexe qui revendiquent l’application du droit commun à leurs professions et la pleine reconnaissance de leurs métiers. Pour les militant.es de la dédiabolisation, légitimer des activités qui participent de la marchandisation des corps ne revient pas forcément à faire le jeu du capitalisme. Il s’agit plutôt de reconnaître un état de fait pour permettre aux professionnel.les du domaine de s’organiser et de faire valoir leurs droits.

C’est ce qu’expliquait il y a quelques années Morgane Merteuil, secrétaire générale du Strass (le Syndicat du travail sexuel) de 2011 à 2016, à la revue Vacarme [3] : « C’est complètement idiot de croire que dans une société capitaliste néo-libérale, il y aurait des sphères qui pourraient y échapper. Les relations sexuelles ont une valeur d’échange, elles participent directement des flux du capitalisme, et il faut le prendre en compte. [...] Notre but est d’insérer les travailleurs du sexe dans le cadre de la législation, afin d’assurer la même protection à tous les travailleurs. [...] La question n’est pas morale, elle est économique. »

C’est justement cette question économique et son pendant social qui cristallisent les tensions autour du « marché du sexe ». Pour Lilian Mathieu, sociologue et directeur de recherches au CNRS, légitimer le travail du sexe revient à nier que les travailleurs et travailleuses qui y ont recours y sont poussé.es par « la fermeture du marché du travail aux fractions de la population (spécialement féminines) les plus démunies économiquement et culturellement » [4]. Pour le chercheur, « vendre son corps, ou plus exactement le louer pour un usage sexuel, constitue un des derniers recours possibles lorsque les moyens légitimes d’acquisition économique (principalement par le travail ou par des prestations d’aide sociale) sont inaccessibles » [5].

Au regard du durcissement des mesures qui visent les chômeurs, le fait que Pôle emploi intègre à son panel d’offres celles qui proviennent de l’industrie du sexe a de quoi inquiéter. Un dilemme de plus pour ces chômeurs et chômeuses : se désaper ou être radié.e ?

Tiphaine Guéret

Notes


[1Le prénom a été modifié.

[2D’après le décret du 30 décembre 2018 qui fixe les nouvelles règles de l’assurance chômage, si le demandeur refuse deux « offres raisonnables » d’emploi, son allocation sera temporairement supprimée.

[3Adèle Ponticelli, Zoé Carle, Paul Guillibert, « Strass et stigma. Entretien avec Morgane Merteuil », février 2014.

[4Lilian Mathieu, « On ne se prostitue pas par plaisir », Le Monde diplomatique, février 2003.

[5Ibidem.



Ajouter un commentaire

Par Tiphaine Guéret


Dans le même numéro


1 | 2 | 3 | 4

Voir





Anciens numéros



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage pour mobiles