CQFD

Entretien avec Jean-Baptiste Malet

« Raconter le capitalisme à travers la tomate »


paru dans CQFD n°157 (septembre 2017), rubrique , par Christophe Goby, illustré par
mis en ligne le 02/10/2017 - commentaires

Jean-Baptiste Malet signe une longue enquête, menée sur quatre continents, autour de la tomate industrielle. Le Chien rouge l’a rencontré lors de son passage à Marseille. Concentré de son livre, L’Empire de l’or rouge [1].

Par Baptiste Alchourroun. {JPEG}

CQFD : Quel est le point de départ de cette enquête mondiale sur la tomate d’industrie ?

En 2011, j’ai découvert que la conserverie Le Cabanon, dans le Vaucluse, avait été rachetée par l’armée chinoise en 2004 [2], via l’une de ses entreprises agroalimentaires : Chalkis. Découvrir qu’une filiale de l’armée chinoise produisait du ketchup en Provence m’a beaucoup étonné. J’ai demandé à rencontrer les dirigeants chinois du Cabanon et j’ai essuyé un refus. En me rendant tout de même sur place, j’ai jeté un coup d’œil à travers les grilles et j’ai aperçu des barils : de grands fûts bleus, de 230 kilos de triple concentré, étiquetés « Made in China ». Cette découverte m’a longtemps hanté, et l’envie m’est venue de remonter toute la filière.

Du Ghana aux États-Unis, de la Chine à l’Italie, tu as fait le tour du monde de la tomate pour dévoiler la géopolitique du concentré de tomates, mais également pour raconter son histoire...

Avec cette enquête, j’ai voulu raconter le capitalisme à travers la tomate, en allant à la rencontre de ses gagnants – magnats californiens, oligarques chinois, industriels italiens –, et de ses perdants – cueilleurs du Xinjiang, migrants exploités dans les Pouilles, paysans africains ruinés. J’avais une obsession : raconter le monde à travers une marchandise universelle. Il y a un siècle, l’humanité consommait très peu de dérivés de la tomate. Aujourd’hui, en revanche, c’est une marchandise consommée par toute l’humanité. La moyenne mondiale est de 5 kilos de tomates d’industrie consommées par être humain annuellement.

Cette industrie est née en Italie, à la fin du XIXe siècle. Mais son histoire épouse largement celle de la Heinz Company, la première multinationale de l’histoire des États-Unis, qui a précédé Ford dans l’histoire de la production de masse, notamment par le recours au travail à la chaîne dès 1904. Avec sa bouteille octogonale, elle est avec le Coca-Cola l’un des plus célèbres symboles du capitalisme. Heinz engloutit 5% de la production mondiale de tomates d’industrie. J’ai donc voulu raconter l’histoire de cet empire, qui commence avec la « Commune de Pittsburgh » de 1877, née dans le sillage de la « Grande Grève du Rail », lorsqu’une grève des cheminots se mue en conflit social majeur, marqué par l’occupation de Chicago, Pittsburgh et Saint-Louis. Après cet épisode, Henry J. Heinz, qui vient d’un milieu populaire, adopte une organisation du travail paternaliste afin de mieux soumettre ses ouvriers. Il devient milliardaire, au point que lorsqu’il décède en 1919, il est l’un des dix hommes les plus riches des États-Unis.

Et que vient faire la Chine dans ce tableau ? Pourquoi trouve-t-on de la tomate au Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine ?

Pour le comprendre, il faut remonter à octobre 1949, lorsque l’Armée populaire de libération envahit le Turkestan oriental, le « Xinjiang ». Débute alors la colonisation brutale et secrète d’un territoire longtemps fermé aux étrangers, menée par la Chine maoïste et son ethnie majoritaire, les Hans, à l’encontre du peuple Ouïgour. Dans l’histoire moderne, cette colonisation reste largement ignorée. Si nous avons tous déjà entendu parler de la cause tibétaine, celle des Ouïgours demeure méconnue.

À partir des années 1950, l’Armée chinoise administre ce territoire grand comme trois fois la France à l’aide du Bingtuan : le Corps de production et de construction du Xinjiang. Sa mission est de contrôler le territoire d’un point de vue sécuritaire et économique. Il s’agit de le mettre en culture, d’y édifier des villes entières, d’y pratiquer l’extractivisme, etc. Le Xinjiang compte des sites nucléaires militaires, ainsi qu’un grand nombre de camps de rééducation par le travail – les laogaïs. C’est un territoire hautement stratégique. Encore aujourd’hui, le dispositif d’occupation est impressionnant. À Ürümqi, j’ai aperçu des camions anti-émeutes et des patrouilles de soldats à tous les coins de rue. Mes papiers ont été contrôlés tous les jours. Et pour sortir ou entrer dans une grande ville, il fallait passer par des barrages.

Pour comprendre comment la Chine est devenue le premier producteur mondial de concentré de tomates à l’aube des années 2000, il faut remonter au pacte noué par des entrepreneurs italiens avec les militaires du Xinjiang. Les Italiens sont allés jouer aux Marco Polo, en proposant d’installer des usines clés en main, que les Chinois ont remboursées les années suivantes en expédiant des barils de concentré vers Naples. Ce modèle, reposant sur le travail à bas coût des populations locales, voire de prisonniers, a permis d’approvisionner les conserveries napolitaines en concentré chinois. Le concentré, une fois arrivé en Italie, était habillé aux couleurs italiennes. Cela continue aujourd’hui. Ainsi est né Chalkis, géant industriel du Bingtuan dédié à la tomate.

Au final, qu’est ce qu’il y a dans le ketchup traînant dans mon frigo ? Dans une pizza à Marseille ?

Aujourd’hui, nous n’avons pas le droit de savoir ce qu’il y a dans une bouteille de ketchup ou une pizza, car il n’existe pas de transparence alimentaire. Dans l’agro-alimentaire, c’est le despotisme qui règne. Les industriels n’ont pas de comptes à rendre sur les ingrédients qu’ils emploient dans leurs produits, notamment en ce qui concerne la provenance des ingrédients. Il est ainsi tout à fait légal, de nos jours, de produire une sauce tomate provençale qui n’a de « provençale » que le nom, et d’utiliser du concentré chinois pour ce faire.

Qui sont les perdants de ce business ?

Les Chinois tiennent désormais 90% du marché du concentré de tomates en Afrique de l’Ouest, où ils écoulent des boîtes de concentré frelaté, coupé à l’amidon, au dextrose, à la fibre de soja et aux colorants rouges – car la pâte qu’ils retravaillent est souvent noire : « l’encre noire », la pire qualité de concentré sur le marché mondial. Les additifs des boîtes de concentré frelaté ne sont pas indiqués sur les étiquettes. J’ai enquêté en Chine et en Afrique sur ce scandale, qui concerne tout le continent africain.

Les institutions financières internationales ont voulu imposer le néolibéralisme à l’Afrique. Résultat ? Des usines qui hier transformaient sur place des tomates pour nourrir les Africains ferment du jour au lendemain, à cause de la concurrence déloyale de la pâte chinoise. De jeunes producteurs de tomates sénégalais ou ghanéens, ruinés, partent vers l’Europe. J’ai aussi rencontré de nombreux migrants cueilleurs de tomates dans les vastes bidonvilles du sud de l’Italie. Certains cueillaient hier des tomates dans leur pays. Désormais, ils sont encadrés par la criminalité organisée et récoltent les « tomates pelées » que nous retrouvons, en boîte, dans les supermarchés.

Des notes d’espoir, quand même ?

Dans les Pouilles, en Italie, des militants travaillent avec des migrants dans le cadre d’un projet autogestionnaire, Sfrutta Zéro, « Exploitation Zéro ». Les tomates sont biologiques. Les sauces excellentes. Il n’y a pas de patron. Tout le monde prend plaisir à y travailler dur, à transpirer dans le champ tout l’été, parce que chacun y défend sa dignité au travail, loin des exploiteurs, en toute fraternité. Ce que j’ai aimé dans ce projet, c’est qu’on est très loin de l’aide au migrant infantilisante que l’on voit souvent par chez nous, où le migrant est vu comme une simple victime. Sfrutta Zéro, c’est vraiment de l’autogestion, il n’y a pas le gentil Italien qui aide d’un côté, et le pauvre migrant de l’autre. Ils ont conscience d’être un « laboratoire » et c’est pourquoi tout le monde se retrousse les manches, pour montrer qu’un autre monde est possible.

Dans des villages désertifiés, des précaires italiens qui ont refusé de quitter les terres de leur famille, tendent désormais la main à des migrants. Ils font la démonstration, par leur enthousiasme, leur autodiscipline et leur bonne humeur, que l’autogestion reste un idéal riche de promesses. Ils n’attendent rien de l’État, ni de personne d’autre : ils font. Les migrants qui sont associés à ce projet ont tous vécu l’esclavage moderne. Grâce à Sfrutta Zéro, ils ne se voient plus comme des victimes, mais comme des affranchis, des êtres libres.


Notes


[1L’Empire de l’or rouge. Enquête mondiale sur la tomate d’industrie, Jean-Baptiste Malet, Fayard, 2017.

[2Lire « La tomate globale », CQFD no 25, juillet 2005.



Ajouter un commentaire

Par Christophe Goby


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts