CQFD

Bref aperçu des activités agricoles sur la ZAD

Cultiver pour résister


paru dans CQFD n°117 (décembre 2013), rubrique , par André Aspic & Nicolas Rami, illustré par
mis en ligne le 14/02/2014 - commentaires

Parce qu’au-delà de la lutte contre un aéroport, c’est toute la vision productiviste de l’agriculture qui est remise en cause à Notre-Dame-des-Landes, il nous a semblé important de donner un aperçu, même partiel, des réalisations agricoles sur la ZAD et des conceptions de ceux qui les animent. Sur place, un constat s’est imposé à nous : même si elles sont loin de représenter tout ce qui est accompli et débattu sur la ZAD, les différentes pratiques agricoles y constituent le ferment de la résistance à Vinci et à l’état.

Par Val K/Bon Pied Bon Œil. {JPEG}

« semons la résistance ! » Le 5 octobre dernier, 22 hectares non cultivés depuis plus d’un an sont remis en culture collectivement au lieu-dit les Planchettes. Environ trois cents personnes et plus d’une vingtaine de tracteurs s’activent pour ensemencer différentes parcelles, mais aussi planter des arbres pour reconstituer un kilomètre de haies bocagères. L’importance de cette journée, c’est qu’elle réunit les trois collectifs agricoles de la ZAD : les agriculteurs de l’Adeca [1], les voisins du Copain 44, auquel participe notamment la Confédération paysanne [2], et l’assemblée agricole « Sème ta ZAD », qui regroupe une quinzaine de projets portés par des occupants de la ZAD.

Il faut rappeler que tous les agriculteurs de la ZAD [3] pratiquent une agriculture dite « conventionnelle », c’est-à-dire tolérant l’usage d’intrants de synthèse tels que les pesticides. La plupart des membres du Copain, en revanche, pratiquent l’agriculture « biologique ». Quant à l’assemblée « Sème ta ZAD », elle représente essentiellement une agriculture vivrière de petite échelle. Le suivi de la culture des 22 ha de « Semons la résistance ! » a donc été réparti entre les trois composantes [4] :

– 5 ha sont semés de triticale (un hybride entre le blé et le seigle), destiné à l’alimentation des bovins de la zone, et vont être cultivés de façon « conventionnelle » par l’Adeca ;

– 9 ha sont semés d’un mélange céréales/protéagineux (triticale, avoine, pois), destiné à l’alimentation des volailles, cochons et bovins, et vont être cultivés sans intrants par le Copain ;

– les autres parcelles sont confiées au collectif « Sème ta ZAD » : 2,5 ha sont semés de seigle et 2 ha d’épeautre (pour les boulangers de la ZAD), 2 ha d’un mélange céréales/pois et le reste en engrais vert pour des semis de printemps.

Marcel, de l’Adeca : « On a toujours souhaité que ces terres libérées soient cultivées collectivement. Cette mise en culture se fait dans la reconnaissance, dans le respect des différents types d’agricultures qui existent ici. Ça, pour nous, c’est important. Ce partage-là s’est fait sereinement, ce qui est aussi un bon signe sur le vivre-ensemble. Les besoins de chacun sont respectés, les modes d’action de chacun sont respectés. »

Par Val K/Bon Pied Bon Œil. {JPEG} Le 4 août déjà, après les tensions du printemps consécutives aux tentatives de blocage d’entrées de champs autour de la D 281 par certains occupants de la ZAD qui voulaient laisser la friche s’installer et s’opposaient à l’emploi d’engins motorisés ou à l’usage de pesticides, Marcel avait exprimé le point de vue des agriculteurs de l’Adeca : « Le plan du conseil général, c’était le développement des friches pour pouvoir disposer du terrain, mais les friches n’ont pas progressé sur la ZAD. Alors, pour nous, laisser faire la nature, ne même pas récolter l’herbe, c’est à l’opposé de notre stratégie. » Il poursuivait : «  Au nom de quoi un voisin va-t-il me dire ce que je dois faire chez moi ? C’est le niveau le plus important : on a tous choisi ce métier pour être maître chez nous. Qui serait supérieur ou bien juge de nos actions pour nous dire quoi faire ? » Marcel précisait encore que, localement, les systèmes de polyculture/élevage sont peu consommateurs de pesticides [5]. Il exprimait enfin sa volonté et celle de Sylvie, sa compagne, de « passer en bio », mais pour cela il leur faudrait l’assurance de garder les terres et être disponibles, afin de réorganiser complètement leur exploitation (moins de maïs, plus de foin, remplacer le triticale par du mélange céréalier, augmenter les interventions mécaniques sur les cultures, etc.). « Pour un tel engagement, il faut être libre dans sa tête et disposer de temps. Ce qui n’est pas le cas des agriculteurs qui résistent dans la ZAD. Nous avons un avenir incertain, nous avons deux à trois réunions ou actions par semaine. Nous ne sommes libres ni dans notre tête ni en termes de temps. [6] »

Sème ta ZAD. Ces soucis de conversion ne concernent évidemment pas les participants à « Sème ta ZAD » réunis depuis janvier au sein d’une assemblée agricole. La ZAD avait déjà accueilli des jardins collectifs, celui du Sabot notamment (6 000 m2 occupés et défrichés en mai 2011). Noyé sous les gaz, le Sabot était expulsé manu militari au cours de l’opération « César » en octobre 2012. Dans la foulée de la manif de réoccupation du 17 novembre 2012, des discussions rassemblant paysans et occupants de la ZAD envisageaient la possibilité de travailler ensemble et posaient le débat de la répartition des terres. Dans son appel lancé pour la manifestation de remise en culture du 13 avril, « Rendre fertile ce qu’ils veulent rendre stérile », l’assemblée précisait ses intentions : « Une forme de partage en porte-à-faux avec les grandes concentrations agricoles et les freins posés à l’accès au foncier pour les projets d’installation paysanne ; l’entraide, la mutualisation de moyens, d’outils, mais aussi les possibilités d’installations collectives ; un dialogue fécond entre savoir-faire agricole traditionnel et pratiques expérimentales, entre professionnels et paysans hors cadre ; des réflexions communes autour de la question alimentaire : sur une production autonome en rupture avec les logiques agro-industrielles, sur les liens possibles avec Nantes et ses habitants. [7] »

Pour une quinzaine de collectifs, il s’agit désormais de concrétiser des projets variés, afin de nourrir la résistance sur la ZAD, voire d’envisager ce que pourrait devenir la ZAD après le départ des bétonneurs. Si les intentions affichées pouvaient paraître ambitieuses, un premier constat s’impose : les potagers ont produit de belles récoltes [8] et, d’ores et déjà, la ZAD tend à installer l’autonomie alimentaire. Depuis juin, les légumes sont échangés ou proposés à prix libre le vendredi au « non-marché » de la Saulce. On y trouve également les fromages de la ferme de Bellevue et le pain des Fosses-Noires. Autour de ces échanges, des liens se tissent, y compris avec l’extérieur. Car l’autarcie n’est pas le but, bien au contraire.

Par Val K/Bon Pied Bon Œil. {JPEG}

Aux « Cent-Noms », le collectif conçoit l’ensemble de ses activités en s’adaptant au milieu et à ses ressources : maraîchage, élevage (poules, moutons), apiculture, mais aussi auto-construction. L’occupation d’une parcelle a fourni l’occasion de multiplier les expériences de cultures (en association, sur buttes, sous tunnel) ; des dons de semences ont permis de tester des variétés de légumes rares et anciennes. Du foin récolté sur place a été utilisé pour isoler les murs d’une cabane construite à partir de matériaux de récupération ; des perches de châtaignier – bois réputé imputrescible – provenant de taillis proches ont servi de base à l’édifice. Comme ailleurs sur la ZAD domine la volonté de s’approprier des techniques et des savoirs qui répondent à des besoins élémentaires, dans une perspective qu’on peut qualifier de paysanne. La recherche de l’autonomie passe aussi par la production d’électricité, et prochainement une éolienne sera implantée aux « Cent-Noms ».

La plupart des collectifs occupent des petites parcelles (moins d’un hectare), à l’exception de Saint-Jean-du-Tertre, où une cabane a été construite sur les ruines d’une ferme détruite en janvier 2013. Les terres qui l’entourent, promises par Vinci pour compenser des dommages subis lors de fouilles archéologiques à un gros exploitant (pourtant déjà indemnisé), sont occupées par le groupe rennais de la Maison de la Grève. Au terme d’un savant mélange de discussions et de rapport de force, les 4 ha ont été mis en culture au printemps, avec l’aide de paysans du Copain. En septembre, 3,5 ha de sarrasin ont été récoltés, qui sont destinés à produire de la semence (engrais verts) et de la farine pour les galettes échangées au carrefour de la Saulce. En octobre, 6 ha ont été semés de blé panifiable (transformable en bon pain), dont 2,5 ha en association avec un paysan de la ZAD. Entrer dans son système de rotation de cultures, c’est allier échange de bons procédés et refus de se consacrer à plein temps au métier de paysan. Le blé produira de la farine pour le pain de la Maison de la Grève, à Rennes, et pour celui de la ZAD. L’idée n’est pas simplement de défendre l’usage agricole des terres, mais bien de penser collectivement comment produire ce dont on a besoin pour vivre. À Saint-Jean-du-Tertre encore, des ruches ont été installées et le verger débroussaillé. Enfin, une parcelle a été plantée de vigne. Des cépages résistants (Noah, Othello, Oberlin) ont été sélectionnés avec l’idée d’en tirer d’ici quelques années des cuvées au goût de victoire.

Bellevue et le Copain 44. La ferme de Bellevue a été sauvée d’une destruction imminente le 27 janvier 2013. Les Copains l’ont occupée et protégée en l’entourant de leurs tracteurs. Leur but : que les terres restent agricoles et nourricières. «  Préserver la ferme de Bellevue, c’est maintenir les terres en état de produire, celles de Bellevue mais aussi celles de tous les paysans en activité sur la ZAD. [9] » D’où la volonté d’y réinstaller de jeunes paysans, mais encore d’accompagner les projets agricoles et vivriers des habitants de la ZAD. Pour les Copains, l’occupation des bâtiments, tout comme la mise en culture de la centaine d’hectares alentour, constitue à la fois un moyen de s’opposer aux appétits des cumulards et l’occasion d’amorcer une gestion collective des terres expropriées.

La ferme de Bellevue n’est pas seulement la vitrine politique des Copains. Sans leur aide matérielle les réalisations agricoles sur la ZAD n’auraient pas pris une telle ampleur. Les Copains n’hésitent pas à prêter leurs tracteurs, ni à passer du temps pour en apprendre la conduite. On assiste à des rencontres qui ailleurs auraient pu paraître improbables : un groupe vegan mène sur 3 ha des cultures de légumineuses associées à des céréales (pois, fèves, lupin, avoine, orge) avec l’aide d’éleveurs du Copain qui, eux-mêmes, s’interrogent sur la place excessive prise par la viande dans l’alimentation. Au sein du mouvement d’occupation, beaucoup estiment que l’élevage prend trop d’importance sur la ZAD et que trop de surfaces lui sont dévolues.

En tout cas, à Bellevue, on engraisse des cochons et on élève des poules et des moutons. L’élevage, c’est aussi l’affaire du « groupe vaches » qui s’occupe d’un petit troupeau de quatre laitières, prêtées par des paysans du Copain. Un local a été aménagé et six personnes se sont initiées à la fabrication de fromages. Leur objectif est de comprendre et de contrôler l’ensemble du processus, depuis l’alimentation du bétail (foin, betteraves fourragères) et la connaissance des herbages, jusqu’à la traite et la transformation du lait. Une attention constante est accordée au bien-être des animaux, qu’il s’agisse de respecter leur rythme ou de veiller à leur santé, notamment en essayant d’autres traitements que les antibiotiques (tout en admettant être parfois contraint d’y recourir). Cette approche empirique s’est accompagnée d’échanges permanents avec des paysans. L’activité menée à plusieurs impose coordination et rigueur dans les horaires et les protocoles de fabrication. Au vu des premières réalisations, plutôt satisfaisantes, le groupe envisage de doubler le troupeau avec quatre bretonnes pie noir, une race locale. Ici encore, la résistance s’organise en se réappropriant et en mettant en pratique de multiples savoirs. Comme le résume l’un d’eux : « Si les flics arrivent, je continue à traire les vaches. »

La ferme produit également des légumes, du jus de pomme, du cidre et du pain cuit dans un four en pierre restauré. Les haies bocagères sont entretenues et fournissent le bois de chauffe. Car ici encore, l’agriculture vivrière est au cœur d’une activité paysanne qui, sans se soucier de l’estampille officielle AB, cherche à satisfaire la plus grande partie des besoins en essayant de sortir du circuit de l’argent.

Le désir de s’enraciner s’inscrit dans la continuité des luttes locales [10], du ravitaillement de la Commune de Nantes en 1968 jusqu’aux combats des années 1970-1980 qui revendiquaient « la terre à ceux qui la travaillent » (à Cheix-en-Retz, la Vigne-Marou, Mésanger ou la Ferrière). La Loire-Atlantique a constitué un des principaux foyers du mouvement des « paysans-travailleurs », dont est issue la Conf’, et Bellevue reçoit régulièrement la visite de syndicalistes paysans plus anciens, qui assurent la transmission de cette mémoire. En tout cas, nous avons pu constater, autour de la ferme, que l’alliance entre paysans du Copain et occupants suscite un véritable enthousiasme : un rapport fait de fraternité de lutte, d’entraide, d’attention réciproque et, avec le temps, d’amitié.

Aujourd’hui, l’assemblée « Sème ta ZAD » est reconnue par les agriculteurs de l’Adeca, ce qui n’était pas acquis d’emblée. L’objectif, c’est désormais d’augmenter la surface des cultures collectives et d’obtenir des rendements plus importants [11], avec le but de casser la routine propre au travail agricole et de pouvoir ravitailler d’autres luttes. Si étendre les cultures implique de recourir aux tracteurs, certains veulent aussi utiliser la traction animale et se défaire de la dépendance aux machines et aux énergies fossiles. Sur la ZAD, une partie des cultures a été menée de façon mixte : après un premier travail du sol au tracteur, l’entretien (binage, buttage) a pu s’effectuer grâce au cheval. C’est le cas aux Rosiers où la plantation et la récolte d’un hectare de pommes de terre a mobilisé des chantiers collectifs.

D’autres projets sont en gestation. Par exemple, avec l’aide du Crapal (Conservatoire des races animales en Pays de Loire), les prairies de la ZAD devraient prochainement accueillir des chèvres, des fossés et des moutons des Landes de Bretagne. Il s’agit ainsi de contribuer à la sauvegarde d’espèces locales.

Par Val K/Bon Pied Bon Œil. {JPEG}

Ce tableau des activités agricoles, esquissé au hasard de quelques rencontres, est forcément incomplet. Il pourra paraître optimiste. Il faut garder à l’esprit que l’occupation et les débats qu’elle suscite sont souvent âpres, parfois tendus. Surtout, si les occupations de terres paraissent essentielles, elles ne doivent pas masquer d’autres aspects de la résistance, où se déploie la vie collective : bouffes, ateliers, organisation de concerts ou animation de Radio Klaxon, qui pirate la fréquence de Vinci. La défense du bocage se fait, entre autres, en empêchant le « déplacement » – pour ne pas dire l’« élimination » – des espèces protégées, et en sabotant la construction du barreau routier. L’Acipa [12] non plus ne lâche pas le morceau : 400 membres étaient présents à son AG du 8 novembre à Notre-Dame. Un an après l’opération « César », personne n’a oublié la violence des affrontements de novembre-décembre 2012. Chacun sait que la partie est loin d’être gagnée et le retour des pandores est attendu de pied ferme.

Photos de Val Kpour le Collectif Bon Pied Bon Œil.


Notes


[1Association de défense des exploitants concernés par l’aéroport (i.e. des agriculteurs en titre de la ZAD), créée en décembre 1972.

[2Outre la Conf’, le Copain 44 (Collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d’aéroport, créé en juillet 2011) regroupe cinq autres structures : le Civam 44 (Centre d’initiative pour valoriser l’agriculture et le milieu rural), le GAB 44 (Groupement des agriculteurs biologiques), Accueil paysan, Terroirs 44 et Manger bio 44.

[3La ZAD comprend environ 1 000 ha de surface agricole utile. La quasi-totalité de ces terres est actuellement cultivée. Il reste encore quatre fermes en activité sur la ZAD. Ces quatre fermes sont, de façon provisoire et hypothétique, « protégées » par l’accord politique de mai 2012 qui a fait suite à la grève de la faim de deux agriculteurs (il a été promis, aux propriétaires en titre, qu’aucune expulsion n’interviendrait avant l’épuisement des différents recours juridiques). Une autre partie de ces terres est cultivée par des agriculteurs dont les fermes sont situées en dehors de la ZAD. Certains d’entre eux ont été expropriés mais continuent toutefois de cultiver les terres. Enfin, une dernière partie est cultivée par les différents collectifs d’occupants, principalement ceux qui participent à l’assemblée « Sème ta ZAD », et également par le Copain 44 autour de la ferme de Bellevue.

[4On peut lire un récit de cette journée sur le blog de Sylvie et Marcel.

[5Sur le « retour à l’herbe » et les dégâts du « modèle agricole breton », ultra-productiviste, on peut lire André Pochon, Les Sillons de la colère, 2001.

[6Prise de parole du 4 août 2013, au nom de l’Adeca, à l’occasion du forum/débat « Quelle agriculture paysanne face à l’accaparement des terres sur la ZAD de NDDL et ailleurs ? ».

[7À lire sur le site zad.nadir.org. Voir aussi « Semer et s’enraciner », in CQFD, n° 111, mai 2013.

[8Pour des photos, on peut aller voir « Le Diapotagerama de l’été » de « Sème ta ZAD ».

[9Copain 44, « Point info du 14 février 2013 sur l’action des paysans à la ferme de Bellevue ».

[10L’histoire de ces luttes paysannes reste à écrire. Le terrain a déjà été défriché par René Bourrigaud et le Centre d’histoire du travail de Nantes. Sur l’affaire de Cheix-en-Retz, on peut visionner en ligne le documentaire de François Guillement et Pierre Boureau, Le Bois-aux-Moines, 1998.

[11Cf. l’appel « Resème ta ZAD : invitation pour envisager les cultures de 2014 » sur le site : zad.nadir.org.

[12Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport, créée en décembre 2000.



1 commentaire(s)
  • Le 14 février 2014 à 18h21 -

    Ptain ce que ça fait du bien de lire cet article :) En fait on ne devrait plus lire que ça et se ficher total de toutes les alarmes dont la presse et les politiques nous abreuvent. Zadistes vous êtes nos éclaireurs, nos réinventeurs du mot liberté :) merci à tous pour cette belle histoire et NO PASARAN !!!

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par André Aspic & Nicolas Rami


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts