CQFD

Bonniche 2011 à toutes !


paru dans CQFD n°85 (janvier 2011), rubrique , par Mademoiselle, illustré par
mis en ligne le 21/01/2011 - commentaires

par TanxxxQuelle tristesse ! Les fêtes sont passées... quelle ambiance féerique pourtant ! Avec ces repas à préparer, ces piles de vaisselle à laver, ces grands moments de bravoure lorsque certains hommes repus se lèvent pour prendre un torchon, à la fin de la bataille, avant de poser consciencieusement la vaisselle essuyée sur la table de la cuisine parce qu’ils ne savent pas où ça se range. Combien, hélas, a-t-on compté de foulures de chevilles, à cause de l’empressement de certains hommes à se jeter sur le balai, dans un élan égalitariste ? Combien d’escarres a-t-on soignées, chez des femmes n’ayant pas levé le petit doigt pendant toute une semaine de ripailles ? Mais quelle joie ce fut de se souhaiter le meilleur dans de grandes embrassades :

– Bonne année, Mamour, bonne année de lavage des chiottes !

– Merci, mon chéri qui m’aide bien ! Merci d’en faire tout de même un peu !

– Mais je t’en prie, Mamour, je ne suis pas un gros beauf quand même !

– Mais je sais, mon chéri ! Les hommes ont changé ! On est bien contentes !

– Oh oui, Mamour ! Et on le dit à tout le monde que je suis un mec bien, qui t’aide !

– Oh oui, chéri ! Et des hommes comme toi, on en rencontre de plus en plus ! Mais je me demande, chéri...

– Oui, Mamour ?

– Comment est-ce possible alors que les femmes en fassent toujours deux fois plus à la maison que les hommes ? J’ai lu ça dans le journal ! Je n’ose y croire !

– Mais, Mamour, les statistiques, on leur fait dire ce qu’on veut ! Et puis c’est les autres, c’est pas nous !

– Ah ça, c’est sûr !

– Tu sais bien que je fais tout ce que je peux, Mamour, moi ! C’est juste que je ne pense pas souvent à faire de lessives, que je ne vois pas quand c’est sale, que je ne peux pas me libérer pour aller chercher le petit, qui d’ailleurs préfère quand c’est toi qui lui donnes le bain, que je n’ai pas les mêmes talents culinaires que toi, que je n’éprouve pas le besoin de passer l’aspirateur aussi souvent que toi et que je n’ai jamais su bien repasser. Mais pour le reste, je suis là hein ! Tu vas pouvoir compter sur moi cette année, je vais continuer à t’aider, rien ne va changer, rassure-toi !

– Oh merci, mon chéri !

Mademoiselle présente ses meilleurs voeux à toutes les Lafâmes en couple avec « un-mec-bien-qui-les-aide ». Que chaque petit poil de cul qu’elles vont ramasser sur le sol de la salle de bains, avant de remercier leur mec d’avoir mis de l’eau à bouillir pour le repas, histoire de les aider, leur rappelle leur chance d’être une femme du XXIe siècle.



4 commentaire(s)
  • Le 21 janvier 2011 à 16h57, par Anonyme coup de gueule - vraiment desole -

    Je pense a quitter ma copine ; je suis en couple depuis 5 ans, en vie commune depuis deux ans et demi, nous avons toujours une réelle complicité.

    Cependant je n’en peux plus de voir ses longs cheveux noirs boucher la douche et le lavabot, s’accrocher au tapis, joncher les coins, entretenir et gonfler le moindre début d’amas de poussière.

    Je n’en peux plus de devoir prendre a chaque fois les devant pour passer l’aspirateur, la serpillière, faire la vaisselle ou ranger ses affaires qui traînent un peu partout. J’ai pourtant essayé d’attendre pendant quelques jours, plusieurs fois, et même de lui en parler. Toujours je craque, après quatre jours d’évier débordant, de lessive non faites, de table non nettoyée, de taches jaune sous l’avant de la cuvette des toilettes a cause des éclaboussures inhérentes a l’inclinaison de son urètre.

    Pourtant parfois elle feinte un effort. Mes chemises blanches en ressortent rose pale ou bleu denim, les verres achetés par 6 formes des groupement impairs, je retrouve la poussière sous le lit, derrière une porte ou la serpillière moisie sous l’évier. Je perds mes chaussettes par demi-paire.

    Je m’occupe de la voiture (depuis la vidange jusqu’à la mission de chauffeur de madame qui ne veut pas conduire), je gère le budget et les comptes, ce qui est normal puisque nous vivons (plutôt bien cela dit) sur mon unique salaire - mais ce devait être temporaire depuis que madame a terminé ses études et est depuis plus de 8 mois en "recherche d’emploi". Je fais a manger tous les jours et les courses, bien qu’elle m’accompagne de temps en temps.

    Je suis ingrats, depuis cet été elle m’a préparé deux dîners qui m’attendais au retour du travail. C’était très bon mais j’ai mangé seul, elle avait déjà goûté ses plats.

    Si vous saviez ce qu’elle peut être gentille et douce, toujours une parfaite excuse et des yeux qui me font fondre. Elle est juste totalement incapable de s’occuper d’une maison.

    Alors les pleurnicheries des néo-féministes décomplexées qui ne savent que regarder la poutre dans l’œil du voisin j’en ai un peu marre.

    Répondre à ce message

    • Le 28 janvier 2011 à 14h55, par Mademoiselle -

      On dirait que tout fout le camp, mon bon monsieur ?! Heureusement, non ! Ne vous inquiétez pas, si vous quittez votre souillonne, vous n’aurez pas de problème pour en trouver une qui assumera le ménage. Elles constituent le gros des troupes.

      Concernant les "pleurnicheries", je vous laisse les coordonnées des chercheurs-euses de l’INSEE qui ont travaillé sur la répartition des temps domestiques en France selon les sexes, depuis plusieurs décennies. Vous pourriez faire une réclamation au sujet de leurs résultats d’enquête ! Après tout, ils ont publié des chiffres qui ne correspondent pas à votre situation personnelle, c’est intolérable ! http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/formulaire.asp?page=services/contact.htm&cate=reclamations

      Répondre à ce message

    • Le 8 mai 2011 à 11h56, par chania -

      Tiens, j’aurai juré que le texte avait été écrit par une femme ! Je suis sûre que vous comprenez maintenant CE QUE VIVENT LES FEMMES depuis toujours puisque votre révolte est la nôtre !

      Répondre à ce message

    • Le 25 novembre 2011 à 18h29, par Phut -

      Hé ben moi je fais le ménage moite moite : comme je suis blond et que ma femme est brune : chacun enlève les cheveux et les poils de cul qui sont les siens, par terre je ne ramasse que les coupures d’ongles avec du cambouis, car c’est les miens et après, celui qui en a le plus enlevé, c’est aussi celui qui en avait le plus mis ! Pour les slips par terre je m’en fous car les miens ne peuvent pas passer dans l’aspirateur... Et pour les bêtes de nez, c’est pas moi ! COMPRIS ?

      Phut

      Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Mademoiselle


Dans le même numéro


1 | 2 | 3 | 4

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts