CQFD

Presse sous perf’


paru dans CQFD n°115 (octobre 2013), rubrique , par Sébastien Fontenelle
mis en ligne le 10/12/2013 - commentaires

Tandis que les patrons de la presse dominante lancent vers le gouvernement de (très) vigoureuses exhortations à réduire la dépense publique, l’État les gave de gros pognon : pour rien, dit la Cour des comptes.

Non, raymond. Non, la Cour des comptes n’est pas seulement l’organisme public doté en 2008 d’une mission de conseil au gouvernement, à la tête duquel Sarkozy a mis, du temps que la droite UMPique régnait sur notre cher et vieux pays, en 2010, un « socialiste » selon son goût – a man called Didier Migaud –, qui n’a depuis eu de cesse que de produire, en flux (très) tendu, des exhortations à réduire la dépense publique facilement reconnaissables à ce qu’elles font, dans l’instant, la une du journal Le Monde, où ces bubulations libérales forcent de longue date le respect de la direction.

Ce que je veux dire, mon Raymond, c’est qu’il arrive encore – même si c’est de plus en plus rare – que cette vénérable institution, fondée en des temps napoléoniens pour vérifier l’usage que l’État fait de nos deniers, s’acquitte normalement de cette exigeante mais noble tâche.

Tout récemment, rexemple : elle a enquêté sur les « aides » publiques à la presse écrite – sur le pognon, pris dans nos impôts, que le gouvernement allonge à ses publications quotidiennes et hebdomadaires, pour les aider à boucler des fins de mois devenues, pour tout un tas de raisons, dont la moindre n’est sans doute pas que nous avons collectivement pris conscience que ces organes étaient d’abord et avant tout des machines à produire (et à diffuser) une propagande mortifère, notoirement difficiles. Et la Cour a publié, au terme de cette investigation, un dense rapport – dont Le Monde, pour le coup, n’a pas nourri du tout sa une, mais qui peut, fort heureusement, être consulté en ligne : c’est ce que tu devrais faire, Raymond, parce qu’il le vaut bien.

L’on y découvre, notamment, que l’argent de nos contributions finance un canard d’extrême droite dont nous tairons ici le nom (pour ne pas trop nous salir la page), mais dont le directeur a notamment été condamné, pour «  diffamation raciale » et pour « incitation à la haine raciale » : nous lui avons collectivement (mais à l’insu de notre plein gré) distribué, en 2011, au titre des « aides au pluralisme » – c’est-y pas beau comme un coucher de soleil sur un édito de Philippe Val –, la coquette somme, piochée dans un « fonds d’aide aux quotidiens nationaux d’information politique et générale à faibles ressources publicitaires » dont tu es, j’en suis sûr, bien aise de découvrir ici l’existence [1], de 260 183 euros, qui a dû aider sa chefferie à payer quelques salaires de crânes défenseurs de l’Occident.

Mais surtout, et au-delà de l’instructive anecdote que nous sponsorisons sans le savoir une feuille xénophobe : le rapport de la Cour des comptes met en évidence que la presse écrite « constitue un secteur qui est fortement soutenu par l’État », et que ce soutien s’est considérablement accru dans le cours de la dernière décennie – sous le règne, donc, d’une droite versée dans la stigmatisation obsessive, mais ovationnée par les journaleux qui bénéficiaient de cette manne, de l’« assistanat ». Sans même parler des « aides indirectes » qui leur ont été consenties : les quotidiens et les hebdos dont les patrons hurlent en chœur, tous les jours et les semaines, qu’il faut d’urgence « réduire la dépense publique » (en donnant des coups de serpe dans les budgets dédiés au secours des nécessiteux) se sont littéralement gavés [2].

Entre 2009 et 2011, Le Figaro, propriété du Serge Dassault qui milite activement pour une « suppression de toutes les aides sociales », a bénéficié d’une « subvention » de 19 centimes par « exemplaire diffusé » – pour un mafflu total de 18,4 millions d’euros par an, qui a probablement mis du baume au cœur de son bloc-noteur vedette, Ivan Rioufol, au moment de rédiger ses diatribes hallucinées contre « l’État-mamma ». Dans le même temps, L’Express et Le Point, où la fustigation des irrepentis gauchistes qui laissent filer « le déficit public » est une discipline éditocratique à part entière (dont témoignent par exemple les chroniques défiltrées de MM. Attali et Baverez), se sont respectivement garni la tirelire de 6,2 millions et de 4,5 millions – par an, toujours, Raymond, qu’est-ce que tu crois.

En soi, déjà, c’est édifiant – pour ce que ça nous dit, notamment, de l’indépendance réelle de ces titres dont les bosses vont distribuant dans l’époque de rudes leçons de maintien déontologique. Mais le plus intéressant est que les « résultats » de ce gros lâcher de fric sont, selon la Cour des comptes, « peu probants », et même : « Décevants au regard des attentes et des moyens engagés. » Puisqu’en effet, « malgré le soutien massif  » dont l’État gratifie ses iconoclastes contempteurs de la dépense publique : la « crise de la presse » continue inexorablement de « s’aggraver ».

Et je sais bien, Raymond, que tu seras de l’avis que cette gabegie aurait valablement pu faire l’objet d’une une du Monde un peu pêchue – du type de celles que sa dirlotte fait d’habitude confectionner (comme je te disais tout à l’heure) à chaque fois que Didier-Migaud-de-la-Cour-des-comptes crie qu’il faut qu’on se réduise les dettes publiques. Mais regade bien, Raymond – c’est marqué là, en tout petit : Le Monde a reçu, chaque année, entre 2009 et 2011, une allocation d’État de 18,4 millions d’euros. Et tu voudrais le crier sur les toits ?


Notes


[1Et dont l’un des principaux bénéficiaires est le quotidien Libération, qui s’est vu attribuer sous son titre une enveloppe de 2,8 millions d’euros en 2011.

[2Et CQFD ? me diras-tu Raymond. Ils peuvent toujours venir avec leur chéquier, on les chassera, on ne mange pas de ce pain-là !



5 commentaire(s)
  • Le 10 décembre 2013 à 08h31, par Raymond -

    P´tain qu’on leur coupe les bourses ! Et comme ça après, ils chanteront peut être un peu plus juste !

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2013 à 11h43, par Zolpi -

      Ben voyons ! J’espère que l’Humanité chante juste "l’internationale" parce que les 4 millions d’euros que leur a donné l’état , c’est pas donné : pour ceux qui payent des impôts !

      Répondre à ce message

      • Le 11 décembre 2013 à 06h38, par George -

        Mais l’Huma, que je sache, ne crie pas trop "haro sur le baudet", si ?

        Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2013 à 17h05, par DocPresse -

    Pour ne pas dire que les intéressés n’en n’ont pas parlé :

    La Cour des comptes juge les aides à la presse écrite peu efficaces Le Monde.fr, 12.02.2013 (Mis à jour le 18.09.2013)

    "Selon la Cour des comptes, le quotidien qui a reçu le plus d’aides directes, sur la période 2009-2011 est Le Monde (18,4 millions d’euros), suivi du Figaro (17,2 millions) et de Ouest France (15,7 millions). Viennent ensuite, loin derrière, La Croix (9,98 millions) et Libération (9,9 millions)."

    Aides à la presse : un rapport prône efficacité et transparence LeFigaro.fr, 3 mai 2013

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2013 à 16h38, par carpediem -

    j’ai vu que ...télé 7 jours était également subventionné ! je n’en ai pas cru mes yeux. peut être s’agit-il d’une aide à la pluralité du ..vide sidéral télévisuel ou bien de la bêtise érigée en programme ?

    Nous sommes gouvernés par des gens corrompus à la tête de systèmes corrompus et tout ce beau monde se gave sur le dos des autres. La maxime du jour " le socialisme ne dure que le temps que dure l’argent des autres".

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Sébastien Fontenelle


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts