CQFD

Monde 2.0 : Les joujoux des pauvres


paru dans CQFD n°130 (mars 2015), rubrique , par Célia Izoard, illustré par
mis en ligne le 09/04/2015 - commentaires

Son visage respire les activités saines de la campagne. Joues rebondies, taches de rousseur, regard enjoué, sur cette photo de Paris Match (décembre 2014), Jennifer Gates, 18 ans, pose avec son cheval qui s’apprête à courir la très chic Gucci Paris Masters. La fille aînée de Bill Gates, « est accroc à l’équitation, pas aux technologies 2.0. Le richissime fondateur de Microsoft et son épouse, Melinda, ont toujours protégé leurs trois enfants de l’invasion des écrans. » La redoutable invasion des écrans – vous voulez dire celle dont il est directement à l’origine ? Est-il nécessaire de rappeler la devise de Microsoft à sa création  : «  un ordinateur dans chaque bureau et dans chaque maison » ? Que la firme est l’un des premiers producteurs au monde de jeux vidéo et de consoles, notamment la fameuse Xbox, à laquelle beaucoup d’enfants développent d’interminables addictions ? Mais c’est bien connu  : un bon dealer ne touche pas à la came.

Dans un article du New York Times intitulé « Steve Jobs était un parent low-tech » (10/09/14), le journaliste Nick Bilton relate une entrevue avec le fondateur et ancien PDG d’Apple, décédé en 2011  : « Vos enfants doivent adorer le nouvel ipad, non ? » « Ils ne l’ont pas eu entre les mains, répond impassiblement Monsieur Apple. Chez nous, nous ne laissons pas trop les enfants utiliser les technologies. » Ne nous prendrait-on pas pour des… pommes ? A qui sont destinées ces applis ludiques pour iphone indispensables pour « l’éveil » et « l’apprentissage » des gosses ? Et ces « ipadmini », avec étui en mousse pour bébé ? Pour qui, la gamme Tiggly d’Apple «  à partir de 18 mois » ou le « bac à sable numérique » vanté sur le site d’Apple ? Ils sont pour les autres, et paradoxalement… les plus pauvres. Ceux à qui l’on fait miroiter réussite sociale à travers ces équipements – qui les ruinent  ! Ceux qui n’ont ni les moyens matériels, ni les ressources intellectuelles pour s’en protéger comme, apparemment, ils le devraient.

Evan Williams, fondateur des géants Blogger, Twitter et Medium a interdit les tablettes pour ses fils. En lieu et place  : des centaines de livres – en papier  ! Chris Anderson, ancien rédacteur du magazine Wired et président de la société 3D Robotics, qui produit des drones, a fixé des limites horaires draconiennes à ses enfants  : « Je suis bien placé pour comprendre le danger de ces technologies. J’ai vu ce qu’elles produisaient chez moi, je veux protéger mes enfants », explique-t-il au chroniqueur du New York Times. Difficultés de concentration liées aux tentations infinies des interfaces numériques ; dégradation de la mémoire induite par l’utilisation des moteurs de recherche ; ruine du développement psycho-moteur ; pollution précoce par la publicité ; risques d’addiction, à l’évidence, il faudrait considérer la camelote électronique comme l’équivalent de la malbouffe.

Et l’école ? Aux États-Unis, où l’« école numérique » existe depuis au moins deux décennies, les enfants des cadres de la Silicon Valley apprennent-ils la programmation informatique à dix ans ? Les cours magistraux ont-ils été remplacés par des logiciels sur tablette ? Pas exactement. A la Waldorf School of the Peninsula, école privée de San Francisco fréquentée aux trois quarts par les enfants des techies des start-up hyperconnectées, « Pas un ordinateur, pas une télé, pas le moindre petit ou grand écran », relate Guillemette Faure dans Le Monde (27/04/2012)  : on « n’introduit l’outil informatique qu’en quatrième ». « En revanche, poursuit-elle, on a trouvé un four à pain dans le jardin, […] des chaussettes faites main – les cours de tricot, pour filles comme pour garçons, commencent en CP –, des tableaux noirs et des craies de couleur. »

Pendant ce temps, lors de sa conférence de presse de février, François Hollande martèle  : le numérique sera enseigné « de l’élémentaire à la terminale, avec les diplômes correspondants ». Avec la promesse – la menace ? – que tous les élèves de 5e seront équipés d’une tablette à la rentrée 2016. Des investissements qui dessinent les contours d’une éducation au rabais  : l’informatique offre la possibilité de destituer l’enseignant  : « Il est celui qui valide et guide plus qu’il ne fait la leçon », s’enthousiasme Johan Hufnagel dans Libération (23/02/15). En réalité  : il est voué à être relégué au rang de simple « animateur » d’activités éducatives en ligne conçues par l’industrie, et donc moins formé et moins payé – en d’autres termes, prolétarisé. Surexposés aux écrans, les enfants voient s’éloigner encore plus la possibilité d’une relation éducative structurante avec des adultes. « C’est la révolution du Do it Yourself des pionniers du Net adaptée à l’école », exulte l’éditorialiste, que l’on pourrait traduire par « démerde-toi avec ta tablette, il n’y a pas assez de personnel pour s’occuper de toi ». « Do it yourself », voilà en effet très exactement le message des pionniers du Net  : faites-le vous-mêmes, nous, on fait le contraire.

Miroir, oh ! Mon miroir...

Par Pirikk. {PNG}



3 commentaire(s)
  • Le 9 avril 2015 à 16h51 -

    Le numérique, miroir aux alouettes de l’Education nationale, fait partie de la réforme 2016 pour le collège. Des formations y sont proposées aux profs, pour que ces sépulcres blanchis y apprennent les rudiments de ces machines que les gosses manieront de toute façon mieux qu’eux !

    "Le dealer ne vend pas sa came à ses enfants", ça résume tout - et ça vous met d’accord avec Finkielkraut, qui a déjà expliqué ça chez Pujadas. Mais on ne dénoncera jamais assez ces niaiseries. Déjà, l’hypertexte en son temps avait excité des bataillons de pédagogos, et pourtant les gosses connaissent très peu leur langue. Pour ça l’écrit suffirait, mais les livres c’est pas assez technique, ça ne rapporte rien. On n’exploite pas l’Afrique et ses mineurs pour faire un livre, on ne fait pas bosser des chinois pour un bol de riz dans les usines de Monseigneur Gates.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril 2015 à 12h29, par Del -

    Ce qui est pour le moins étrange, c’est de considérer que Gates, Job, et consorts sont des penseurs de la technologie, et que leurs produits définissent l’informatique. C’est étrange, et dangereux. Stiegler par exemple est très critique sur les écran, il a cependant l’intelligence de ne pas rejeter en bloc la technologie elle même, mais bien l’usage qui en est fait, usage qui est proposé par Apple ou Microsoft, et adopté en masse par des utilisateurs aliénés. Il ne faut pas se méfier des écrans, il faut se méfier de la version glucosée marketée et parfois lobotomisée qu’en proposent ces firmes. L’existence des raviolis Lidl ne justifie pas que l’on éradique l’usage de la casserole dans laquelle on les prépare... Comme les plats trop salés, trop sucrés, conçu pour que l’on y retourne, il faut évidemment se méfier du pret a penser technologie conçu pour aliener ses utilisateurs dès le plus jeune âge, mais jeter le bébé avec l’eau du bain, refuser de comprendre pour se réapproprier l’outil, c’est sans doute la pire des démarches.

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril 2015 à 17h58 -

      C’est gentil, Del, de te préoccuper de ma démarche. Mais si, au lieu de citer "Stiegler" contre "Job" et "Gates", tu nous expliquais un peu ce qu’il y a de bon à utiliser les tablettes, claviers et autres dans les classes ? On pourrait tâcher de se comprendre, et discuter.

      "Il ne faut pas se méfier des écrans", "il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain", peut-être. Mais faut pas non plus prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages. "Miroir aux alouettes", je maintiens. Et j’ajouterais même : "confiture aux cochons". Des cochons même pas reconnaissants du mal qu’on se donne pour les distraire avant l’abattoir. Dingue, non ?

      Les progrès que doit apporter l’introduction massive d’écrans individuels à l’école sont pour le moment inconnus. Il faut le faire, c’est tout. Comme il faut prier le bon dieu pour avoir une bonne récolte. Il faut maintenir un bon niveau de croissance. Il faut que les enfants de pauvres soient encore un peu attentifs à l’école (en utilisant à l’école les gadgets qui les fascinent déjà à la maison) pour des savoirs auxquels on accorde de moins en moins de valeur sociale. Sinon, ils vont brûler des voitures. Ou, pire, se rendre compte que les objectifs scolaires sont fixés (par le protocole de Lisbonne) : former vingt pour cent de cadres. Les quatre-vint qui restent ? Ça devient ennuyeux, là. On est vraiment obligé de parler de choses désagréables ?

      Après, j’ai envie de dire : qu’importe le contenant, pourvu qu’on ait l’ivresse. Ce qui compte, c’est le contenu, et ce qui nous occupe : qu’est-ce qu’on enseigne aux gamins ? Des tablettes ne les empêcheront sans doute pas d’apprendre...Mais présenter ces gadgets connectés comme quelque chose de hautement indispensable, c’est vraiment se moquer du monde. C’est éviter de se la poser cette seule question qui compte, celle du contenu, de ce qu’on veut transmettre. C’est de l’obscurantisme. High-tech, certes. Au passage, ça fait les affaires des mafieux susnommés, et du président de la République, leur VRP de choc. On est bien peu de chose. On peut bien faire l’effort d’adapter nos gosses aux machines qui viennent.

      Il y a une différence, je le dis sans rancune, que l’école n’a pas su m’expliquer, c’est la différence entre "technique" et "technologie". "Technologie", c’est sûr, c’est électrique, avec des circuits qui se croisent par milliers sur des plaquettes de plus en plus petites....Pourtant, "technologique" n’est pas synonyme d’"électronique". Alors ? Pourquoi pas en rester à "technique" ? Technique de haut vol, technique de pointe, technique qui résout des problèmes...

      Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Célia Izoard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts