CQFD

Grèce : candeur et fermeté


paru dans CQFD n°91 (juillet-août 2011), rubrique , par Vassilis Papageorgiou
mis en ligne le 02/09/2011 - commentaires

De notre correspondant à Athènes

Réunie à la veille des deux journées de grève des 28 et 29 juin, l’assemblée générale des occupants de la place Syntagma, au cœur d’Athènes, avait lancé un appel à l’attention des flics et du ministère de l’Ordre public. Publié sur Internet, les pages Facebook, les twitts, et repris par la presse, il demandait à la police de ne pas s’attaquer violemment aux manifestants. Il précisait, en outre, qu’en cas d’interventions, les forces de l’ordre et l’État auraient à subir une riposte d’une violence inattendue. L’ultimatum aura été sans effet : les flics ont attaqué les cortèges et noyé pendant deux jours le centre-ville dans un épais nuage de gaz lacrymogènes. Le 3 juin, l’assemblée de la place Syntagma rendait public un nouveau communiqué, destiné cette fois à « l’élite internationale du capital ». Il lui est fermement conseillé de ne pas faire l’erreur d’acheter des terres ou d’entrer dans les capitaux des entreprises que l’État a l’intention de privatiser. De plus, les manifestants l’enjoignent à « ne pas mettre un pied en Grèce », au risque de voir se lever des hommes et des femmes « capables d’exploser » (sic) comme ce fut le cas par le passé, lorsque le peuple grec s’est trouvé confronté à des situations difficiles. Fait remarquable, il ne s’agit pas là de menaces lancées par quelques sectes politiques, armées ou pas, qui prétendent parler au nom de tous. Si les propos contenus dans ces déclarations manifestent une certaine candeur, ils expriment néanmoins une fermeté inédite dans un tel mouvement, sans programme et sans leader, où tout semble toujours ouvert…



1 commentaire(s)
  • Le 20 octobre 2011 à 12h33 -

    Depuis, ce mouvement qui fut centrée sur la mobilisation à Syntagma a contribué à la création d’assemblées de quartier, des comités de chômeurs se créent, et parmi les "insurrectionnalistes" il y a des tentatives de ne pas se borner à "l’affrontement à l’état" comme seule dimension de l’existence collective :

    Ces expériences renvoient à nombre de préoccupations et de questions politiques partagées en France notamment : Quelles peuvent être les raisons spécifiques qui ont conduit une partie du mouvement anarchiste grec, largement teintée d’insurrectionnalisme, à créer des structures syndicales de base, alors même qu’ils se montrent très critiques à l’encontre du syndicalisme ? comment peut-on entendre le rapport entretenu entre une critique radicale du travail salarié construite à travers diverses formes d’organisation et de débrouille collective (squat, récupération, petits larcins, potagers collectifs...) et l’investissement dans la défense des droits des salariés précaires sur les lieux de travail ?

    Retour à la base - Méditations sur le renouveau du syndicalisme grec

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Vassilis Papageorgiou


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts