CQFD

Courrier des lecteurs du n°126


paru dans CQFD n°126 (novembre 2014), rubrique , illustré par
mis en ligne le 13/12/2014 - commentaires

Sur les murs

Par Elodie Laquille et Jean-Baptiste Legars. {JPEG}

Lettre de rupture

A l’attention du comité de rédaction, des lecteurs de CQFD et du Chien rouge suprême lui-même,

Je vous fais part, par la présente, de notre rupture. Rupture dont je vais succinctement résumer les causes et les conséquences.

Voilà deux ans, ce journal CQFD m’avait ouvert ses bras, ses portes et ses colonnes. Avec une claque virile mais amicale dans le dos, on m’avait fait signer un contrat mirifique et engagé comme secrétaire de rédaction. « Tu verras, c’est facile », m’aviez-vous dit  ! Ben tiens  ! Entre les contributeurs en retard, les coups de speed, de stress, de gueule et les coups de main, de rouge et de cœur, faut avoir les tripes bien accrochées  !

Alors certes… Admettons… oui, j’ai touché un salaire mirobolant (un emploi aidé au smic à 26 h/semaine  ! Youhou  ! J’avais jamais touché autant  !) Certes, je n’étais pas soumis à la pression d’un boss. Oui, je pouvais choisir quand, où et comment travailler. Ok pour reconnaître que l’équipe est sympa. J’avoue qu’en plus on rigole bien. Et c’est vrai que surtout c’est super de participer à la vie de ce canard, ça a du sens et tout.

Mais voilà. C’est la fin du beurre dans les épinards. This is the end, my friends. Le mirifique contrat aidé arrive à terme. Pour moi, s’ouvrent maintenant tout grand les bras, les portes et les indemnités de Pôle emploi. Et, comme vous le savez, les gens de Pôle emploi et surtout leur grand chef, le ministre Rebsamen, n’aiment pas du tout que les chômeurs fassent du bénévolat plutôt que de chercher activement un boulot qui n’existe pas.

Donc… je suis bien obligé de dire que non, je ne bosserai plus pour CQFD. Non encore, je ne continuerai pas à écrire pour ses colonnes. Non, n’insistez pas, je ne viendrai plus aux réunions du comité de rédaction. Non, je ne m’occuperai plus du site internet. Non, non, non…

Restons bons amis.

Julien Tewfiq

P.S. : Catherine, je te confie le secrétariat de rédaction, tu verras, c’est facile.

Réponse du Chien rouge

Cher collègue, nous prenons acte de cette douloureuse décision… qui ne te dispense pas de ranger le bordel sur ton bureau. A vendredi pour la réunion de préparation du prochain numéro.

Le Chien rouge



Ajouter un commentaire

Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts