CQFD

Mais qu’est-ce qu’on va faire des… Zones de sécurité prioritaires ?


paru dans CQFD n°109 (mars 2013), rubrique , par Mickael Correia
mis en ligne le 22/04/2013 - commentaires

Un million six cent mille. C’est le nombre d’habitants qui vivent dans les soixante-quatre Zones de sécurité prioritaire (ZSP) lancées en septembre 2012 par Manuel « Nicolas » Valls. De Saint-Ouen dans le 93, à Tourcoing et Roubaix dans le 59 en passant par… Saint-Gilles dans le 30, not’ bon ministre ne veut rien moins que nettoyer à grandes eaux «  l’économie souterraine, le trafic de stupéfiants et d’armes, les violences, les cambriolages, les regroupements d’individus dans les halls d’immeubles, les incivilités recensées sur la voie publique [1] » Et tout le monde se met à la tâche : Éducation nationale, municipalités et Affaires sociales sont aussi associées sans compter que 40 % des établissements scolaires dits « prioritaires » se retrouvent dans ces ZSP. Extirper le mal par la racine, qu’on vous dit ! Le ministère de l’Intérieur a ainsi rameuté près de 500 lardus supplémentaires dans ces territoires labellisés pour apporter sécurité et sérénité aux braves habitants de ces « zones sensibles ».

À Barbès, le quartier de la Goutte d’Or n’a bien évidemment pas échappé aux amours sécuritaires de l’obsédé « des White, des Blancos [2] ». Patrouilles pédestres renforcées, stationnement en permanence d’ une demi-compagnie de CRS au minimum… Trois mois après la création de la ZSP de Château-Rouge, Nelson Bouard, commissaire divisionnaire du 18e arrondissement, étale son tableau de chasse : 1 554 procédures pour vente à la sauvette ont été dressées, 1 500 articles contrefaits ont été saisis, douze fermetures administratives de petits commerces ont été décidées, cent quinze procédures pour racolage ont été enregistrées, huit personnes ont été placées en détention pour trafic de drogues [3] . Sur le terrain, les bleus s’en donnent à cœur joie : plusieurs fois par jour, les robocops déambulent le long de la rue des Poissonniers et du marché Dejean autour du métro Château-Rouge, faisant fuir à grands coups de rigolade les vendeurs de téléphones à la sauvette et autres mamas pourvoyeuses ambulantes de fruits de la passion.

Daniel Vaillant, maire du 18e arrondissement et copain comme cochon avec l’actuel préfet de police de Paris (son ancien directeur de cabinet quand Dany était ministre de l’Intérieur), n’en démord pas : «  Les ZSP sont une réponse moderne et efficace à des problèmes sécuritaires qui suivent l’évolution de la société. La sécurité se construit quotidiennement et calmement. Nous devons sécuriser sans gêner la liberté. Nous devons faire accepter ce modèle aux habitants du quartier. [4] » Faire accepter la ZSP au quartier ? C’est loin d’être d’actualité. Certains ironisent déjà en renommant le métro Château-Rouge « Château Bleu », le brasseur local de la Goutte d’Or s’est déclaré durant les fêtes « zone de shopping prioritaire » et pour Fouad, qui tient un bazar sur le boulevard Barbès, « au passage de la police, les vendeurs à la sauvette jouent à cache-cache en se planquant derrière les camionnettes. C’est ridicule, la police passe plusieurs fois par jour en marchant comme des soldats. Comme ils se sentent mal à l’aise car ils savent que ce qu’ils font ne sert à rien, ils se retrouvent à jeter par terre les marrons chauds que vendent les Pakistanais sur leurs Caddie. Si c’est ça la sécurité prioritaire… » Le collectif de défense des sans-papiers affirme quant à lui que la ZSP sert surtout à donner à la police « plus de moyens pour “faire du chiffre” dans un quartier à forte concentration d’immigrés et de sans-papiers ». Enfin, pour Sylvie, une habitante « historique » du quartier, « c’est juste comme d’habitude un coup de pression pour mieux contrôler les immigrés de la Goutte d’Or. Ils n’ont pas l’air malins les policiers, à rester dans leur camionnette alors qu’en face d’eux il y a en permanence des dizaines de vendeurs ambulants et des prostituées. On est classé Zone urbaine sensible depuis près de 30 ans, tant que les gens seront dans la galère, ce sera impossible de ‘’nettoyer le quartier’’ comme ils disent… » Circulez, il n’y a rien à voir !


Notes


[1Communiqué du 20 novembre 2012 – gouvernement.fr.

[2En référence aux propos tenus par le député-maire d’Evry sur une brocante de sa ville en juin 2009.

[3Conseil de quartier du 20 décembre 2012 sur la présentation de la ZSP.

[4Libération, 8 février 2013.



1 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Par Mickael Correia


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts