CQFD

Dossier : La police tue

La police tue, les quartiers résistent


paru dans CQFD n°153 (avril 2017), rubrique , par l’équipe de CQFD, illustré par
mis en ligne le 08/04/2017 - commentaires

Everyone’s cryin’ out for peace,
No one is cryin’ out for justice.
I don’t want no peace,
I need equal rights and justice
. »
Peter Tosh, « Equal rights »

Le 15 mars, journée internationale de lutte contre les violences policières, des centaines de flics ont manifesté à Paris pour réclamer plus de laxisme de la part des juges après la condamnation d’un de leurs collègues pour le meurtre d’Amine Bentounsi. Ce même jour au TGI de Pontoise (Val-d’Oise), Yacouba, frère d’Adama Traoré, mort étouffé sous trois gendarmes à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet 2016, a été condamné à 18 mois de prison pour avoir frappé un gars ayant sali la mémoire du frangin dans les pages du Parisien. La même juge a déjà condamné Bagui, autre frère d’Adama, à 8 mois de prison pour outrage et violences, et l’a ensuite inculpé de « tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Il est en fait accusé sans preuve d’avoir tiré sur les forces de l’ordre lors des troubles consécutifs à la mort d’Adama – comme les frères Kamara à Villiers-le-Bel après les émeutes qui suivirent la mort de Lakhamy Samoura et Moushin Sehhouli en 2007. Une vie volée par un flic : cinq ans avec sursis. Un nez cassé : 18 mois ferme. La police tue, la justice enterre.

La dérive de ce pays sur la pente du tout-sécuritaire, l’état d’urgence permanent, la répression du mouvement social, l’autonomisation quasi séditieuse d’une frange de la police, la multiplication des « bavures » à connotation raciste… L’actualité a porté CQFD vers Paris et sa banlieue. Ce qui ne veut pas dire qu’à Marseille, Clermont-Ferrand ou Colmar il ne se passe rien. Nous y reviendrons prochainement.

Notre hypothèse de départ demandait à être vérifiée : si l’actuelle ambiance de fin de règne s’accompagne d’une radicalisation autoritaire du pouvoir, il existe des signes forts pointant en direction contraire, vers un possible dépassement. Le fait que les techniques de maintien de l’ordre testées dans les banlieues aient largement débordé vers le centre des villes (lors des grèves anti-loi Travail) ou dans les campagnes (mort de Rémi Fraisse à Sivens) a permis un début de désenclavement politique des quartiers populaires. La révolte de l’automne 2005 n’avait pas prospéré au-delà des banlieues. Aujourd’hui, la rage provoquée par les affaires Adama Traoré et Théo Luhaka a sauté par-dessus le périphérique. Le rassemblement de Bobigny, le blocage des lycées parisiens, les événements du lycée Suger à Saint-Denis le prouvent. Quant aux pétitions pour Adama et Théo lancées par des stars du show-biz, le concert de rappeurs comme Kery James et la présence du secrétaire général de la CGT ou du porte-parole de Mélenchon à la marche pour la Justice et la Dignité du 19 mars, ce n’est que l’écume d’une lame de fond. Récupération politique et people ? Sans doute, mais cela révèle aussi à quel point la question du racisme et des violences policières est devenue brûlante, incontournable. L’enjeu est ailleurs. Les familles de victimes, les quartiers, les premiers et premières concernées ne se laissent plus voler la parole et construisent pas à pas leur autonomie. S’ils parviennent à se fédérer hors de l’emprise des partis, cette colère peut devenir un puissant moteur du mouvement social.



Ajouter un commentaire

Par l’équipe de CQFD


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts