CQFD

L’art de vivre comme ça nous boume


paru dans CQFD n°101 (juin 2012), rubrique , par Noël Godin
mis en ligne le 24/08/2012 - commentaires

Deux bouquins récents de l’Harmattan s’attaquent à l’utopie. Approchons-nous d’eux à petits pas méfiants car ils sont fristouillés par des grosses têtes universitaires. Le livre Anarchie éclairée du professeur de philosophie du droit Matthias Kaufmann décrit fort lourdinguement « la communauté des hommes libres et égaux » proposée par Aristote dans laquelle quelques privilégiés d’apparence débonnaire gouvernent et se laissent gouverner à tour de rôle en glosant sur l’utile et le juste. Il rappelle quelques pages plus loin que les anarchistes à la Bakounine ont cherché à « démocratiser » cette conception aristocratique du refus des hiérarchies durables en l’appliquant au peuple entier dans le cadre d’une « possession commune du sol et des moyens de production » et d’une généralisation de « l’égalité, de la solidarité, de la coopération libre et volontaire ». Puis voilà le professeur Kaufmann qui prend soudain son bœuf : il chipote sur toute la ligne le radicalisme révolutionnaire du « démon de la révolte » Bakounine (tout en ménageant le bien plus pondéré leader libertaire Kropotkine) et se démasque poisseusement : «  Un mouvement anarchiste ne saurait aujourd’hui se passer du bouclier de l’État libéral… »

Je craignais après cette douche de glu que l’étude collective L’Utopie. Art, littérature et société soit de la même farine. Surprise ! Il n’en est rien. Le docteur en philosophie martiniquais qui l’orchestre, Dominique Berthet, balance dans les gencives des amateurs d’art mortifère que pour lui, le vrai art, c’est « la création d’autres mondes, d’autres possibles ». Que c’est « un espace de résistance, d’insoumission, de transgression » nous conviant comme Oscar Wilde à faire de « notre vie une œuvre d’art ». Et de se référer aux rebelles dadaïstes, au turbulent futuriste Marinetti, au musicien John Cage qui voulait « abolir la frontière entre l’art et la vie », au mouvement Fluxus appelant, dans les années 1960, les artistes à la révolte armée, aux actionnistes viennois foutant le souk partout puis, naturellement, aux mauvais garnements situs [1].

Mais il n’est pas question pour Dominique Berthet de s’en tenir à une visite guidée du musée des tentatives de fusion entre l’art et la vie. Dans son avant-propos au livre, comme dans le chapitre « L’art, une utopie incarnée ? », il nous ramène aux combats farouches du jour pour une vie différente. « Il convient de revendiquer l’utopie non pour ce qu’elle fut mais pour ce qu’elle peut offrir de nouveau, d’inédit, de plus juste, de plus épanouissant. » Pas mal du tout, Dr Berthet, tu mérites qu’on te roule des saucisses !


Notes


[1Viennent de paraître à ce sujet trois splendides torpilles : Le Mouvement situationniste de Patrick Marcolini (L’Échappée). Les Situationnistes et l’anarchie de Miguel Amoros (Éd. de la Roue). Écrits de la section américaine de l’IS (Éd. CMDE).



Ajouter un commentaire

Par Noël Godin


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts