CQFD

Des utopies bandantes « assorties de conscience critique »


paru dans CQFD n°94 (novembre 2011), rubrique , par Noël Godin, illustré par
mis en ligne le 27/12/2011 - commentaires

En s’aventurant dans De l’utopie ! (éditions de l’Incidence), y a de quoi avoir les fumerons : son fricasseur, le crack de philo rattaché au CNRS (oyayaïe !) Pierre Macherey, a boulonné jadis avec le funeste enculeur de moucherons Althusser. Il constate : un, que les innombrables dénigreurs du « principe espérance » (Ernst Bloch) se nichant dans l’utopie « feignent d’ignorer que le monde dont l’utopie tente de s’évader est lui-même à fuir » ; deux, que le propre des bonnes utopies, c’est d’« oser dérailler », de « déchaîner sans frein les élans joyeux du désir », un « désir productif de vivre ensemble » ; trois, mais qu’il y a en général un monde entre « les programmes émancipatoires » euphorisants et leurs applications contraignantes, moralisatrices, totalitaires ; quatre, que ce qu’il faut dès lors, ce sont des utopies bandantes « assorties de conscience critique ».

par RémiÀ partir de cette base tonique, Macherey décrit par le menu les fastidieuses utopies coercitives classiques : l’Utopia de More, le New Atlantis de Bacon, la Cité du soleil de Campanella… Auxquelles il oppose, comme nous le faisons sans désemparer dans cette chronique, les géniaux phalanstères ludico-amoureux de Fourier qui, à grands coups d’« impulsions attractionnelles » harmonisées, tentent de nous « sortir du labyrinthe civilisé ».

Le numéro de mai 2001 de la Revue Europe, intitulé « Regards sur l’utopie », valse dans tous les sens vu qu’il est écrit à quarante mains. Les pires (avec l’impayable professeur Trousson) comme les meilleurs. Jacques Berchtold déplore l’invasion ad nauseam des anti-utopies sarcastiques nous menaçant « d’épuisement d’enthousiasme ». Frank Lestringant exhume une utopie satirique assassine de Montaigne au cours de laquelle trois cannibales du Brésil envoyés comme ambassadeurs à Rouen se rient piednickeléesquement de Charles IX, « ce roi-enfant qui étale sa magnificence au milieu de la misère publique ». Frank Fiesbach souligne, pour sa part, que Marx et Engels, contrairement à ce qui s’est colporté, n’ont jamais désavoué les « propositions positives relatives à la société future » des penseurs socialistes à la Fourier, Owen, Saint-Simon. Ils regrettaient seulement que ces visionnaires ne se concentrent pas sur l’essentiel, « à savoir le processus susceptible d’y conduire ». Ce que nous savons, nous, c’est que ce processus palpitant porte un nom, exalté, entre autres, par les situs, les yippies, les Hakim Bey, c’est la guérilla carabinée dans le plaisir contre toute espèce de contrainte.



Ajouter un commentaire

Par Noël Godin


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts