CQFD

CQFD n°124, en kiosque à partir du 17 juillet 2014.

Numéro d’été, avec un supplément de 16 pages : bédés, nouvelles, fiches cuisines, playlists... Tout pour passer un été à l’abri de l’ennui !

Les articles sont mis en ligne au fil de l’eau après la parution du CQFD d’ensuite. D’ici-là, tu as tout le temps d’aller saluer ton kiosquier ou de t’abonner...

En Une : Déstockage massif par Cynicom.

Dossier école

Vivement la rentrée des classes ! « Éduquer, ce n’est pas remplir un vase ,c’est allumer un feu », disait un certain Montaigne (un rappeur sans doute ?). Enseignant depuis 1995, Grégory Chambat participe à la revue N’Autre école, publiée par la CNT Éducation qui explore les chemins buissonniers d’une « révolution sociale, éducative et pédagogique », et plus récemment au site Question de classe(s) qui fonctionne comme une agence de presse afin de donner des outils à une pédagogie socialement critique, ancrée dans le quotidien des enseignants, des agents de l’éducation, des parents et des élèves. Oral de rattrapage pour les cancres de CQFD avec un pédagogue de combat.

De l’école alternative… L’éducation conditionne nos vies. Nous avons tenté de savoir modestement à quoi pouvait ressembler une école différente, hors des notes, des évaluations, des programmes, une école qui apprendrait la liberté. ÀTerre d’Éveil dans le Puy-de-Dôme, nous avons rencontré une expérience sociale débutante autour de la citoyenneté et de l’environnement. Alors, lecteur de CQFD, pose ta bière et range ton ballon… on retourne en cours jusqu’en septembre.

…à l’alternative à l’école Il y a aussi ces parents qui prennent la décision de faire l’école à la maison. D’affreux cathos qui conditionnent leurs mômes à longueur de journée ? Des contestataires un peu perchés qui rejettent tout ce qui vient de la société capitaliste ? Ou des parents jaloux de l’épanouissement de l’enfant à l’intérieur du cocon familial ? Quelques rencontres en Haute-Loire avec ces « autres » parents d’élèves.

Les articles

Chiapas : Marcos est mort… Vive l’autonomie zapatiste ! Le 24 mai 2014, le sous-commandant Marcos a annoncé sa propre fin : «  Je déclare que je cesse d’exister. » Ultime pirouette d’une icône altermondialiste ou réelle avancée du sentiment collectif aux dépens d’un culte de la personnalité résiduel ? Quel sens donner à cette mort symbolique ?

Culture : De la monoculture en Avignon À qui profite le festival d’Avignon ? Aux Avignonnais ? Aux compagnies ? Aux saisonniers de la restauration ? De la même manière que les nouveaux accords Unedic nuisent à tous, le festival repose sur une débauche de précarité. Par ricochet, une grève des comédiens met en lumière combien la ville est pieds et poings liés à l’industrie touristique. « Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous », disent les grévistes. Pensent-ils si bien dire ?

Greenwashing : Des assises de la biodiversité en béton Tout oppose le rouleau compresseur des aménageurs de territoire au fragile équilibre des milieux naturels. Lors des quatrièmes Assises nationales de la biodiversité les 23 et 24 juin à Montpellier, les bonimenteurs de l’ingénierie écologique ont tenté de muer bétonneurs en sauveurs des petites bêtes…

Extrêmes droites : La Nouvelle Droite dans la face Depuis près de quarante ans la – plus tellement – Nouvelle Droite voudrait brouiller les schémas classiques de l’extrême droite à force de puiser des arguments dans la critique socialiste, anti-industrielle et écologique. Elle va jusqu’à titrer un numéro de sa revue Éléments : « La Nouvelle Droite est-elle de gauche ? », profitant des faiblesses de la gauche lâche et moribonde pour prétendre la doubler… sur sa gauche. Mais en grattant le vernis de la complexité intellectuelle réapparaissent vite les vieilles lunes anti-égalitaires et identitaires. Stéphane François qui a publié Au-delà des vents du Nord : L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-Européens (PUL, 2014) revient sur l’influence réelle de ce courant.

Scène : Les artistes ne sont pas tous autistes, mais tous les autistes sont des artistes Ce Blanche Neige est un spectacle que peu verront. Joué en grande partie par des acteurs en situation de handicap mental, peu de salles lui ouvriront leurs portes. Rencontre avec le théâtre du Cristal, une compagnie pas comme les autres, certes, mais qui voudrait l’être un peu plus.

Fret SNCF : « On regarde travailler la concurrence » Ouvert à la concurrence depuis 2005, le fret ferroviaire aiguise les appétits de sociétés privées peu regardantes sur le droit du travail et les normes de sécurité. À Cerbère (Pyrénées-Orientales), la gare de fret prend des allures (...)



Par Berth. {JPEG}



Radio France vient de fermer la boutique à Mermet. Nombreux sont ceux qui regrettent déjà Là bas si j’y suis et on le comprend bien, même si, après avoir épinglé dans nos colonnes les méthodes managériales du lider maximo des ondes publiques, le bonhomme, rancunier et peu magnanime, a toujours ostracisé CQFD. On peut s’attendre à voir fleurir les pétitions, les cris de « censure ! Et la liberté d’expression ? » ainsi que les appels au sauvetage d’une émission radio de « service publique »… Schizophrénie qui nous pousse à mordre et lécher la main qui nous nourrit. Dans le même temps, les médias indépendants, critiques, sans pub, sans fonds publics et sans guère de soutien financier, crèvent la gueule ouverte dans un silence assourdissant. Radio Canut lance une campagne de financement pour pouvoir continuer à émettre (voir p 6). Qui en cause ? Il se dit que Article XI va peut-être arrêter de sortir en kiosque. Qui s’en émeut ? CQFD comme à son habitude a failli ne pas pouvoir imprimer le numéro que vous avez entre les mains… Et combien d’autres ? Rustica et Le Chasseur Français tirent la langue… (ok on s’en fout !) Mais de quelle liberté d’expression parle-t-on ? De celle de qui ? Ah, c’est vrai, nous ne sommes pas des professionnels de la profession des médias médiatisées. Qui le regrette ?

Sinon, au risque de bousculer vos habitudes, CQFD change de date de parution. Fini le « 15 du mois ou à peu près ». À présent,votre journal paraîtra chaque premier vendredi du mois. Prochain numéro, le vendredi 3 octobre, qu’on se le dise ! Nous espérons donc vous retrouver nombreux à l’automne prochain pour continuer à critiquer et à expérimenter.

JPEG

P.S : sans pub mais pas sans tee-shirt à 16 euros pour nous soutenir, alors n’hésitez pas à regarnir votre (...)




Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Par Cynicom. {JPEG}

Cynicom répond à des questions par ici !

Et le M.P.C.R. a une importe communication à vous communiquer par là !


Tous ensemble pour le risque Zéro !

Par Cynicom. {JPEG}

Dans une société qui vise le progrès, qui exige la qualité de vie et plus encore sa quantité, le principe de précaution semble devoir devenir la règle… Car si la vie nous réserve des surprises, rien ne nous dit qu’elles seront forcément bonnes. Heureusement pour nous, le MPCR est là. Analysant de nombreux paramètres et autres lois statistiques, il intervient dans les lieux publics pour nous alerter, nous mettre en garde, il pointe nos comportement autodestructeurs et nous informe des bonnes conduites à adopter.

Le MPCR nous accompagne pour nous éviter le pire : ne pas vieillir trop vite ; ne pas souffrir trop fort ; et surtout ne pas mourir tout de suite… Voilà en fin de compte les objectifs ambitieux qu’il s’est fixés pour nous, quitte à rendre le plaisir amer et la liberté coupable.

Par Cynicom. {JPEG}

Ci-dessus : Hommes sandwiches – campagne de prévention du M.P.C.R.

Intervention à la MJC de Freynes en février (...)


Cynicom est un collectif d’artistes qui détourne les codes de la com’, son impudence, sa fausse bonne conscience. Le pire, c’est qu’il devient difficile de faire la différence entre une réalité inondée de stratégies marketing et sa parodie ! Avec un cynisme non déguisé, nos escrocs en sont même venus à concocter une vraie fausse interview pour leur propre publicité.

Par Cynicom. {JPEG}

Vous vous présentez comme un collectif d’artistes, pourtant votre nom évoque une agence de com’… Qui êtes-vous et d’où venez-vous au juste ?

Bruno : On s’est rencontrés dans un cours d’arts plastiques, il y a 17 ans. Il y avait une bonne dynamique et, avec deux autres acolytes, nous avons créé le collectif « la Barbouille ». On a commencé par faire des expos et des performances, en gravitant surtout autour d’événements musicaux. On a ensuite monté un festival humanitaire et pluri-artistique qui a fonctionné pendant une dizaine d’années. Quand ça s’est essoufflé, on s’est regroupés à trois sous le nom de « La chèvre aux épices », pour faire quelques pochettes d’album et des affiches.

Alex : Avec Cynicom, on est revenus à quelque chose de plus créatif. C’est surtout un cadre avec une dynamique collective, dans lequel on fait aussi des projets personnels. Ça fait du bien de se retrouver dans la même pièce pour dessiner ce qui nous passe par la tête et faire des brainstormings à propos des idées de chacun.

Pourquoi adopter (...)


Marie Richeux invite CQFD, le mensuel tendance en 2014-2015, dans l’émission "Les Nouvelles vagues" sur France culture, en direct, ce mardi 23 septembre à 16h.

Comment penser aujourd’hui un journal indépendant ? Invités : Mathieu Léonard, journaliste au mensuel CQFD et Renaud Lambert, rédacteur en chef adjoint au Monde Diplomatique essaye une définition de l’indépendance journalistique contemporaine.

En direct à la radio ou sur le site de France Culture. En podcast... par là.


On commence l’écoute avec le trio des Angry cats et un superbe morceau de « rockabilly new wave » sur leur dernier album Rock’n’riot in town : « Fly away from the Nightmare ». Une chanson « inspirée par l’histoire de Joe Stack, un Texan qui a été abusé par le mirage du rêve américain et a crashé un avion dans l’hôtel des impôts d’Austin, en 2010 ; [et qui] rappelle que nous avons parfois cette même envie de fuir le cauchemar capitaliste, même déguisé en pseudo social-démocratie », comme confiait le chanteur Fred Alpi récemment au micro de backchich.info.

En attendant de pied ferme leur prochain enregistrement, Dupain – nouvelle formule augmentée autour du noyau du groupe Pierlot Bartonlion et Sam Karpienia –, tourne depuis un an, de concerts en festivals un peu comme ces vagabonds marteleurs d’étoiles dont parle le morceau « Vagant trepaire deis estellas » (avec une superbe boucle celtique de flûte traversière du Trégorois Gurvant Le Gac).

L’ami Fantazio et son compère le batteur Francesco Pastacaldi ont été kidnappé par les Indus (...)


JPEG

# Coupe du Monde de football

Batida – « Tirei o Chapéu » – Batida (2012)

Parce que c’est la fin de la Coupe du monde de football au Brésil, l’été commence en tirant son chapeau à tou.te.s les brésilien.ne.s qui ont lutté contre le détournement d’argent public au nom du spectacle footballistique et les hordes de supporters bourrés à la caïpirinha. Fuck FIFA et ressers-toi une batida.

# Affaires de l’UMP

Clams Casino – « Crystals » – Instrumental Mixtape Vol. 3 (2013)

Cet été, pour sûr, d’autres scandales éclateront dans les rangs de l’UMP suite aux meetings à 300 000 euros avec verres de cristal et autres lubies bling bling. Comme au casino, la roue tourne pour tout le monde, même pour Sarkozy. Mais en attendant, le hip-hop délaisse ses atours les plus clinquants pour réémerger sur la côte Est des États-Unis.

Téléchargeable gratuitement.

# Djihadistan en Irak

Munir Bashir – « Taqsim Rast » – L’art du ‘ûd’ (1971)

Alors que l’État islamique en Irak et au Levant a annoncé le rétablissement du Califat, tu te demandes (...)



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts