CQFD

Dossier : Parmi les Kurdes

Reportage photos : La marche kurde


paru dans CQFD n°129 (février 2015), rubrique , illustré par
mis en ligne le 31/03/2015 - commentaires

Yekineyen Parastina Gel (YPG)

Photographies de Yann Renoult. {JPEG}

Les YPG, Yekîneyên Parastina Gel ou unités de protection du peuple, créées en 2004, ont été réactivées afin de défendre le territoire kurde lorsque le conflit syrien s’est embrasé mi-2012. La création des YPG est liée au PYD, mais leurs officiers nient l’implication directe du parti dans leur action et déclarent n’avoir à cœur que de défendre le territoire kurde et sa population, au-delà de tout jeu politique.

Les YPG (hommes) et YPJ (femmes) sont composés de volontaires entraînés par des guérilleros chevronnés du PKK. Les recrues sont souvent très jeunes, mais, depuis décembre 2013, le commandement des YPG s’est engagé à ne plus accepter personne en dessous de 18 ans. Dans un premier temps, les YPG ont recruté leurs membres dans les provinces syriennes, mais sans distinction d’origine  : même si les Kurdes y sont majoritaires, on y trouve aussi bien des Arabes et des chrétiens, originaires des provinces kurdes ou ayant fait défection de l’armée syrienne.

La bataille de Sinjar

Photographies de Yann Renoult. {JPEG}

Sinjar, nord de l’Irak, décembre 2014. Dans les villes, on se bat quartier par quartier. La guerre urbaine est le théâtre privilégié des snipers, difficiles à repérer et qui peuvent bloquer l’avancée des forces kurdes. Ci-dessous, au premier plan, la combattante Hevale Berivan.

Photographies de Yann Renoult. {JPEG}

Les guérilleros de Qandil

Photographies de Yann Renoult. {JPEG}

Région de Qandil, aux frontières de l’Iran et l’Irak, avril 2014. La guérilla du PKK est organisée en petites unités autonomes, composées de jeunes recrues. Chaque groupe a un leader et se compose d’hommes et de femmes. Tous effectuent les mêmes tâches au combat comme dans la vie de tous les jours. Toute relation intime est proscrite. Ce fut une condition majeure pour intégrer les femmes dans la lutte, tout en préservant l’image du PKK auprès d’une population kurde plus conservatrice qui a du mal à accepter la mixité et l’égalité des sexes. Ci-dessous, séance de discussion sur un thème tiré des bouquins d’Öcalan.

Photographies de Yann Renoult. {JPEG}

Photographies de Yann Renoult.

La suite du dossier c’est par là !



Ajouter un commentaire

Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts