CQFD

Mais qu’est-ce qu’on va faire de… Biotope ?


paru dans CQFD n°120 (mars 2014), rubrique , par Julien Tewfiq, illustré par
mis en ligne le 25/04/2014 - commentaires

Sur la page d’accueil du site de la société Biotope, il y a pléthore de petits animaux mignons : flamands roses, dauphins, tritons… Et une libellule pour logo. On voit des éoliennes, des poissons, une pastille verte qui fait très… bio. Dans leur texte de présentation, les mots « écologie » et « environnement » dégoulinent quatre fois en seulement deux phrases ! Ça, c’est une start-up de « Khmers verts », à n’en point douter.

Mais bien vite on comprend qu’il n’en est absolument rien. Leurs métiers nous mettent déjà la puce à l’oreille : ingénierie environnementale, conseil, communication et édition. Et pour qui travaillent-ils ces gens là ? Pour les dauphins et les pâquerettes ? Non. Les clients de Biotope sont parfois des parcs naturels, mais aussi et surtout des grosses boîtes qui sont à l’écologie ce que le feu est à la garrigue : un ennemi irréconciliable. Par exemple… Vinci ! Pour laquelle Biotope est chargée de réaliser l’étude d’impact écologique du fameux aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes…

Pour tous grands travaux, la loi française oblige en effet à réaliser une étude d’impact écologique, afin de compenser les dégâts environnementaux qui en résultent. Le calcul de ces compensations, l’émission de rapports, c’est le boulot de Biotope – grassement payée, près de 200 000 euros –, qui sert ainsi de caution écolo au bétonnage de cette zone humide et de ses habitants.

Alors, comment ses 240 « collaborateurs […] passionnés de nature » arrivent-ils à marier les « valeurs » que leur entreprise revendique (indépendance, écologie, « passion pour l’environnement », écoute) avec le fait de travailler pour l’un des plus grands bétonneurs et pollueurs mondiaux qu’est Vinci ? Mais parce que business is business, même green ! Le cabinet d’audit financier Ernst and Young ne s’y est pas trompé en décernant en 2011 le prix de l’Entrepreneur de l’année à Biotope, qui vient s’ajouter à une ribambelle d’autres prix tous plus écologiquement douteux les uns que les autres : « prix de l’Ambition » de la Banque Palatine, « prix de la Performance » remis par Les Échos et, ô la belle médaille en chocolat, la carte Corporate d’Air-France !

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2013, les bureaux nantais de Biotope ont été cambriolés, vandalisés – et ce n’était pas la première fois. Dans leur communiqué de presse, la société fait elle-même le lien avec le projet d’aéroport, tout en se voilant maladroitement la face derrière son statut «  d’expert indépendant et neutre », brandissant son « objectivité scientifique » et déplorant « l’amalgame qui est parfois fait entre les enjeux politiques des projets et le rôle d’expertise objective ». Il semble que les malfaiteurs aient justement voulu contredire cette « neutralité ».

Biotope n’est que l’une des nombreuses entreprises qui constituent l’armée de sous-traitants de la multinationale Vinci à Notre-Dame-des-Landes. Parmi celle-ci, on trouvera Dervenn – « génie écologique et biodiversité » –, acteur sur la question des «  compensations écologiques ». Ou encore Chupin Espace vert, petite boîte chargée de l’élagage et du défrichage de la zone. Ces fameuses boîtes sous-traitantes – PMI et PME mais pas seulement – sur le sort desquelles on larmoie chaque fois qu’un géant industriel abandonne une région soudain sinistrée, et les précieux emplois qui vont avec, ces points de croissance perdus ou gagnés. Sans trop s’attarder sur les conditions de travail souvent déplorables, ni sur le sens de ce travail.

Et c’est pourquoi le blog Adopteunsoustraitant a été créé pour lancer une campagne visant à révéler les sous-traitants qui s’impliquent dans le projet d’aéroport cher à Jean-Marc Ayrault. Leur objectif est de fournir une large documentation sur ces entreprises pour permettre à tout un chacun de faire pression, d’une manière ou d’une autre, sur ces boîtes qui sont autant de parpaings dans le mur de la construction de ce projet nuisible. Cela peut aller de l’appel téléphonique insistant à la fanfare matinale, en passant par toutes sortes de petites blagues innocentes… Pour que les employés de ces boîtes gardent en tête qu’ils collaborent avec Vinci. Et que la neutralité, dans ce bas monde, ça n’existe pas.

Par Soulcié. {JPEG}



3 commentaire(s)
  • Le 25 avril 2014 à 12h45, par kitusé -

    Trés bon papier que j’avais manqué sur le papier ( écrit trop petit bordel pour mes yeux de papy)...

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2016 à 21h45, par Anonymous -

    En France heureusement ou malheureusement il y a des lois, dont certaines s’emploient à protéger l’environnement dans un cadre légal. Ici ce sont les bureaus d’étude comme biotope ou d’autre et parfois même des associations qui oeuvrent afin d’assister les fameux bétonneurs à proposer un dossier d’aménagement en accord avec ces lois. Ensuite c’est la chose publique qui décide si oui ou non les dossiers permettent de répondre aux exigences de la lois.

    Les fameux bureaux d’étude, ne sont ni pour ni contre les projets ils font partis du déroulement légale de ce dernier. Ils travaillent souvent a contre courant de leur client afin de lui faire faire le maximum pour éviter réduire et compenser les dommages causés par son projet.

    Si vous aviez , avant de vous livrer a la faciliter de l’écriture de votre papier , pris les deux a trois jours nécessaires à la lecture et a la compehrsion des dossiers réglementaires en environnement de notre dame des landes, vous auriez remarqué dans nul doute des mots comme impact majeurs , et d’autre allusions à la responsabilité unique de l’aménageur sur les taux de compensation retenus. .. des mots certainement beaucoup plus difficiles à faire passer dans ce dossier que les trois quatre lieux communs retrouvés sur votre papier et dont vous vous félicite certainement dans votre médiocrité.

    Toujours est il que l’état de connivence avec les aménageurs sur l’aboutissement de ce projet, ne faisant pas respecter la loi, il est clairement normal que la voie du peuple se fasse entendre et fasse montre de son mécontentement. ..

    Bonne soirée a vous

    Répondre à ce message

    • Le 15 novembre 2016 à 22h01, par Julien Tewfiq -

      Bien cher Anonyme (je ne vous ferai pas l’honneur de vous appeler "Anonymous"),

      Quand vous dites que, je cite : " Les fameux bureaux d’étude, ne sont ni pour ni contre les projets ils font partis du déroulement légale de ce dernier. " Entendez bien que c’est JUSTEMENT ce qu’on est en droit de leur reprocher : ne pas prendre parti, n’être ni pour ni contre mais de prendre l’argent en toute bonne conscience. Et surtout sans plus se soucier du vernis vert pâle qu’ils badigeonnent sur le béton vert de gris qui recouvre les verts pâturages.

      Je ne m’attarderai pas trop sur la prétendu "facilité d’écriture de [mon] papier" mais je vous inviterai simplement à proposer le votre, accompagner d’une signature (cette fois) aux journaux de votre choix pour défendre votre point de vue. Mais je me permet quelques menus conseils :

      - Soignez votre orthographe et syntaxe, vous vous ferez mieux comprendre. Même si un article sans coquille est chose bien rare, même à CQFD.

      - Soignez l’expression de vos idées, étayez-les avec des arguments, des exemples, des citations afin que votre propos paraissent cohérents à défaut d’être toujours pertinents.

      - Évitez les attaques trop frontales ("votre médiocrité" par exemple ) qui cachent mal la faiblesse du raisonnement derrière l’agressivité. Ou alors faites le avec humour ! Qu’au moins cela fasse un petit peu sourire derrière les écrans tristes et blafards de la vie numérique ! M’enfin !

      Et puis surtout, relisez-vous bon sang de bois ! Ce paragraphe, par exemple, est absolument incompréhensible en l’état de connivence : "Toujours est il que l’état de connivence avec les aménageurs sur l’aboutissement de ce projet, ne faisant pas respecter la loi, il est clairement normal que la voie du peuple se fasse entendre et fasse montre de son mécontentement. .."

      J’espère vous avoir été quelque peu utile sinon, au moins, j’espère ne pas avoir été nuisible... A la différence de Vinci, Biotope et les autres "bureaux d’étude" du greenwashing.

      Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Julien Tewfiq


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts