CQFD

Les siphonnés d’Emmaüs


paru dans CQFD n°102 (juillet-août 2012), rubrique , par Noël Godin, illustré par
mis en ligne le 21/09/2012 - commentaires

PNGSi vous avez envie de vous shooter à l’utopie, quelques conseils de lecture.

Orchestré par un ex-PSU chargé de mission auprès du conseil général du Rhône (Pierre Thomé), ce qui nous engagerait plutôt à jeter son livre à la flotte, Créateurs d’utopies (éd. Yves Michel) n’est effectivement pas très poilant. Mais il fourmille d’infos éclairantes. La différence claire et nette comme balayette, par exemple, entre l’autogestion, fondée sur l’initiative populaire autonome, et la démocratie participative, fondée sur l’initiative d’élus locaux veillant à ce que les citoyens qu’ils invitent à s’exprimer n’aient aucune vraie marge de manœuvre. L’autogestion, l’ouvrage la raconte, un peu mollassement, à travers les précurseurs utopistes (Rabelais, Fourier, Cabet), à travers les frères ennemis anarchistes et marxistes, à travers la Commune et les conseils ouvriers, à travers les Canuts, les Lip, les Tanneurs, les femmes en lutte, les rebelles algériens, le Larzac, Plogoff, mai 68, les Indignés et désobéissants d’aujourd’hui « bravant les pouvoirs institués ».

Je m’apprêtais à transmuer en torche-cul Quelle utopie pour le mouvement Emmaüs ? de Germain Sarhy, que m’ont expédié les éditions Golias, quand mon attention fut harponnée par le sous-titre du livre : Emmaüs Lescar-Pau (1982-2012) : Histoire d’une pépinière d’alternatives. Et j’ai alors réalisé que le mouvement Emmaüs international, ce n’était pas seulement les chiffonniers scrofuleux de l’abbé Pierre. Mais aussi un laboratoire d’altruistes souvent « insoumis et belliqueux », refusant en général le misérabilisme catho, guerroyant contre les normalités-flics, construisant des « lieux de vie alternatifs » sans permis de construire et pratiquant l’accueil inconditionnel « à l’opposé de toute la politique actuelle en matière d’immigration » (un gros crachat multicolore en passant sur le Hortefeux hollandesque Manuel Valls !).

Deux lectures autrement palpitantes : Un homme de tempérament de David Lodge (Rivage) qui retrace les combats pour l’amour libre – et les esclandres qu’ils déclenchèrent dans le Londres de la Belle Époque – de H. G. Wells, l’auteur de La Guerre des mondes et d’Une utopie moderne (1905). ce qui n’alla pas sans quelques esclandres dans le Londres de la Belle Époque. L’utopie de Wells apparaît trop élitiste, hélas, et trop cruchement platonicienne pour qu’on en pince pour elle. L’autre livre-clé pour l’été, c’est Insurrection de Paolo Pozzi (Nautilus), un reportage à chaud, touchant en diable, sur les autonomes italiens de 1977 qui désiraient changer le monde tout de suite « et qui croyaient que le changer pouvait être marrant. »



3 commentaire(s)
  • Le 22 septembre 2012 à 23h51, par Georges -

    << que le mouvement Emmaüs international, ce n’était pas seulement les chiffonniers scrofuleux de l’abbé Pierre. Mais aussi un laboratoire d’altruistes souvent « insoumis et belliqueux », refusant en général le misérabilisme catho, guerroyant contre les normalités-flics, construisant des « lieux de vie alternatifs » sans permis de construire et pratiquant l’accueil inconditionnel « à l’opposé de toute la politique actuelle en matière d’immigration >>

    Si tu vas voir l’envers du décor d’Emmaüs Lescar tu constateras que l’accueil inconditionnel à son pendant qui est l’exclusion arbitraire des compagnons par le big boss et ce de façon plus ou moins brutale et toujours sans préavis, ni recours, ni droit de défense. Dans le langage emmaüsien cela s’appelle faire son sac ou le sac... Quant à l’alternative c’est plutôt une espèce de cul de sac, de piège à pauvre où plus tu restes, plus tu es coincé et plus tu disparais..

    Va sur ces quelques liens et tu verras que les pratiques sont bien souvent contraires aux beaux discours et aux valeurs exhibées par les communautés d’Emmaüs en général et de Lescar en particulier..

    http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ090709516.html

    http://www.facebook.com/georges.otin?ref=tn_tnmn

    http://www.come4news.com/emma-s,-le-piege-a-pauvres-595968

    http://lodevemaville.free.fr/spip/article.php3?id_article=1635

    Un ancien compagnon...

    Répondre à ce message

    • Le 4 juin 2015 à 18h36, par mar -

      Merci Georges !!!

      Ce que tu dis confirme exactement ce que j’ai ressenti après quelques jours à pau.

      Répondre à ce message

  • Le 24 septembre 2012 à 12h32, par Pierre Thomé -

    Bonjour Noël, Si cela était possible, on jetterait plutôt vos écrits au feu d’un poêle Godin (très recherché), ce grand utopiste créateur du familistère de Guise..., devenu musée, vous connaissez ?

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Noël Godin


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts