CQFD

2013

Le Fric trop puissant


paru dans CQFD n°99 (avril 2012), par Aristide Bostan, Nicolas Arraitz, illustré par
mis en ligne le 06/06/2012 - commentaires

À Marseille, les autorités sont sur les dents. Un mystérieux groupuscule d’encagoulés est sur le point de frapper un grand coup. Certains experts ont cru déceler la marque d’Al-Qaïda, d’autres la main de mafias corse ou serbo-croate… CQFD est entré en contact avec la cellule de propagande du Front des réfractaires à l’intoxication par la culture (Fric). Romanquête.

« Rendez-vous demain à 14h, à Château Gombert, derrière le cimetière. Pas de blagues, on vous a à l’œil. » Après plus de dix jours à courir après le Fric, ce message sur la boîte vocale du journal nous charge en adrénaline. Nous fonçons au rendez-vous, en binôme. Après une courte attente au milieu des murs de pierre sèche, un break fatigué freine devant nous. Trois cagoulés nous embarquent après nous avoir bandé les yeux.

Dix minutes et vingt virages plus tard, nous pénétrons dans un cabanon éclairé par une ampoule nue. Cinq gaillards masqués nous font face en silence. À nous de jouer. Vaillant, Nicolas attaque : « Alors, les gars, le soleil, la mer, ça vous suffit pas ? » Une voix hésitante hasarde : « On craint le soleil, et puis on aurait l’air con sur la plage avec nos cagoules... » Celui qui vient de parler jette un coup d’œil à ses collègues, comme pour obtenir leur assentiment. Aristide en profite pour enchaîner : « Mais d’où vient le Fric ? » La question les met en joie. « Le Fric vient de toutes les communautés qui ont mis – et mettent encore ! – le oaï à Marseille. » Murmure d’approbation. « Certains d’entre nous sont originaires du Boulistan, d’autres du Casanistan… » Moment idéal pour évoquer les antécédents du Fric et ses éventuels maîtres à penser. Les cinq lancent des idées en vrac, que nous attrapons au vol. « Les supporters de l’OM qui mettent le feu à la Zarafa de Mennucci... Les métallos du port qui boycottent le Festival de Marseille parce que “l’on ne dansera pas sur un cimetière”... Ou les éboueurs en grève qui ont fait fuir les organisateurs de la Coupe de l’America... Le carnaval sauvage de la Plaine contre le carnaval niçois officiel.. » Nos stylos grattent par Lindingrefrénétiquement, alors que les activistes prennent de l’assurance : « Le kaki bien mûr qui nique la carotte bio... Les quartiers bordéliques contre les éco-quartiers... Le marché du Soleil contre les Terrasses du Port… Les voleurs d’œuvres d’art de l’îlot des Feuillants… La coulée de jaune contre les coulées vertes... » La sauce prend, on s’enhardit. « Vos projets immédiats ? » Notre premier interlocuteur, laconiquement : « Faut qu’on se tricote des cagoules d’été, commence à faire chaud. »

Ironie ? La situation peut déraper d’un moment à l’autre. Nicolas reprend la main : « Quel est donc votre but ? Et quelle stratégie pour l’atteindre ? » Une silhouette féminine aux formes plantureuses, restée jusque-là en retrait, vient appuyer fermement ses deux mains sur la table. Sa voix rauque et légèrement voilée par le passe-montagne assène : « Nous ne sommes pas des utopistes ni des doux rêveurs. Nous prenons en compte l’état des forces en présence. L’automne dernier, un vaste raid policier sur le marché de Noailles, pour lequel étaient associés les CRS, la PAF et l’URSSAF, a interpellé trois sans-papiers et signifié un rappel à la loi à quatre vendeurs à la sauvette. Selon le directeur départemental de la sécurité publique, il s’agit de remettre aux normes le quartier “dans la perspective de Marseille 2013”. Notre conclusion est que, si la culture a besoin d’être pouponnée par la police, nous ferons tout pour que chaque événement de Marseille 2013 soit isolé de la plèbe par des escouades de CRS. Ce qui aurait aussi l’avantage de protéger la plèbe des assauts de la culture. »

Bien vu. « Mais qu’avez-vous contre la culture ? » Des rires fusent. « On n’a rien contre, mais on préfère quand elle reste chez elle ! » Pas facile de suivre le fil avec ces lascars cagoulés qui, justement, clarifient la question de l’anonymat : « Nous étions invisibles. Une fois masqués, tout le monde nous voit. Notre anonymat est une réponse à la violence symbolique de la culture hors-sol, que certains d’entre nous n’hésitent pas à taxer d’euro-nazie, parachutée depuis Paris et Bruxelles. La culture supposément universelle de l’Occident écrase les cultures populaires, les refoule dans le folklore et les enterre dans des musées. Et nous, on l’encagoule à sec ! » La détermination du groupuscule donne le vertige, et nous tentons un repli théorique en questionnant le symbole de la courge ou la métaphore du kaki bien mûr, évoqués dans un communiqué audiovisuel. S’agit-il d’un hommage aux matriarcats méditerranéens ? La réponse est sans appel : « Vous pouvez pas comprendre, c’est culturel. » Une fois de retour au journal, nous apprendrons par un expert en sémiotique potagère que la courge est en fait une image désignant les branchés du Cours Ju [1].

Une question nous taraude : pourquoi le Fric a-t-il choisi marseille-en-guerre.org comme canal de diffusion exclusif ? « On avait d’abord pensé aux pages sportives de La Provence, mais les résultats de la division d’honneur et des minimes prennent toute la place. Sur marseille-en-guerre.org, on se sent comme à la maison, même si on comprend pas tout à leurs textes.  [2] » L’heure tourne. Juste avant d’être engloutis par l’obscurité des bandeaux, une dernière banderille : « Vous n’avez rien à ajouter ? » Cinq voix nous répondent en chœur : « Oui. Marseille 2013, in ou off, quoi que tu dises, quoi que tu fasses, on t’encule ! » Le mystère du Fric reste entier.


Notes


[1À moins qu’il ne s’agisse d’une amulette protectrice issue d’un ancien rite magique.

[2Les communiqués du Fric sont visibles sur www.marseille-en-guerre.org.



3 commentaire(s)
  • Le 11 janvier 2013 à 17h09, par blondie -

    bonjour, je réagis à la dernière phrase du texte : "le mystère reste entier". ben non. c’est même assez clair quand on écoute l’ensemble des communiqués vidéo du Fric.

    le fric, c’est une grosse crise d’identité... c’est "bienvenue chez les tradis !". le message est la résistance culturelle : on a faire à des identitaires, des régionalistes, des traditionalistes. à une bizarrerie politique qui s’appelle le "régionalisme écologiste". comme chez les écologistes traditionalistes (de droite) ou les Identitaires (extrême droite), le combat est essentiellement culturel. le côté "prolo contre bobo", n’est pas l’expression d’un anti-capitalisme (extrême gauche) mais plutôt la marque d’un clivage culturel "nous" (les vrais marseillais) contre "eux" (les faux marseillais). les vrais sujets pour eux sont la défense du savon de marseille, de l’om et du provençal (les langues régionales). bref, le Fric, des zozos peu sympathiques.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier 2013 à 11h08 -

      Tu dis vraiment n’importe quoi toi !

      Il y a, évidemment, une dimension culturelle dans le FRIC mais il n’y en a pas moins, dans leurs communiqués, les traces d’une critique sociale.

      Je pense qu’il faut faire attention à ce qu’on avance. Surtout lorsque les lignes politiques ont tendances à se brouiller et à devenir de plus en plus confuses. Le problème que soulève Blondie est celui de la tradition. Comme beaucoup de gens de gauche, il/elle associe ça à la droite et à l’extrême droite (bref au méchant, dans la dialectique de gauche) auquel viendrait s’opposer l’extrême gauche anti-capitaliste et productiviste (les gentils).

      Il y a aussi une sorte de confusion, qui est celle du cosmopolitisme (des citoyens du monde). Titre énoncé par Diogène le chien contre les richesses (et le monde qui va ....) et repris aujourd’hui par des jeunes cadres dynamiques occidentaux qui, inconscient de leurs privilèges, se disent du cosmos en (co-)voyageant de Marseille à Berlin, en passant par Paris.

      Tout ceci doit être critiqué. Que ça le soit au nom d’une tradition provençale : je trouve ça très bien.

      Ce que l’on peut reprocher au FRIC c’est de tenir un simple discours artistique sur MP13. Littéralement, ils ne font rien. Enfin si, ils bavassent. Et si ce n’est pas la moindre des choses, il manque quand même quelque chose : aller emmerder MP13.

      Le FRIC c’est bien gentil... mais, en gros, ça ne sert à rien !

      Répondre à ce message

      • Le 22 janvier 2013 à 18h21, par Guillaume -

        Il ne me semble pas, au contraire, que le FRIC tienne "un simple discours artistique sur MP2013"... Cette partie là de leur discours est accessoire. Le fond, si on regarde l’ensemble de leurs communiqués, c’est plutôt une critique sur l’utilisation de la culture au service de l’urbanisme, il me semble. Et sur l’aplatissement des cultures diverses, populaires ou pas (j’aime pas beaucoup le mot, c’est un peu un fourre tout), au profit d’une culture soi-disant universelle mais bien pauvre à côté des "mondes" qui existent à Marseille ou ailleurs...

        Et pour moi, ça, ça sert à quelque chose : résister à l’enfumage de l’appareil de com’ de 2013, qui nous bourre le mou pour que personne n’aie en tête la véritable fonction du machin. Dans ce sens, longue vie au FRIC, il y a du boulot.

        Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Aristide Bostan


Par Nicolas Arraitz


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts