CQFD

Dossier : Rumeurs de Guerre

Guerres : Bilans macabres


paru dans CQFD n°130 (mars 2015), rubrique , par Mathieu Léonard, illustré par
mis en ligne le 27/04/2015 - commentaires

En 2011, un bilan établi par l’institut de géostratégie hollandais Clingendael permet d’évaluer au bas mot à 231 millions le nombre de tué-e-s au XXe siècle lors des différents conflits, entre nations, guerres civiles, coloniales ou révolutionnaires et les différentes dictatures. Colonisation du Congo belge de 1900 à 1908  : 4 millions ; Première Guerre mondiale  : 13 à 15 millions  ; guerre civile russe  : 12,5 millions ; Révolution mexicaine  : 2 millions ; génocide arménien : 1,2 millions d’individus ; Seconde Guerre mondiale  : entre 65 et 75 millions ; guerre du Vietnam  : 5 millions de Vietnamiens, 57 000 Américains ; guerre civile du Biafra de 1969  : 2 millions de morts ; dictature khmers rouges  : environ 2 millions ; guerre Iran-Irak de 1980 à 1988  : 1,3 million ; Soudan entre 1983 et 2000  : 2 millions de morts ; etc., etc., etc. Un exercice de comptage toujours malsain, vertigineux et au final abstrait.

Par L.L. de Mars. {JPEG}

Le XXIe siècle n’est pas en reste, les conflits ont explosé dans les années 2000, même s’il s’agit pour la plupart de guerres asymétriques  : « Nous ne sommes plus dans le cas d’énormes guerres avec d’énormes armées, d’importants engagements et des armes conventionnelles lourdes. Les guerres d’aujourd’hui sont des combats de faible intensité à l’arme légère, de petites armes dans des pays très pauvres. Ils sont souvent extrêmement brutaux mais ils ne tuent pas beaucoup de gens », déclarait, confiant, Andrew Mack, directeur du Rapport sur la sécurité humaine remis aux Nations unies en 2007. Depuis, le conflit syrien, avec ses près de 200 000 morts, n’a pas que peu contribué à la lourde comptabilité macabre. Bref la guerre, c’était pas mieux avant, mais ça risque d’être au moins aussi pire dans l’avenir.

La suite du dossier

La guerre vue du ciel

Rumeurs de Guerre



1 commentaire(s)
  • Le 29 avril 2015 à 13h56 -

    "231 millions de tué-e-s", "un exercice de comptage (...) au final abstrait". Certes, certes. Mais dans ce cas, pourquoi pas l’orthographe générique au lieu d’une forme dite "féminisée" ?

    Et comment ne pas écrire plus bas "200 000 mort-e-s" ?, alors qu’il s’agit d’attirer l’attention sur le conflit syrien ?

    Bref, n’importe quoi.

    Un jour, des enfants se sentiront discriminés par une orthographe qui les nie. Ce jour-là, on usera de majuscules pour parler des adultes, et des minuscules pour les gones.

    Ce jour-là marquera une avancée de la cause des enfants, et une grande victoire de idées de gauche. A coup sûr.

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Mathieu Léonard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts