CQFD

Dossier : Debout partout

En bref mais debout


paru dans CQFD n°143 (mai 2016), rubrique , par Mathieu Léonard, illustré par
mis en ligne le 11/04/2018 - commentaires

Troll : Nuit Debout 
et ses fatigués

Jeudi 14 avril, durant l’assemblée générale (AG) de Nuit Debout, Leyla de la commission « Action » met en garde contre les « trolls » qui viennent dans les commissions pour diviser le mouvement. Au même instant, un grand gars maigre, qui arbore un tissu bleu autour du bras, abreuve un couple de jeunes d’informations pour le moins bizarres : « Cette fille qui parle, je la connais, elle récolte 4 000 euros tous les jours sans rendre des comptes. Après les gens qui manipulent l’AG vont manger dans des grands restaurants, louent des voitures de luxe et vont en boîte de nuit. Ça leur sert aussi à payer leur loyer. Je le sais, elle me l’a dit. Regardez comme elle est habillée, c’est pas une pauvre. J’ai vu comment fonctionnaient ces gens. Ils obéissent à un leader qui reste en coulisses qui s’appelle Victor. Ils sont en train de vous manipuler. » Alors qu’on invite vivement le détenteur de si énormes secrets à partager sa vérité au micro pour en informer tout le monde ou bien d’en apporter les preuves, il finit par louvoyer et se fondre dans la foule, le regard inquiet. C’est bien sûr le lot de ces attroupements d’attirer les hurluberlus complotistes.

Dans le genre « il voit des complots partout », l’ineffable Thierry Meyssan dénonçait depuis Damas, sur son site Internet Réseau Voltaire, les « discussions creuses et incohérentes » de la Nuit Debout et révélait les « manipulations de l’équipe de Gene Sharp, qui a organisé pour le compte de la CIA les révolutions colorées et le printemps arabe ». Gene Sharp, vous ne connaissez pas ? C’est bien la preuve qu’il télécommande tout le machin dans le secret, non ? Pour tous ces mercenaires de la version policière de l’histoire, toute mobilisation est nécessairement manipulation. Et bien crédule qui pense le contraire ! Un autre atrabilaire, dont nous tairons le nom, déclarait au sujet des « nunuches ahuris de la place de la République » : « Si j’étais complotiste, j’y verrais encore la main des Soros boys ! » en référence à l’Open society de Georges Soros, supposé être lui aussi le grand ordonnateur de toutes les révolutions pour le compte de la CIA. En effet, heureusement qu’il n’est pas complotiste, qu’est-ce que ça serait, sinon !

Mathieu Léonard

Par Lasserpe. {JPEG}

Témoignage

Ces mots, parmi tant d’autres, ont été prononcés lors d’une AG de la République, par un de ses habitants ordinaires, de ceux qui n’ont pas attendu la Nuit Debout pour « occuper » la place.

"Moi Marc,

Moi SDF,

J’ai été en prison bêtement pour vouloir exister en faisant la manche. Socialement, cela m’a rien apporté. D’ailleurs, j’ai été libéré mais je suis encore en prison. Socialement, je suis un peu victime. Je suis encore en prison, libre, puisque actuellement encore SDF. Je ne vois pas d’issue, de porte de sortie. Vais-je rester comme ça jusqu’à ma mort ?

Il n’y a pas eu de clémence. Pourtant c’était un 31 décembre : une altercation avec un vigile m’a valu 2 mois ferme. Être emprisonné un 31 décembre, moralement, cela m’a beaucoup affaibli et marqué. On aurait dit que la société ne sait pas quoi faire de leurs casSOS ???..."



Ajouter un commentaire

Par Mathieu Léonard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts