CQFD

Du fol été des communautés au Grand Soir anarcho-punk


paru dans CQFD n°93 (octobre 2011), rubrique , par Noël Godin
mis en ligne le 09/12/2011 - commentaires

Dans Osons l’utopie ! que viennent de lâcher dans la nature les vaillantes Éditions libertaires, Christian Dupont, le frigousseur du couillu Manifeste pour une mort douce, libre et volontaire (même éditeur), reconstitue avec pas mal de verve la vie courante des communautés rurales rebelles de France dans les années 1970.

On en dénombrait alors près de 500, surtout dans les départements du Sud. Nourri d’expériences personnelles, le récit du compère Christian s’intéresse à celles qui, refusant tout « repli narcissique » ou tout engluement dans le folklore baba, baignaient dans l’esprit hédonisto-offensif « tout, tout de suite ».

À retenir : Un, l’absence de toute ségrégation classiste. Deux, la rupture farouche avec la « bauge sociale » (pouvoir hiérarchisé, propriété privée, famille « binaire »…). Trois, le goût des expérimentations corsées. On peut toutefois regretter que Christian Dupont ignore les micro-communautés de combat du jour de style Tarnac. Et qu’il finisse niguedouillement son récit en appelant de tous ses vœux à « l’esquisse d’une nouvelle institution nous garantissant le passage d’une société close à une société ouverte ».

Comme son titre l’indique, La Vie dans les bois (Finitude) de Charles Lane prône en 1844, soit dix ans avant son aminche H.D. Thoreau, le retour à une existence naturelle à l’indienne narguant la sottise et la cupidité des hommes civilisés. Passant à la pratique, Lane cofondera une ferme communautaire fourriériste, Fruitlands, d’où l’on bannissait la famille et le couple mais aussi le café, le tabac, l’alcool et même le thé. L’une des deux seules nanas en sera exclue parce qu’on la soupçonne d’avoir mangé… un morceau de poisson.

Les utopistes en pétard de Carabistouilles, fiction de Léonard Taokao (Borderline) n’entendent mettre personne, eux, au régime végétalien car il s’agit « d’anarchos-cocos-autonomes buveurs de bières » (sic !) marchant sur l’Élysée en vue d’amorcer la Révolution un soir d’élections où le taux d’abstention a dépassé les 52 %. L’insurrection finit hélas dans un bain de sang « tout comme, tient à préciser l’auteur, la Commune de Paris, la Catalogne libre, la République de Fiume, Libertalia et les autres îlots pirates ».

La France devient alors « une prison de plein air » mais tout n’est pas foutu, les squats anarcho-punks du Nord-Est parisien organisent la résistance.



1 commentaire(s)
  • Le 17 décembre 2011 à 12h28 -

    Encore des conneries :

    "À retenir : Un, l’absence de toute ségrégation classiste. Deux, la rupture farouche avec la « bauge sociale » (pouvoir hiérarchisé, propriété privée, famille « binaire »…)"

    1° Absence de ségrégation classiste : bien évidemment puisque ces communautés étaient essentiellement composées par la petite-bourgeoisie marginale ! A moins que vous tentiez de faire croire que ces communautés étaient des communautés de jeunes ouvriers, issus de la classe ouvrière, ou de jeunes sous-prolos issus des quartiers populaires.

    2° plus de "propriété privée" ? Plus de "pouvoir hiérarchisé" ? etc.? Qu’est-ce que c’est que cette saloperie de mensonge ?

    3° "Tarnac" : pas de propriété privée ? pas de ségrégation classiste ? pas de "bauge sociale" ? Vous êtes vraiment des lèche-cul.

    CQFD : cessez de publier des articles de merde.

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Noël Godin


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts