CQFD

Du beau ! Du bon ! Du Bartàs !


paru dans CQFD n°109 (mars 2013), rubrique , par Mathieu Léonard
mis en ligne le 08/05/2013 - commentaires

Dans la continuation des « trad’innovations » fomentées par des groupes comme La Talvera, Gatcha empega, Lo Còr de la Plana ou Dupain, les cing collègues languedociens de Du Bartàs ont réalisé récemment un troisième album, Es contra ta pèl [« C’est contre ta peau »], des plus réussis.

PNG

En réinvestissant et en prolongeant le patrimoine musical des pays d’Oc avec une mentalité et des rythmes actuels, Du Bartàs enchaîne polyphonies et percussions sur des airs de tarentelles et de sardanes, tout en rendant hommage à l’esprit d’insoumission, au brassage méditerranéen, au vin et à la danse. Ainsi le morceau « Plantarem de pasteca », outre ses atouts de tube ensoleillé très festif, est un hymne au potager villageois face à l’agression de la grande distribution. Et bien sûr, Du Bartàs chante l’amour – quoi de plus naturel pour des descendants de troubadours ? –, qu’il soit chanté en français, comme dans « Quand on se retrouve », ou quand on y ajoute des sonorités arabo-andalouses, comme dans l’excellent « Dancem la retira », avec l’apport d’Abdel Bousbiba au violon alto, au tar et au oud. Bien conscients qu’« i a ges de pais, cap d’estat ni de frontiéra, que pósca arrancar las somessas de l’amor » – « Il n’y a pas de pays, pas d’État ni de frontières, qui puisse arracher les promesses de l’amour » – (dans « Escota me plan »), Du Bartàs revendique « une histoire de rencontre et d’amitié », nous confie Laurent Cavalié (accordéon, chant), plutôt que la notion abstraite et hors sol de « métissage culturel ». Sur le plan musical, « il y a un échange rythmique et modal, précise Clément (percussions, chant). On apprend à désoccidentaliser notre manière de placer les temps forts. De son côté, Abdel apprend à envisager la polyphonie, l’harmonie de l’accord qui n’existe pas vraiment dans les musiques arabes. Grâce à ce travail, on se rend compte de la prégnance des cultures sur la musique et à quel point elles se sont déjà métissées, elles ont déjà voyagé bien avant l’invention du concept de métissage culturel. »

La démarche du groupe doit beaucoup au collectage de Laurent sur un territoire qui couvre le Minervois, le Cabardès, les Corbières, le Carcassonnais. Les sources d’inspiration résident « sous nos pieds, continue Clément. Les chansons composées par Laurent et Abdel parlent de sentiments vécus, d’idées partagées ou de tranches de vies locales, comme l’histoire de ce pompiste cafetier audois, dans « Fadoli de petroli » [« Fou de pétrole »]. Dans les années 50, il s’était mis dans la tête qu’il y avait du pétrole dans la montagne noire. Il a creusé toute sa vie, attisé par l’odeur du mazout que les couillons de jeunes du village versaient la nuit dans ses trous. Il y a laissé sa bourse et sa tête. »

L’attachement au patrimoine culturel se double d’un engagement plus politique face au ressurgissement actuel de fâcheuses tendances ultra étroites du bulbe : « Sur le prochain disque, annonce Clément, il y a des sujets qui nous sont venus de longues discussions à propos du retour en force des identitaires occitanistes dans le Gard. Cela a donné le titre “Sem toteis bastards” [“Nous sommes tous des bâtards.”]. » Mais surtout, Du Bartàs est un groupe acoustique qui excelle dans les balètis, les bars, les carnavals, les fêtes de quartier, réchauffant un public forcément mélangé, de cinq à cent cinq ans, et mettant du cœur à la fête, ce qui est furieusement vital en ces temps maudits.

Du Bartàs, Es Contra la pèl, Sirventés, Label musical populaire, 2012.

www.myspace.com/dubartas

Dates de concerts par ici.



Ajouter un commentaire

Par Mathieu Léonard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts