CQFD

Déniaisement de cols blancs


paru dans CQFD n°86 (février 2011), rubrique , par Sébastien Navarro
mis en ligne le 22/03/2011 - commentaires

À Toulouse, les ingénieurs de Sogeti High Tech, filiale de Capgemini, grosse pieuvre mondiale de 80 000 salariés spécialisée dans le service informatique, ont découvert les méfaits de la mondialisation économique. Combien touche un ingénieur de New Delhi ? « Cinq cents euros par mois, confie un gréviste de Sogeti. En 2009, pour la première fois, Capgemini emploie plus de salariés en Inde qu’en France. » Dans l’ombre du plombier polonais combien sont ceux qui avaient pris la mesure de la matière grise indienne ? « Les inégalités de revenus entre salariés et le fait que les dirigeants s’augmentent royalement ont motivé notre mouvement », explique Jésus Rubio, délégué cégétiste de la boîte. Car pour faire avaler trois ans de gel de salaires, la direction n’a eu de cesse de gloser sur le climat international difficile. Mais qui a tout de même permis au taulier, Serge Kampf, de voir sa fortune personnelle augmenter de plus de 50 % entre 2009 et 2010. Cet automne, les cols-blancs ont organisé la riposte. « Ce qui a été nouveau, c’est la forme de notre mobilisation, explique Jésus. On débattait et décidait des actions à mener lors d’assemblées générales auto-organisées. Chaque AG se dotait de groupes opérationnels de 15 à 20 personnes, syndiquées ou non, chargées de mettre en œuvre les actions décidées. » Mais, en janvier, un accord a minima signé par trois organisations syndicales a enterré le mouvement. Arf. Bienvenue dans la lutte, camarades ingénieurs !



1 commentaire(s)
  • Le 26 janvier 2012 à 15h51, par Globiboulga -

    Et nous recommençâmes cette année à écouter Jésus nous dire que cette année ce serait Noël car l’intersyndicale (Pierre, Marc, Luc, Matthieu, et tout et tout...) avait multiplié des revendications communes comme des petits pains(*), et que du coup c’était un mouvement qui devait être soutenu par les salariés pour avoir du poids. Las, chez Sogeti il y a encore du pain et des jeux à profusion pour les jeunes ingénieurs kinenveulent, et nous ne fûmes que quelques sporadiques naïfs à *espérer* en l’arrivée du messie salarial... Enfin, comme en 2010-2011, le pacte fût trahi rapidement par quelques Judas qui s’empressèrent de crucifier les négociations en acceptant les propositions cyniques de l’empereur Hermelin. Alors, non, je suis pas sur que le col blanc soit déniaisé... (Et entre nous, Sogeti utilise surtout des cols bleus du pissage de code...)

    (*)Notamment des augmentations collectives au lieu des augmentations au mérite pour ceux qui cirent le mieux les pompes tout en brassant le plus d’air...

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Sébastien Navarro


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts