CQFD

Dossier Labour Fou

Agricultrices en lutte : Face au sexisme, inverser la vapeur


paru dans CQFD n°163 (mars 2018), rubrique , par Pascale Guirimand, illustré par , illustré par
mis en ligne le 31/03/2018 - commentaires

Discrimination via le statut professionnel, orientation professionnelle genrée, remarques machistes : la condition des femmes en agriculture n’est guère reluisante. Depuis les années 1960, nombre de paysannes s’organisent pour lutter contre ce sexisme bien présent. Aujourd’hui, certaines d’entre elles le font en recourant aux pratiques de l’éducation populaire.

« Pendant six jours, nous avons partagé nos expériences, difficultés, réussites et petites victoires, s’enthousiasme Marie. Et nous nous sommes trouvées un paquet de points communs ! Nous n’avons donc pas eu à chercher très loin pour créer une petite saynète illustrant les difficultés rencontrées en tant que femmes dans le monde agricole. Avec pour objectif d’identifier les mécanismes et situations traduisant et perpétuant l’oppression sexiste. » Depuis janvier 2016, à l’initiative de l’Ébullition, association drômoise d’éducation populaire qui lutte contre les discriminations, sept femmes agricultrices (ou évoluant dans le secteur) se retrouvent ainsi régulièrement pour présenter un théâtre-forum autour de la place des femmes en milieu paysan. « Notre pratique s’inscrit dans la lignée du théâtre de l’opprimé d’Augusto Boal, explique une participante. On joue une première fois la saynète, puis le public est invité à prendre la place d’un personnage et à agir face à l’oppression. C’est une proposition très sincère : nous n’avons pas de solutions toutes prêtes, on cherche ensemble ! »

Un sexisme enraciné

Un exercice salutaire. Qui montre bien que les ressorts machistes à l’œuvre dans le monde agricole sont les mêmes que dans le reste de la société. Et qu’ils s’ancrent solidement dans le passé. Le long combat des agricultrices pour se voir reconnaître un statut l’illustre parfaitement.

Historiquement, la confusion entre les statuts professionnel et matrimonial entérinait la subordination des femmes : le code rural juxtaposait la fonction de chef de famille à celle de chef d’exploitation. Très actives et présentes sur les fermes, les femmes étaient pourtant considérées comme « sans profession », ne bénéficiant ni de la protection sociale ni d’une retraite propre.

Dans les années 1960, la modernisation agricole prônée par l’État transforme le statut du paysan vivrier : il est promu agriculteur, puis chef d’entreprise. Mais lui seul : la femme reste évincée de ce processus (en 1970, seulement 8 % des fermes sont dirigées ou codirigées par des femmes). Le monde paysan rationalise son système de production, et l’homme se voit chargé de mettre en application le nouveau savoir techno-scientifique, acquérant ainsi une forme de reconnaissance sociale et symbolique. Les femmes, elles, se retrouvent assignées aux tâches vivrières et éloignées des dynamiques de modernisation. Déclassement.

Paysannes en lutte

Par Emilie Seto. {JPEG}Mais les agricultrices, s’appuyant sur l’essor du féminisme, s’organisent pour obtenir un statut et une égalité de droits. Le mouvement Jeunesse agricole catholique féminine (JACF), regroupant des jeunes femmes rurales voulant améliorer leur situation, marque les années 1960 de ses combats, sur le plan professionnel comme privé. Ses membres revendiquent entre autres une nouvelle organisation de la ferme et de meilleures conditions d’habitat. Ces femmes vont parfois se servir de nouvelles structures pour se faire entendre. À l’exemple des Groupements de vulgarisation agricole (GVA), mis en place à partir de 1961 pour diffuser la bonne parole du progrès technique. La plupart sont mixtes, mais les agricultrices décident quand même de se réunir en GVA exclusivement féminins. Une première libération, précise la chercheuse Michèle Salmona : « Ces lieux de parole, hors de la présence des maris, permettaient à ces agricultrices d’échanger d’une part sur des thématiques qui leur étaient propres en tant que femmes et, d’autre part, sur les thèmes professionnels qui étaient ensuite traités dans les GVA mixtes. » [1] Rayon professionnel toujours, il faut aussi mentionner l’ouverture aux femmes, en 1977, de la formation à la comptabilité-gestion agricole, à travers le programme national des « 200 heures ». Une formation qui leur permet d’acquérir un certain pouvoir au sein de la famille, même si elles doivent parfois se retenir de pointer les erreurs de gestion de leur mari pour préserver leur couple…

Sortir de l’ombre

Cela a pris du temps, mais la loi finit par reconnaître la place des femmes dans les fermes. Avec la création du statut de coexploitant.e, en 1980. Et avec celle d’un nouveau statut d’entreprise permettant à un couple de s’associer, en 1985. Pas encore la panacée : il faut attendre 2010 pour que les deux membres d’un couple puissent être reconnus juridiquement comme deux chefs d’exploitation à part entière au sein d’un Gaec [2].

Nous y voilà ? Même pas. Car si les textes de loi mettent fin à l’inégalité, la situation sur le terrain n’évolue que lentement. En 2010, seul un quart des fermes est dirigé ou codirigé par des femmes (dans 80 % des cas, elles ont pris la succession de leur mari retraité). Notamment parce que leur parcours vers l’installation reste semé d’embûches : elles ont moins facilement accès à l’héritage de la ferme familiale que les frères et subissent encore le poids d’une éducation genrée dans leurs choix d’orientation. Certes, les filles constituent aujourd’hui la moitié des élèves des établissements agricoles, mais elles sont orientées vers les filières de services et non de production agricole. « Lors des stages de formation, les filles se voient aussi interdire l’accès à un certain nombre d’outils agricoles, souligne la sociologue Sabrina Dahache. Et il arrive qu’on leur refuse l’entrée dans les enclos à bovins. »

Pire : même en cas d’installation, les inégalités persistent. Les femmes se retrouvent ainsi plus facilement à la tête d’élevages de moutons ou de chèvres, ainsi que d’exploitations horticoles ou maraîchères ; les grandes cultures et l’élevage bovin restent des domaines à 85 % masculins. Et, dans tous les cas, les agricultrices ont droit à un traitement de défaveur qui dure bien après leur installation : doutes sur leur capacité à conduire un tracteur, propos sexistes, réflexions de commerciaux de passage (« Je voudrais voir le patron... »), commentaires sur leurs vêtements (toujours trop sales ou trop sexy) ou mépris affiché d’un vendeur de machines agricoles. Au quotidien, le partage des tâches ne change guère quand l’exploitation est menée en couple hétérosexuel. À l’homme les activités visibles de production (travail mécanisé au champ) ; à la femme les espaces moins valorisés, jugés d’une moindre importance : transformation, accueil à la ferme, paperasse, commercialisation, labeur domestique...

Autodéfense

Retour au théâtre-forum de l’Ébullition. Depuis 2016, il a été joué plus d’une trentaine de fois, dans des cafés-installations (qui réunissent des jeunes voulant devenir agriculteurs), des établissements scolaires agricoles, des fermes, des salles des fêtes en milieu rural.... Avec l’idée de le jouer en non-mixité comme en mixité, et toujours devant le public le plus large possible. « Ces difficultés sont partagées par nombre de femmes, qu’elles appartiennent ou non au milieu agricole, explique Marie. C’est un point essentiel, parce qu’on fait souvent reposer les défaites sur nos faiblesses individuelles. Comprendre qu’elles sont en réalité chroniques permet de ne pas s’en rendre responsable. Il est alors temps de chercher des solutions pour inverser la vapeur. » Des solutions qui sont multiples : autodéfense verbale, énonciation de l’oppression, humour, affrontement direct, recherche de soutien et de solidarité, posture... À chaque fois, une façon de lancer la machine. « Il ne suffit évidemment pas de sortir la bonne réplique pour venir à bout du patriarcat, reconnaît Florie, une participante. Mais nous pensons que ce travail d’identification de l’oppression et de partage des vécus est indispensable pour prendre conscience d’une réalité sociale, puis la combattre. Et ce bien au-delà des frontières du monde agricole ! »


Notes


[1Michèle Salmona, « Des paysannes en France : violences, ruses et résistances », Les Cahiers du genre n° 35, 2003.

[2Groupement agricole d’exploitation en commun.



Ajouter un commentaire

Par Pascale Guirimand


Dans le même numéro


1 | 2

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts