CQFD

Incendies au Portugal

Y a le feu à l’austérité


paru dans CQFD n°156 (juillet-août 2017), rubrique , par Mickael Correia, illustré par
mis en ligne le 07/08/2017 - commentaires

Les incendies de la région de Pedrógão Grande, au Portugal, ont secoué tout un pays pourtant régulièrement en proie aux ravages du feu. C’est toute une politique d’austérité et de rentabilité à tous crins qui est montrée du doigt.

« Ce ne sont pas des morts, ce sont des assassinats », écrit sans ambages Guilhotina.info, un média indépendant portugais. Suite au terrible incendie qui s’est déclaré le 17 juin dans le centre du pays et qui a causé 64 morts et près de 250 blessés, la colère gronde. Des rassemblements se sont tenus à Lisbonne et Porto les 25 juin et 1er juillet, tandis que la presse se faisait le relais de l’indignation populaire. « Pourquoi autant de morts, pourquoi une nouvelle fois, pourquoi n’arrivons-nous pas à maîtriser l’incendie, pourquoi cela se reproduit-il encore et toujours ?, interrogeait dès le lendemain du drame Público, l’un des quotidiens portugais de référence. Oui, il va falloir parler responsabilité politique. Et conséquences politiques. » En un éclair [1], l’ensemble du pays a sombré dans l’exaspération. Car au-delà des 30 000 hectares de forêt réduits en cendres et du nombre sans précédent de victimes dévorées par le feu, ce sont les multiples sonnettes d’alarme largement ignorées et la lourde culpabilité des dirigeants politiques qui mettent en rogne les Portugais.

Par Ferdinand Cazalis. {JPEG}

Dégraissage et privatisations

À son arrivée au pouvoir fin 2015, le gouvernement socialiste a en effet relancé, austérité oblige, le vaste chantier de réduction des dépenses publiques imposé quatre ans auparavant par la Troïka [2]. Dans la foulée, le corps des gardes forestiers a été dissous au sein d’une section de gendarmerie et les effectifs des Services forestiers ont subi un dégraissage. Une hérésie dans un pays recouvert à 35% de massifs forestiers et où le feu dévaste en moyenne 100 000 hectares boisés par an depuis 1980… Réputés pour leur connaissance du terrain ainsi que pour leur travail de prévention des incendies, les gardes forestiers se retrouvent désormais sous la tutelle de pandores ignares en la matière. Et les vieux maîtres forestiers et leur savoir-faire sylvicole ont été pour leur part priés de partir fissa à la retraite. Quant au Plan national de défense contre les incendies, élaboré en 2006 après une énième vague dévastatrice de feux de forêt, il a été prestement rangé dans un tiroir. «  Les forêts portugaises sont mal gérées et mal entretenues. Il n’y a aucun travail de prévention. Les forêts sont comme laissées à l’abandon, s’insurgeait en août 2016 Jaime Marta Soares, de la Ligue des pompiers volontaires portugais. Les responsables de cette situation, ce sont les dirigeants politiques en charge de ce secteur au Secrétariat d’État des forêts, qui dépend du ministère de l’Agriculture. Depuis des années, ces gens-là ne font rien pour préserver nos forêts [3]. »

Pis, en juin 2016, le ministère de l’Administration interne a décidé de privatiser et d’externaliser la mission d’intérêt public de lutte anti-incendie aérienne. Exit la force aérienne spécialisée, avec ses avions militaires et ses aérodromes publics couvrant tout le territoire. Le combat anti-incendie est devenu un marché comme un autre, et a été dès l’été attribué à une multitude d’entreprises privées, après un appel d’offres de plusieurs millions d’euros [4].

Au sol, les 40 000 pompiers volontaires que compte le Portugal demeurent la principale force de réponse aux feux. Bénéficiant de très peu de moyens et équipés de camions vétustes, ces modestes pompiers bénévoles, tous villageois, se sont retrouvés en première ligne à Pedrógão Grande. L’un d’entre eux a même trouvé la mort, et une dizaine d’autres ont été grièvement brûlés. Toutefois, ce sont de graves défaillances du système de communication d’urgence – qui a lui aussi été privatisé [5] –, ainsi que la confusion entre les différentes entités privées et publiques en charge du combat anti-incendie, qui ont été à l’origine de nombreuses victimes lors des premières heures de la catastrophe.

« Eucaliptugal »

La monoculture intensive d’eucalyptus au sein des forêts portugaises est également au cœur de la polémique. L’arbre d’origine australienne est en effet connu pour assécher les sources et appauvrir les sols, inhibant la croissance des pins et des chênes locaux. Autre tare et non des moindres, l’eucalyptus est réputé pour être hautement inflammable… « Dès 2008, le Portugal s’est imposé comme le plus grand producteur mondial d’eucalyptus devant l’Espagne et l’Australie, souligne João Camargo, de la Ligue de protection de la nature. En 2013, l’eucalyptus représentait plus de 800 000 hectares d’arbres plantés au sein de l’espace forestier du pays. » Cette gigantesque densité d’eucalyptus pour un si petit pays – les écologistes ironisent même en parlant d’« Eucaliptugal » – a réduit le territoire à un véritable désert vert qui peut se transformer en brasier à la moindre étincelle.

Mais pour les propriétaires forestiers, qui possèdent 87% de la forêt lusitanienne, planter des eucalyptus destinés à la florissante industrie de la cellulose et de la pâte à papier garantit un retour sur investissement rapide, l’arbre ayant une croissance fulgurante. Le gouvernement a lui-même flairé un juteux filon à même de booster l’économie en berne du Portugal, encourageant dès 2013 la plantation de milliers d’hectares d’eucalyptus au grand dam des associations de protection de l’environnement. La route nationale sur laquelle la majorité des 64 victimes ont perdu la vie dans leur voiture en tentant de fuir les flammes était elle-même bordée de ces maudits arbres... « Qui pense à soi plante un eucalyptus, qui pense à ses fils plante un pin, qui pense à ses petits-fils plante un chêne-liège », assure un proverbe paysan de l’Alentejo. Voilà comment les germes d’une rage généralisée envers les dirigeants du pays ont été plantés sur les cendres de ce tragique mois de juin.


Notes


[1L’incendie aurait été provoqué par la foudre.

[2Pour rappel, il s’agit de la Banque centrale européenne, de la Commission européenne et du Fonds monétaire international, réunis afin de superviser les « plans de sauvetage » des pays européens en crise à partir de 2010.

[3Cité sur Euronews le 10 août 2016.

[4Jornal de Notícias, 16 août 2016.

[5Créé suite à un partenariat public-privé lancé en 2006, ce système avait déjà subi des défaillances en 2013. Il est aussi à l’origine de la mort de deux pompiers il y a quelques mois.



Ajouter un commentaire

Par Mickael Correia


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts