CQFD

Mais qu’est-ce qu’on va faire de la pub sur le Net ?


paru dans CQFD n°148 (novembre 2016), rubrique , par Guillaume de Poinzéreau
mis en ligne le 24/02/2017 - commentaires

Nos archives : Novembre 2016.

C.C. {JPEG}La mission m’a été confiée de dégommer la pub sur Internet. Bien… Mais comment dénoncer la pub sans enfoncer des portes ouvertes ? Je doute que CQFD compte beaucoup d’adorateurs de Séguéla dans son lectorat !

L’idée a surgi en mars dernier [1] quand les copains du présent journal, insouciants surfeurs des Internets à la recherche d’information ou de sujets de moquerie chez la concurrence (entendez d’autres sites de presse) se sont retrouvés nez à nez avec divers messages plus ou moins agressifs leur refusant l’accès à l’information sauf à désactiver leur « bloqueur de publicité ». Alors... pour les caves de l’ère du Geek, un bloqueur de pub ou Adblock, c’est un petit logiciel qu’on télécharge le plus souvent gratuitement, qui vient s’ajouter à ton navigateur web et qui, comme son nom l’indique bien, bloque l’affichage des publicités sur la plupart des sites Internet. T’installes en deux clics et puis t’oublies jusqu’à l’existence des pubs ! À se demander pourquoi tout le monde n’en utilise pas encore… Bref. Ce qui les a titillé, les collègues, c’est de voir ces avertissements-menaces arriver simultanément sur la quasi-totalité des grands sites de presse français, Le Figaro, l’Express, Le Monde, L’Équipe... Une réponse coordonnée ! Un tir de barrage groupé ! L’empire Lagardère (et consort) contre-attaque ! Faudrait-il désormais accepter la pollution publicitaire [2] sur le net ou renoncer à consulter gratuitement les médias mainstream ? Cette fois-là, ça n’a pas duré plus d’une semaine. Présentée comme une action de « sensibilisation », l’opération n’était peut-être qu’un coup d’essai ?

À l’origine de cette stratégie-choc, le Geste, un groupement d’éditeurs de contenus et services en ligne. L’enjeu présenté ? Rien moins que la préservation de la liberté de la presse ! « Sans publicité, qui finance notre équipe, mais aussi le développement du site, L’Express ne peut pas vivre », pérore le magazine. Encore un peu et la pub serait le nec plus ultra du fameux « esprit Charlie ». Car si la pub emmerde, elle permettrait à bon nombre de sites de proposer un accès gratuit à leur contenu ! Enfin, gratuit… Au prix de l’indépendance des médias (critiquer la bagnole entre deux pubs pour des bagnoles ? Allons, mon brave !), de la disponibilité d’esprit du lecteur (la bannière pub qui surgit, vrombit, clignote, ça aide pas la concentration), de la vie privée (chaque clic est enregistré, disséqué, analysé), du renforcement de représentations mentales stéréotypées (de genre, de race, de culture), j’en oublie certainement, mais passez quand même à la caisse.

Sur Internet aussi, il faudrait donc qu’on choisisse : payer ou accepter la pub. Ce choix apparaît manifestement issu de médias traditionnels qui veulent adapter un dispositif technique et ses pratiques à leur modèle économique. Or Internet ne s’est pas construit sur ces modèles-là. Si l’on cherche du côté des créateurs ayant débuté sur le web, on tombe assez vite sur une piste intéressante et pourtant pas vraiment neuve : l’économie du don et/ou du prix libre. Je pense ici à des vidéastes, des écrivains, des musiciens et même des journalistes... qui parviennent à faire vivre et parfois à vivre de leurs activités sur le Net grâce à leur public et ses dons. On y trouve du bon, du moins bon et même de l’excellent.

Et chez les arriérés du Net de CQFD, me direz-vous ? Leur site sans pub est à prix libre, on peut leur faire un don via PayPal, et ça leur rapporte bon an mal an quelques dizaines euros. Peanuts. Mais leur liberté, elle, n’a pas de prix. ;-)


Notes


[1Mars 2016, donc. (Note du webmaster.)

[2Pollution visuelle autant que matérielle, les pubs étant des paquets de données qui nécessitent comme les autres, énergies, production et espaces de stockage en plus de ceux qui sont déjà nécessaires pour les sites visités…



2 commentaire(s)
  • Le 26 février 2017 à 12h02, par WQT -

    "En effet, AdBlock a mis à jour ses filtres lesquels altèrent de manière significative votre navigation sur le site.

    Autrement dit, AdBlock ne fait plus que bloquer la publicité mais il vous empêche d’accéder aux services suivants :

    la barre de recherche l’espace de connexion le fil d’information en continu la zone d’information centrale le changement d’épisode dynamique l’ajout à la playlist l’ajout aux favoris les commentaires le tchat Twitter Facebook

    Tous les éléments Javascript sont donc désormais bloqués.

    C’en est trop en ce qui nous concerne. Nous sommes prêts à accepter que certains d’entre vous ne veuillent pas jouer le jeu de la publicité qui fait vivre le site.

    Mais cautionner et accepter que AdBlock vous empêche d’utiliser DPStream.net, ce n’est pas possible. Nous disons donc stop.

    A partir d’aujourd’hui, l’ensemble des utilisateurs de DPStream.net seront invités à désactiver leur AdBlock ou à ajouter le site à leur liste blanche. Sans cela, l’accès à DPStream.net leur sera interdit.

    C’est le seul moyen concret que nous avons pour tenter de convaincre les « censeurs » de AdBlock d’arrêter de pratiquer le terrorisme digital.

    Parce que nous sommes face à des pratiques mafieuses.

    Sachez que pour pouvoir être « libérés » de l’emprise de AdBlock nous devons adapter notre stratégie publicitaire aux règles dictées par AdBlock et payer une rançon à hauteur de 30% de nos revenus publicitaires en bitcoin à l’organisation qui se cache derrière AdBlock."

    Ce n’est pas la première fois que je lis ça sur adblock. Quelqu’un connaitrai une alternative moins mafieuse ? Sinon très bon article !

    Répondre à ce message

    • Le 27 février à 00h50, par Un passant -

      Pour remplacer adblock, tu peux utiliser uBlock Origin (Origin parce que c’est la version initiale non forkée). uBlock a la bonne idée d’être un logiciel libre, et de plus est moins consommateur de CPU qu’adblock. Il ne m’a jamais posé problème et peut se configurer fortement.

      Pendant que j’y suis, au lieu d’utiliser le bloqueur de cookie avec un fantôme bleu qui collecte lui même tes informations, je recommande privacy badger, de l’Electronic Frontier Fondation (donc du libre aussi), qui n’est acoquiné avec aucun vendeur de pub.

      Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Guillaume de Poinzéreau


Dans le même numéro


1 | 2

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts