CQFD

Palestiniens d’Israël

« Judaïsation » à marche forcée


paru dans CQFD n°86 (février 2011), par Pierre Stambul, illustré par
mis en ligne le 04/03/2011 - commentaires

Netanyahou et ses sbires poursuivent la réalisation du programme du Likoud visant à construire un Grand Israël en détruisant la Palestine. Tel est le constat des infatigables militants bourlingueurs de la 166e mission civile tout juste rentrés de l’État hébreu. Récit.

par MricPremière étape de ce périple au sein de la machine israélienne à laver plus casher, Taybeh, petite ville palestinienne d’Israël coincée sur la ligne verte [1]. Fin octobre 2010, la 166e mission civile « judéo-arabe », regroupant notamment des militants de l’Union juive française pour la paix et de l’Association des travailleurs maghrébins de France, y est reçue par les dirigeants du parti Balad [2], majoritaire à Taybeh. Le fondateur du Balad, Azmi Bishara, s’est exilé pour éviter la prison. Une de ses députées, Haneen Zoabi, présente à bord du Mavi Marmara, bateau qui souhaitait briser le blocus de Gaza et sur lequel neuf personnes ont été tuées le 31 mai 2010, a été agressée par l’extrême droite en plein parlement. La famille qui nous accueille a une particularité. Lui est de Taybeh alors qu’elle est originaire de Cisjordanie. Comment ont-ils pu se rencontrer alors que toutes les zones palestiniennes sont isolées les unes des autres ? En prison ! Ils ont pu communiquer par signes d’une fenêtre à l’autre. Depuis 1967, 700 000 Palestiniens ont effectué des séjours en prison, soit un quart de la population.

Autre député du Balad, Jamal Zahalka nous explique les discriminations quotidiennes subies par les « Palestiniens de 48 », ceux qui ont théoriquement la nationalité israélienne. Discriminations au logement, au travail, à l’éducation. Il parle aussi des villages non reconnus qui vivent sans eau ni électricité. Parmi les revendications du Balad, il évoque « l’autonomie culturelle ». Paradoxe historique ! Sait-il que l’autonomie culturelle était la revendication principale d’un parti révolutionnaire juif antisioniste, le Bund, sous l’empire tsariste ? « Je sais, répond Jamal. La situation des Palestiniens en Israël ressemble à celle des Juifs autrefois en Europe ». Il y a même eu des pogroms contre les Palestiniens à Nazareth et Saint-Jean d’Acre. Et le Grand Rabbin de Safed, ville israélienne jumelée avec Lille, ne vient-il pas d’expliquer que la Torah interdit aux Juifs de louer des appartements à des Arabes ?

Seconde étape de notre plongée au cœur de l’apartheid israélien, un quartier palestinien de Jérusalem-est, Silwan, situé juste en dessous de la vieille ville. Ici, la « judaïsation » se fait à marche forcée : quatre-vingt-dix maisons ont été confisquées et quelques centaines de colons s’y sont installés. L’outil de cette expropriation ? La Bible ! Car les Israéliens affirment que le roi David a vécu à Silwan. On y trouve donc la « maison du roi David », le « parc du roi David »… En Israël, les fondateurs du sionisme étaient agnostiques et considéraient les rabbins comme des arriérés. L’ouvrage La Bible dévoilée, best-seller de Finkelstein et Silberman, les plus grands archéologues du pays, explique qu’à l’époque présumée de David et Salomon, Jérusalem n’était qu’un petit village. Qu’importe ! La Bible sert de prétexte à la colonisation, dans ce pays où un étudiant qui voudrait faire une thèse sur la véracité historique du règne de David serait considéré comme un charlatan… Et pourtant, des milliers de Palestiniens sont chassés de chez eux au nom de la Bible.

À quelques kilomètres de là, sur une colline dominant Bethléem, Hérodion, site de l’ancien palais du roi Hérode, est devenu un « parc national israélien », à l’instar de quantité d’autres sites archéologiques palestiniens. Les touristes israéliens qui s’y déversent n’ont pas un regard sur ce qui se joue autour d’Hérodion où, juste en dessous, la colonie de Tekoa est en train de s’agrandir pour continuer à y accueillir les colons les plus fous de Gaza. Un peu plus loin, c’est dans la colonie Nokdim que vit le ministre des Affaires étrangères, le fameux Avigdor Lieberman. Sur la colline d’en face, les villageois palestiniens d’Al Masara sont organisés en comité populaire contre le mur, les confiscations de terres et les destructions d’oliviers. Ils sont pacifistes comme ceux de Bil’in ou de Tulkarem. Et pourtant ces manifestants pacifistes ont eu leur trentième victime le 2 janvier 2011, tuée par une grenade lacrymogène tirée à bout portant. C’était la sœur d’un manifestant tué en 2009. L’armée israélienne n’a pas besoin du « savoir-faire » de Michèle Alliot-Marie, elle se débrouille très bien toute seule. En Cisjordanie, les colons sont dix fois moins nombreux que les Palestiniens. Pourtant, ce sont eux qui les encerclent. Partout surgissent des zones industrielles ou des stations-service. Il y a 500 000 Israéliens établis au-delà de la frontière de 1949. Tout est fait pour que les Palestiniens deviennent à terme, comme les Aborigènes d’Australie, de gentils indigènes enfermés dans leurs réserves mis en situation de ne plus pouvoir réclamer leurs droits…

Et la liste des ignominies produites par les autorités israéliennes est loin d’être close. Pourtant, encore et toujours, des anticolonialistes israéliens résistent et lancent l’appel « Boycottez-nous », en soutien aux Palestiniens qui mènent la campagne Boycott-désinvestissement-sanctions


Notes


[1En référence à la ligne d’armistice de 1949 entre Israël et ses voisins arabes, qui servit de base pour définir les frontières internationalement reconnues de l’État hébreu, lesquelles seront violées en permanence par l’implantation agressive des colonies juives en Cisjordanie et à Gaza ainsi que par la construction du mur de séparation.

[2« Parti des Palestiniens d’Israël » dont le projet est de transformer l’État d’Israël en une démocratie pour tous ses citoyens, indépendamment de l’identité nationale ou ethnique. C’est un des trois partis palestiniens représentés au Parlement israélien.



2 commentaire(s)
  • Le 2 août 2011 à 13h04, par Ayinair -

    CETTE NOTE : "En référence à la ligne d’armistice de 1949 entre Israël et ses voisins arabes, qui servit de base pour définir les frontières internationalement reconnues de l’État hébreu, lesquelles seront violées en permanence par l’implantation agressive des colonies juives en Cisjordanie et à Gaza ainsi que par la construction du mur de séparation." est un bon résumé de la manière dont l’auteur de l’article viole et déforme l’histoire de la région et la vie quotidienne des habitants. Connaissez-vous cette blague juive ? "Quand je lis les journaux juifs, je n’apprends que des horreurs. Tout va mal. Alors je lis des journaux antisémites : là nous avons tout l’argent, les banques, le pouvoir, l’art, les medias, etc... ça me console !" Remplacez "Juif" par "Israélien" et "antisémite" par "militant pro-palestinien", vous avez le même résultat...

    Répondre à ce message

    • Le 16 août 2011 à 17h30, par Keizer Soze -

      @Aynair, le nettoyeur de la Palestine à Kärcher forcé

      Toi, t’es Palestinien, c’est évident !

      Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Pierre Stambul


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts