CQFD

Cause animale : Hallali sur le halal


paru dans CQFD n°129 (février 2015), par Christophe Goby, illustré par
mis en ligne le 20/03/2015 - commentaires

Alors qu’à paris, le 28 janvier dernier, le Parlement a reconnu – au grand dam de la FNSEA et de l’UMP – aux animaux la qualité symbolique «  d’êtres vivants doués de sensibilité », à Saint-Martial-le-Vieux, dans la Creuse, l’industrie de la viande compte exploiter une ferme d’engraissement pour un millier de veaux par an.

Par Arsène. {JPEG}

Destinés au Maghreb par l’intermédiaire de Jean Rozé (groupe Intermarché), ils connaîtront une vie simple à l’étable mais ne verront jamais les immenses pâtures du département. Le projet de ferme, soutenu par les éleveurs locaux, a été l’objet de contestations multiples et divergentes, avec par ordre d’apparition sur la scène creusoise, d’une part Brigitte Bardot et la fachosphère, de l’autre les militants de la cause animale. Côté écolo-facho, Alain de Peretti de Vigilance Halal, ancien du FN et du MNR, a raté sa manif le 17 janvier dernier, malgré la présence de Renaud Camus, auteur de « la théorie du grand remplacement », pour qui le problème n’est pas tant dans la concentration animale que dans sa destination. Comme si dans les abattoirs bien français, on équarrissait poliment des bêtes, en leur chantant La Marseillaise. Les flippés de l’islamisation française, peuvent aussi compter sur Christine Tasin, grimée en « résistante républicaine », qui raconte sur son blog que les éleveurs encouragent « une pratique barbare avec des veaux de chez nous, nés et élevés à l’ancienne ». Pour la co-présidente de Riposte laïque, le souci n’est pas que mille bestiaux soient engourdis et tués dans un abattoir mais que leur mort soit par égorgement et « infamie halal ». Les amis de la cause animale, représentés notamment par l’association Oui à l’étourdissement dans les abattoirs, se sont mobilisés le 31 janvier dernier pour se démarquer des anti-halal. Aurore Lenoir, sa présidente qui s’est carrément installée dans la région pour suivre le dossier, réfute toute attaque contre les musulmans. Pourtant, sur certains calicots, des slogans entretiennent la confusion  : « Je suis veau », « Égorgements rituels, non à l’obscurantisme, non à la barbarie en Creuse » ou encore « Non aux camps de concentration ».

Aurore Lenoir, quant à elle, reste fixée sur sa ligne verte : « Je suis végétarienne mais je crois aux petits pas. Par le biais de l’étourdissement, on amène les gens au végétarisme. » Lors des précédents rassemblements, des militants de toute la France avaient rappliqué. Certains avec des messages comme « Pas de halal chez nous » ou « Halal Cacher pas de quoi être fier », en réponse à une campagne de publicité « Fièrement halal » de 2010. Aurore considère que l’agonie des animaux est dans tous les cas inacceptable. Une manifestation contre l’abattoir en mars 2014 avait tout de même réussi l’exploit de faire abandonner au député-maire de Guéret la construction d’un abattoir rituel. «  Même les bouchers y sont opposés », nous a dit cette végétarienne endurcie. Yves Lahiani, vétérinaire à Paris et chroniqueur sur France 2, s’était rendu dans le chef-lieu de la Creuse comme il s’était rendu aux « États généraux du bien-être animal et du respect du consommateur » où une brochette pas du tout halal de contributeurs de Riposte laïque tels qu’Alain Dubos ou Nicolas Dhuicq, député très droitier de l’Aube, étaient présents. Yves Lahiani s’était peut-être trompé de crémerie mais sa contribution a été reversée au livre d’Alain de Peretti, Vérités sur la viande halal. Encore une fois, Aurore Lenoir s’est clairement distanciée de ce mouvement, mais il semble que les deux courants soient perméables.

JPEG

Bref, s’il y a des fachos écolos, tous ne sont pas végétariens, s’il y a des amis des animaux, certains peuvent être des fachos, s’il y a des islamophobes, ils mangent halal sans le savoir mais ne sont pas de la Creuse. Quant aux Creusois, la race s’est éteinte après leur migration à Paris dans la maçonnerie. Une chose est sûre, pour les veaux, c’est l’abattoir.



1 commentaire(s)
  • Le 20 mars 2015 à 18h10 -

    Bon, ça changera pas la trésorerie de votre journal mais vous ne craigniez pas de heurter les creusois dans votre papier en disant que leur race s’est éteinte ?

    Non, parce qu’en traversant ce pays vert (pas politiquement), je me suis arrêté dans un bistrot et les 3 personnes présentes qui se sont tues lors de mon intrusion ont fini par accepter le dialogue et malgré mes difficultés de compréhension dues à leur accent, j’ai quand même compris qu’outre au comptoir, ces gars là étaient attachés à leur terroir !

    Sinon, merci pour le papier. Vous oubliez de mentionner qu’à priori, une loi interdit en France l’abattage par égorgement (hallal casher même combat) depuis les années 90... Mais que les enjeux économiques empêchent son application.

    Sinon, je suis bien d’accord, y’a peut-être pas de fachos végétariens, mais des végétariens fachos, c’est possible...

    un végétarien non pratiquant (mais qui mange des bêtes qui ont vécu une vraie vie les pattes dans la terre pour être sûr que leur mort me nourrisse). Les jours de viande pour moi, c’est jours de fête (y’en a autant que des fériés au calendrier)

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Christophe Goby


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts