CQFD

Édito-sommaire

Au sommaire du n°154


paru dans CQFD n°154 (mai 2017), rubrique , rubrique , par l’équipe de CQFD, illustré par , illustré par , illustré par
mis en ligne le 05/05/2017 - commentaires

En kiosque !

En une : "Voter Vomir" de Cécile Kiefer.

Un article sera mis en ligne, chaque semaine. Les autres articles seront archivés sur notre site quelques mois plus tard. D’ici-là, tu as tout le temps d’aller saluer ton kiosquier ou de t’abonner...

La gerbe d’or

« Ce qui se passe dans la capitale n’est pas fait pour m’égayer. J’ai un tel dégoût de ce qu’on y applaudit et de toutes les turpitudes qu’on y imprime, que le cœur m’en soulève rien que d’y songer. Est-ce beau le tapage que l’on fait autour des deux ineptes vomissages des sieurs Lacordaire et Guizot ! » (Flaubert, Correspondance, 1861).

Vomir, donc. Question définition, Tonton Larousse nous dit d’abord : « Rejeter par la bouche des aliments non digérés ou un liquide, une sécrétion organique. Ex : Vomir son déjeuner. » Yep, c’est sans doute ce qui est arrivé à beaucoup d’entre nous dimanche 23 avril à 20 heures. Dans mon cas, c’était kebab faisandé et rosé cheapos – royal. Pour notre sémillant secrétaire de rédaction, c’était plus chicos : hareng saur et mojitos. Kif kif, au final, tripes et boyaux unis dans le dégoût.
La seconde proposition du dico est tout aussi raccord avec l’air du temps : « Projeter quelque chose au loin, avec violence ou en masse. Ex : Volcan qui vomit de la lave. » Parfait. À première vue, on penserait certes plus à des pavés, des crachats ou des sagaies. Ceci dit, quelques hectolitres de lave déversés sur l’Élysée, ça aurait de la gueule…
Troisième propale signée Larousse : « Proférer des paroles avec violence. Ex : Vomir des injures. » Alors là, on ne saurait taper plus juste. Pas besoin d’exemples, a priori, tant les poussées de jurons débordent de toute part depuis les résultats du premier tour. À l’heure où est rédigé cet édito, 9h41 du lundi 1er mai, l’auteur de ces lignes s’étouffe quasiment dans les injures diverses et avariées – seule une manif bien agitée pourrait le sauver. Qui vivra verra.
Pour quatrième et ultime définition : « Détester quelque chose, quelqu’un, le rejeter avec dégoût. Ex : Je vomis ce genre de littérature. » Là encore, bingo, en plein dans le mille. On vomit la blondasse xénophobe plus que tout, sûr, au point d’hésiter à se faire de nouveau entourlouper dimanche prochain, à l’heure où blanchira la campagne électorale. Mais on vomit aussi le banquier-technocrate, les présentateurs de BFM, l’état d’urgence perpétuel, etc. Bref, cette période de merde, on la gerbe en chœur, sur tous les tons, dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel : polyphonie du renvoi universel à deux tours.
La situation est donc simple : on nage littéralement dans de peu ragoûtantes sécrétions organiques, marée noire piquetée de brun. Reste à savoir comment en émerger sans s’intoxiquer. À l’image d’une partie de la rédaction, certains opteront pour l’isoloir anti-Pen dimanche prochain, la mort dans l’âme. On ne les juge pas. Voire : on les comprend. Simplement, on leur intime bien humblement de se munir des accessoires prophylactiques adéquats : pince-nez, gants, masques à gaz and co.
Quant à celui ou celle qui occupera l’Élysée prochainement, avec tout l’arsenal du coup d’État permanent dont dispose la moribonde Ve République, le Chien rouge lui conseille gentiment d’enfiler fissa une combinaison ignifugée : on n’est jamais à l’abri d’une éruption volcanique, gros(se).

Dossier : La fatigue démocratique

Photo de Martin Barzilai. {JPEG}

Avons voté. De quelques étincelles en temps mortifères > Un jour d’élection présidentielle, ça se célèbre. En restant dans son pieu, par exemple. Ou bien, encore mieux, en galopant joyeusement dans les rues. À Paris, pour le premier tour de mascarade, ils étaient quelques centaines à avoir opté pour cette seconde option.

Mascarades électorales en Algérie > Alors que les élections se suivent et se ressemblent en Algérie, des voix de plus en plus nombreuses se font entendre, notamment dans des documentaires et des films de fiction, pour dénoncer un système à l’agonie toujours prolongée. Plongée dans la réalité vécue par le peuple algérien, entre résignation et colère.

Un coup de poker électoral ? > Mais quelle mouche a piqué les zapatistes ? Alors qu’ici la France s’abandonne au naufrage universel à deux tours, voilà que l’EZLN a proposé à ses frères et sœurs du Congrès national indigène (CNI) de présenter une candidate aux présidentielles de 2018.

Marignane chemin de croix provençal > Comme un micro-climat : l’extrême droite s’est toujours très bien portée autour de l’étang de Berre. Et particulièrement à Marignane, ville de 34 000 habitants où Marine Le Pen s’est taillé la part du lion au premier tour des présidentielles, raflant 42,5% des suffrages. Dans cette agglomération sans âme et en mal d’identité, les valeurs ultradroitières, la peur de l’autre et l’angoisse du déclin font des ravages. Reportage.

La démocratie sociale à genoux > Vieux rêve solidaire, la Sécu a été pensée par le Conseil national de la Résistance comme un outil censé guider vers plus de démocratie sociale. Après plusieurs contre-réformes et une brutale reprise en main étatique, le réveil ne cesse d’être douloureux.

Bernard Aspe : temps et liberté de la politique > On avait envie de rencontrer Bernard Aspe pour qu’il nous parle des mots et des gestes de la politique en cette période trouble. Le temps pressant, nous n’avons pu le croiser, alors voici une petite introduction à quelques clefs de sa pensée.

Par Rémy Cattelain {JPEG}

Enquêtes et reportages

Référendum turc : Les habits (presque) neufs du président Erdoğan > « Démocrature » ? Dictature ? Nous avons demandé à Étienne Copeaux, historien du nationalisme turc, de nous livrer son analyse sur les résultats contestés du référendum du 16 avril, qui accroissent les pouvoirs du président Erdoğan.

Le jeu démocratique : La résilience kurde > Rompu depuis deux ans à un état d’urgence permanent, le mouvement kurde n’a pas vécu le référendum pour les pleins pouvoirs d’Erdoğan comme une échéance capitale. En dépit d’une représentation politique légale durement réprimée, la résistance civile cherche à remettre en marche des dynamiques nouvelles sans jamais baisser la tête. Reportage à Diyarbakir, principale ville kurde du Sud-Est anatolien.

Catastrophe naturelle : Cuba dans l’œil du cyclone > Le 4 octobre 2016, après avoir dévasté Haïti, l’ouragan Matthew a frappé la pointe orientale de Cuba. Malgré des ravages importants, on n’y déplore aucune victime. Deux mois après, une correspondante de CQFD s’est rendue à Baracoa et dans un village proche. Reportage.

Entretien avec Hanifa Taguelmint : « Surtout, nous avons pris la parole » > Après le dossier « Racisme et violences policières » du CQFD n°153, très axé sur Paris et ses banlieues, nous voulions revenir sur le sujet sous une autre latitude, à Marseille, avec les mots vifs d’Hanifa Taguelmint, participante active de la Marche pour l’égalité de 1983 et proche de deux victimes de meurtres racistes.

Le pinkwashing à l’heure de Tel-Aviv : Mirage gay > Publié aux éditions Libertalia, le livre de Jean Stern est une enquête inédite qui décortique la stratégie marketing de l’État israélien draguant la communauté gay occidentale. Rencontre avec l’auteur, cofondateur de Gai Pied, puis journaliste à Libération et actuel rédacteur en chef de La Chronique d’Amnesty International.

Ma cabane pas au Canada : Carnaval de banlieue, carnaval heureux ! > Il n’y a pas que le carnaval de La Plaine dans la vie. Il y a le carnaval d’Ivry, aussi. Reportage de l’autre côté du périph’.

Aide sociale à l’enfance : La fabrique de la casse > L’Aide sociale à l’enfance (ASE), n’est pas une habituée des projecteurs. Pourtant, certaines affaires en lien avec ce service de l’État ont récemment fait couler beaucoup d’encre. Du récit de l’enfance chaotique des frères Kouachi à celui du musellement des éducateurs, les maux de l’ASE commencent à faire du bruit. À la rencontre de parents et de professionnels, tour d’horizon d’un système qui « déconne à plein tube ».

Et aussi...
Whirlpool > Un buzz et puis on ferme !
Docu de l’Est > Retour à Forbach
Mais qu’est-ce qu’on va faire de la Ve République ?
Media > Un « storytelling » à la Arte Radio



Ajouter un commentaire

Par l’équipe de CQFD


Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts