CQFD

Au sommaire du 114


paru dans CQFD n°114 (septembre 2013), rubrique , par l’équipe de CQFD, illustré par
mis en ligne le 13/09/2013 - commentaires

CQFD n°114, en kiosque à partir du 14 septembre 2013

Les articles sont mis en ligne au fil de l’eau après la parution du CQFD d’ensuite. D’ici-là, tu as tout le temps d’aller saluer ton kiosquier ou de t’abonner...

Le dossier : Drogues, la guerre perdue

À l’instar de celle contre le terrorisme, la lutte contre la drogue impulsée par les états-Unis, il y a quarante années, est cette autre guerre sans fin. Avec le développement de ce marché particulier – où la captation de clientèle est des plus pernicieuses –, il est vrai que l’usage des drogues peut jouer en partie comme mécanisme de pacification sociale par le bas par la sédation auto-administrée des consommateurs. Mais surtout, durant quarante années, la guerre à la drogue a renforcé la militarisation de certains pays et quartiers et provoqué une véritable incarcération de masse des « classes dangereuses ». Pourtant, dans cette stratégie de contrôle social à double tranchant et à mesure que le trafic de stupéfiants explose – jusqu’à constituer la part sombre de l’activité marchande et financière mondiale – de nombreux États, en Amérique du Sud notamment, ont depuis peu commencé à admettre que la guerre était perdue. Le tournant actuel du discours dominant, si l’hypothèse est bonne, serait d’abandonner en partie le tout-répressif contre les usagers pour une approche plus rationnelle et économique, alliant prévention et régulation du marché, ce qui permettrait au passage de récupérer d’énormes capitaux.

Le propos de ce dossier n’est pas de porter un regard – qu’il soit moralisateur ou complaisant – sur ce qui pousse des gens à se défoncer depuis la nuit des temps, mais sur ce que sous-tend, en termes d’hypocrisie et de gâchis à la fois humain et social, la politique actuelle de la drogue.

Uruguay : Le futur laboratoire de la dépénalisation ? > Petit pays de trois millions d’habitants pris en étau entre deux géants, l’Uruguay se pose en pionnier dans le projet de légalisation du cannabis. Pour l’heure, la loi, passée de justesse le 1er août à l’Assemblée (50 voix pour sur 96 après 14 heures de débats), devrait être entérinée d’ici la fin du mois septembre au Sénat. (Cet article est exclusivement sur le site de CQFD.)

Le futur est dans le chanvre > Un rapide historique de la politique de prohibition des drogues dans le monde occidental permet de bien mettre en avant la responsabilité des états dans l’instrumentalisation du débat. Et nous éclaire sur leur prévisible revirement.

Dossier : Drogues, la guerre perdu {JPEG}

Régulation : Sortir du cercle vicieux > À l’heure où le mouvement antiprohibitionniste apparaît relativement atone, Anne Coppel fait figure d’infatigable militante de la réduction des risques. Auteur de Drogues, sortir de l’impasse (éditions La Découverte, 2012) avec Olivier Doubre, elle répond aux questions de CQFD.

Economie : Quand l’argent part en fumée… > Marché colossal d’un côté, guerre sans fin de l’autre, le commerce de la drogue remue des masses considérables d’argent. Interrogé par CQFD, l’économiste Christian Ben Lakhdar rectifie quelques contre-vérités sur ce business coincé entre caricature et omerta d’État.

Marseille : Au-dessous du « cocotier » > Le 19 août, au lendemain de l’assassinat d’un jeune de 25 ans à l’Estaque, dans le 16e arrondissement de Marseille, Ayrault plastronnait devant la presse : « Il faut s’attaquer à la racine du mal […]. S’il y a ces règlements de comptes, c’est parce que la police est en train de faire son travail. C’est parce que nous dérangeons. On secoue le cocotier et on s’attaque au portefeuille. » Ce jour-là, la fanfaronnade n’était pas du côté marseillais.

Mexique : Les zetas font oublier les zapatistes > Depuis quelques années, le Mexique a volé la vedette à la Colombie sur la scène mondiale du narcotrafic : enlèvements, décapitations, massacres, arrestation de capos, argent sale, couvre-feu… Quelles sont les réalités de ce conflit qui un des plus sanglants de ce début de XXIe siècle ? Quelques éléments de réponse avec Siete Nubes, participant intermittent au Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte.

Les articles

Égypte : quand les éléphants se battent, c’est l’Égypte qui souffre > Confusion, chaos, haine, inquiétude, colère et déception, tels sont les sentiments qui parcourent aujourd’hui les rues égyptiennes. Plusieurs semaines après l’éviction des Frères musulmans et le retour en force de l’armée, l’universitaire Youssef El-Chazli rapporte ce qu’il a vu et entendu sur place.

Retraites : une réforme gauche pensée à droite > Pour se tourner les pouces une fois arrivé l’âge de l’arthrose, il faudra marner plus longtemps, a décidé fin août le gouvernement « socialiste ». Le tout en nous servant le même argumentaire que celui de la clique sarkozyque lors de sa réforme des retraites de 2010. Rien d’étonnant, puisque le travail est resté la « valeur ».

Du côté de chez les rustiques en saute frontières : Bluegrass country blues > Notre ami vigneron nous transporte outre-Atlantique où les transports amoureux finissent mal sur fond d’agriculture intensive et d’incompréhension religieuse entre latinos et rednecks.

Rock : « A-t-on besoin de comprendre pour entendre ? » > Riffs et distorsions, échos du bled, bruits urbains et sons du Maghreb, Temenik Electric, c’est cinq gars qui envoient du pop-rock enragé aux parfums d’Algérie, mélangeant ces langues et musiques qui s’échangent dans les rues et les déserts des deux côtés de la Grande Bleue. CQFD a rencontré Mehdi, l’homme toujours en costard et chemise blanche sur scène, chanteur et guitariste du groupe.

Ma cabane pas au Canada : Les dessous de la nonne sentent le cochon grillé > En plein cœur de la Bretagne, dans un couvent « défroqué », une bande de joyeux korrigans et bonnes fées se livrent à toutes sortes d’activités dionysiaques. Pour le plus grand plaisir du correspondant de CQFD en goguette…

Marseille, un été de ouf {JPEG}

Marseille 2013 n’aura pas lieu : Marseille, Schizo-city > Le 9 août dernier, un peu avant minuit, un étudiant est poignardé à la gorge près de la gare Saint-Charles. Très vite, un suspect, Ali, est arrêté, c’est un clochard, un fou. Au cœur d’un été placé sous le double signe du tourisme culturel et des règlements de comptes, La Provence titre « Marseille : 4 000 malades mentaux dans la rue »… Et une fois Ali innocenté, on peut se demander où réside la vraie schizophrénie.

Les Chroniques

Queen-Kong Theory > Sophocle fait des saltos dans sa tombe

Rage Dedans > John Kerry « oublie » Adolf Johnson

Je vous écris de l’usine > D’un atelier l’autre

Les vieux dossiers de Jules > Casas Viejas 1933

Mais qu’est-ce qu’on va faire de… > La Silver économie

Média > Médias libres, toujours vivants ! Et Médias rances, le journal qui fait honte à la France

Cap sur l’utopie > La société sans État, elle existe à Zomia !

Culture > Mail Art : Post it yourself !



Ajouter un commentaire

Par l’équipe de CQFD


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts