CQFD

Les vieux dossiers de Matéo

1914, le naufrage de l’internationalisme


paru dans CQFD n°124 (juillet-aout-septembre 2014), rubrique , par Mathieu Léonard
mis en ligne le 31/07/2014 - commentaires

On commémore le centenaire de la mort de Jaurès. Une occasion pour les politiciens de tout bord de cannibaliser la mémoire du tribun du Tarn. Comparés à cet « athlète de l’idée », on se dit alors que Valls – qui s’inspire plus volontiers du briseur de grève Clemenceau –, ou Sarkozy qui se sentait l’« héritier de Jaurès » en 2007, ou encore Marine Le Pen, qui ose affirmer que « Jaurès aurait voté Front national », font figures de cloportes de la gamelle. Pourtant, la récupération de Jaurès n’est pas chose nouvelle : dès le 1er août 1914, au lendemain de son assassinat par un puceau nationaliste dénommé Villain, Jaurès faisait l’unanimité autour de son cadavre. Tandis que L’Humanité célébrait le « martyr sublime de la paix », Le Temps ne faisait aucun doute sur le fait que « son éloquence allait devenir instrument de défense nationale » et qu’il allait incarner « le clairon de la patrie ». Le communiqué de la présidence du conseil saluait même « celui qui a soutenu de son autorité l’action patriotique du gouvernement ».

Jaurès a eu le mérite et l’ultime avantage de mourir pacifiste, à la veille de la mobilisation générale et cinq jours avant le vote par les députés socialistes des crédits de guerre.

Qu’aurait fait Jaurès lui-même ? Sans se livrer à un exercice périlleux d’histoire fiction, rappelons que les dix jours d’escalade vers la guerre – du 26 juillet, date de l’ultimatum autrichien, à ce fameux 4 août 1914 –, ont été ceux de tous les revirements.

Domaine public. {PNG}

Plusieurs livres nous éclairent sur ce moment qui solde l’échec du refus de la guerre et le naufrage de l’internationalisme. Jean-Claude Lamoureux nous livre une chronique de ces 10 derniers jours avec un livre au titre éponyme, sous-titré Du refus de la guerre à l’exaltation patriotique [1],où l’on suit de manière très vivante le girouettisme des meneurs syndicaux et socialistes à Paris comme à Berlin. On peut aussi se reporter au classique sur le sujet de l’internationaliste Alfred Rosmer, Le Mouvement ouvrier pendant la guerre, dont le premier tome, De l’Union sacrée à Zimmerwald [2], paraissait en 1936. Acteur, témoin et historien de la période, Rosmer détaillait de l’intérieur les résistances au raz-de-marée guerrier. Enfin dans un ouvrage à paraître en novembre, coédité par nos amis de Libertalia et de l’Insomniaque, intitulé Trop jeunes pour mourir – Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914) [3], Guillaume Davranche revient sur cette période où l’opposition ouvrière à la guerre est rognée par des renoncements successifs et la montée en puissance du nationalisme.

L’exemple de La Guerre sociale est à ce titre édifiant. Partisan tapageur de l’insurrection et du « drapeau dans le fumier » jusqu’en 1912, Gustave Hervé, le rédacteur du journal, change son fusil d’épaule et devient le « réformiste des réformistes » (Rosmer) puis un ultra-patriote. Son lieutenant, Miguel Almereyda, et père du cinéaste Jean Vigo, jouera un rôle assez trouble à la veille du conflit en négociant avec le président du Conseil, René Viviani, la non-application du carnet B [4] « en échange » du calme des anarchistes individualistes.

Chez les vieux internationalistes, la rancune est tenace. James Guillaume, le vétéran de la Première Internationale, exclu avec Bakounine au congrès de La Haye en 1872, trouve dans la course à la guerre une occasion de vilipender le « socialisme allemand », en rappelant que durant la guerre de 1870, Marx avait soutenu l’Allemagne – en réalité et pour faire court, seulement jusqu’à la chute de Napoléon III – et Bakounine la France, « patrie de la liberté universelle ». Mais la lame de fond cocardière n’épargne pas non plus les vieux socialistes de parti, tel l’ancien blanquiste Édouard Vaillant ou le marxiste Jules Guesde.

Chez les syndicalistes révolutionnaires français, les appels à la grève générale révolutionnaire et à la désertion laissent place à l’attentisme puis au renoncement, non sans conflit avec la base. Dans le même temps, leurs homologues allemands du journal Der Pioner, plus conséquents, s’opposent encore à la guerre et dénoncent la trahison de la social-démocratie, ce qui leur vaut d’être pourchassés et interdits.

Pour revenir au cas de l’irréprochable Jaurès, ce dernier annonce la catastrophe le 26 juillet, dans L’Humanité, Jaurès annonce qui verra le continent jeté dans « le plus terrible conflit qu’aient jamais vu les hommes ». Le jeudi 30 juillet, sortant d’une entrevue avec Viviani, il se laisse convaincre que la crise européenne finirait dans les dix jours et persuade à son tour les cégétistes de reporter leur grande mobilisation populaire… On a aussi beaucoup fait de suppositions sur l’article décisif, dénonçant le bellicisme des dirigeants européens, que comptait écrire Jaurès au soir de sa mort… Là encore, les socialistes vraiment exemplaires, comme Rosa Luxemburg ou Karl Liebknecht en Allemagne, furent l’exception. Sans doute, personne ne pouvait prévoir ni la durée ni l’effroyable coût humain de ce conflit entre cousins des grands empires et classes dominantes démocratiques, sauf peut-être à anticiper l’entrée en scène des industriels de la mort dont parlait Anatole France [5]. 1914 restera toutefois un moment emblématique dans la longue tradition de la social-trahison.

ERRATUM

Dans la version papier du CQFD n° 124, j’avais écrit que Jaurès « s’était d’abord opposé au principe de grève générale contre la guerre au sein de l’Internationale ouvrière ». Grossière erreur et impardonnable confusion due à une écriture trop pressée et à la forme trop concise du Vieux dossier. C’est bien Jules Guesde qui s’oppose à la grève générale lors du congrès du Parti socialiste unifié du 14-16 juillet à destination du prochain congrès international (qui n’aura pas le temps de se tenir), tandis que Jaurès, au contraire, pousse à la grève générale contre la guerre et à l’agitation populaire.

Pour autant, il n’est pas faux que les socialistes de parti ont toujours eu les plus grandes réserves vis-à-vis de la grève générale. D’ailleurs, Jaurès lui-même, en 1901, mettait en garde la classe ouvrière contre cette « illusion funeste » et cette « obsession maladive » qui lui ferait prendre « ce qui ne peut être qu’une tactique de désespoir pour une méthode de révolution »(cf. Miguel Chueca, « Introduction à la "Réponse à Jaurès" », revue Agone, 33, 2005). Mais, dès 1907, il est déjà convaincu que les ouvriers seront amenés à « retenir le fusil dont les gouvernements d’aventure auront armé le peuple et de s’en servir, non pas pour aller fusiller de l’autre côté de la frontière des ouvriers, mais pour abattre révolutionnairement le gouvernement de crime ».


Notes


[1Jean-Claude Lamoureux, Les 10 derniers jours, Les nuits rouges, 2013, 152 pages.

[2Alfred Rosmer, Le Mouvement ouvrier pendant la guerre, De l’Union sacré à Zimmerwald, Librairie du travail,1936.

[3Livre en souscription.

[4Créé par le général Boulanger en 1886, il s’agissait d’un outil de fichage et de surveillance des « suspects au point de vue national » (anarchistes, antimilitaristes, espions étrangers), qui prévoyait leur arrestation immédiate en cas de conflit.

[5« On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels ! »



3 commentaire(s)
  • Le 13 août 2014 à 03h13 -

    Jaurès irréprochable ? Vous oubliez bien vite son antisémitisme et ses hésitations "girouettistes" devant les décisions de la IIe internationale à la veille du conflit. Son mythe ne tient qu’au fait d’avoir été assassiné. Jaurès n’était pas si aimé que cela par les ouvriers qui voyaient en lui un beau parleur, une barrique parlementariste. Les luttes contre la guerre étaient ailleurs, dans l’ombre, l’anonymat et la pauvreté. De cette contre-histoire, il ne reste rien. Car la plupart des opposants authentiques à la guerre étaient des prolétaires, qui ne publiaient pas de livres, des hommes, des femmes et des enfants, effacés de leur vivant, et niés jusque dans leur mort. N’est-ce pas aujourd’hui encore le cas, messieurs les diplômés de l’éducation nationale dont l’Histoire retiendra vos prises de positions belles et courageuses ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre 2014 à 17h07, par Jean-Claude Lamoureux -

    RECTIFICATION DU RECTIFICATIF /

    En fait au cours de cette conférence de la mi-juillet du PS, Jaurès avait fait voter une édulcoration de celle que les deux vétérans du mouvement ouvrier, Edouard Vaillant et James Keir Hardie, avaient proposé avec succès au Congrès de Copenhague de 1910. Sa motion reprenait bien la formule originale de Vaillant-Hardie, jugeant « particulièrement efficace la grève générale ouvrière » [à distinguer de la cégétiste grève générale révolutionnaire], mais y adjoignait cette condition funeste, car bien difficile à mettre en œuvre, selon laquelle elle devait être « simultanément et internationalement organisée ». Subsidiairement, le texte jauressien remplaçait l’incitation précise à porter la grève « dans les industries qui fournissent à la guerre ses instruments (armes, munitions, transports) » par « l’agitation et l’action populaires sous les formes les plus diverses ». Pour être tout à fait clair, Jaurès soulignait qu’il se refuserait à appeler à la grève une fois la guerre déclarée.

    Cela est conforme aux discours et aux articles lénifiants du "tribun" pendant ces journées. Il est donc probable qu’il aurait voté les crédits de guerre s’il n’avait pas été tué. Même sa thuriféraire, l’historienne Madeleine Rébérioux avait bien dû en convenir.

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Mathieu Léonard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3 | 4

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts