CQFD

Tank et punk


paru dans CQFD n°84 (décembre 2010), rubrique , par François Maliet
mis en ligne le 01/01/2011 - commentaires

La honte. Nous ne connaissions pas Tank Girl [1]… C’est tout récemment que notre copine Tanxxx [2] nous a fait découvrir la célèbre punkette australienne née en 1988 dans la tronche d’Alan Martin (au scénario, donc) et les pinceaux de Jamie Hewlett (au dessin, alors). Pendant sept ans, les aventures de Tank Girl foutèrent le souk outre-manche dans la revue de BD Deadline magazine. « C’était l’époque où Reagan et Thatcher pourrissaient la vie de tout un tas de gens, […] et le hit-parade de la musique était dominé par du rock gentillet, les néoromantiques, les horreurs de MTV et Mickael Jackson », explique Martin dans la préface du premier tome. Sûr que l’époque avait bien besoin de cette belle déjantée, une canette de bière greffée dans la paume, un tank customisé pour fidèle destrier et maints calibres pour se détendre les nerfs sur tout ce qui l’agace. Et comme tout l’agace… Parfois même le kangourou humanoïde qui partage sa vie, ses bringues, ses délires et sa couche. Mais laissons-le se présenter : « Mon nom est Booga ! Je suis le petit copain de Tank Girl. On est amoureux. Enfin, moi je l’aime, et des fois, elle verse de l’eau bouillante dans mon slip. » Ambiance… Dans le premier épisode – qui commence comme ça : « Démarrons avec un peu de violence gratuite. Ça, c’est Rocky Tête-de-mort, le plus dur des kangourous de tout l’Outback. Et là, il amène sa bande de décérébrés à une fiesta picole-baston-barbecue-carnage. » – notre héroïne doit livrer un carton de poches pour anus artificiel au Président. Elle échouera, et abandonnera alors toute mission officielle pour le gouvernement. Par contre, c’est sans coup férir qu’elle s’attaque, avec le fidèle Booga, à la « compétition annuelle du roi des chasseurs de primes », distribuant de la bastos aux sept cents « salopards » présents, en prenant bien soin « d’imiter une célébrité » à chaque fois qu’elle en dessoude un. « J’ai envie de prendre mon tank pour aller au bar m’en jeter un. » Heu, OK, alors on conclut : toutes ses histoires pogotantes, agrémentées de moult dessins originaux, sont réunies dans trois tomes fraîchement réédités. Bonne bourre !


Notes


[1Jamie Hewlett et Alan Martin, Tank Girl, Ankama éditions, 2010. Trois tomes.

[2Le dessin de une de ce mois-ci, c’est elle. Suivez, un peu…



Ajouter un commentaire

Par François Maliet


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts