CQFD

Œufs pourris et produits blets


paru dans CQFD n°119 (février 2014), rubrique , par Sébastien Fontenelle, illustré par
mis en ligne le 30/03/2014

L’autre jour – c’était, si j’ai bien compté, le dimanche 2 février, pendant que des troupeaux de fafs défilaient (encore) dans Paris pour dénoncer (cette fois-là) ce qu’ils appellent, je cite, la « familiphobie » : David Assouline (rires), porte-parole du Parti « « « « socialiste » » » » (rires mélangés de hurlements de rage), irrité par le fait que, semble-t-il, des pourceaux tiennent désormais le pavé lutécien, a appelé, sur BFMTV, pour les « contrer  », à une « grande manifestation » de la « France de la fraternité ».

Cette initiative n’était pas complètement isolée, puisqu’au matin du même jour [1], Manuel Valls (hurlements de rage), ministre « « « « socialiste » » » » von l’Intérieur, avait de son côté appelé, dans Le Journal du dimanche d’Arnaud Lagardère [2], à un, je cite : « Réveil de la gauche. »

Puis, quelques heures plus tard – le lundi : le même Manuel Valls, qui décidément ne sait pas du tout ce qu’est la honte, a déclamé qu’il n’y aurait « ni GPA ni PMA dans la future loi sur la famille [3] » promise par le gouvernement. Puis : Jean-Marc Ayrault (lazzis de la foule), chef dudit gouvernement, a précisé que d’ailleurs, et tout bien réfléchi, l’examen de ladite loi serait finalement repoussé à une date non (encore) définie – et cette annonce a bien évidemment pâmé la réaction, qui n’en attendait bien sûr pas tant.

Pour le dire autrement, et plus simplement : juste après que son plus emblématique représentant venait d’appeler « la gauche [4] » à se réveiller, et à ne plus céder un pouce de terrain à l’extrême droite, le gouvernement « « « « socialiste » » » » s’est, en vérité, ce lundi-là, aplati comme une vieille m**** devant les manifestant(e)s qui avaient, la veille, hurlé leurs haines dans les rues de Paris.

Et cela n’est pas du tout étonnant, car – repeat after me : ce gouvernement est de droite.

Après quoi, par un appréciable sursaut de dignité, David Assouline s’est quant à lui tenu coi, et s’est très soigneusement abstenu de réitérer son grotesque appel à une grande manif de résistance against les droites ultra auxquelles ses teupos de Beauvau et Matignon venaient de faire ce gros cadeau : si ça se trouve, même lui a compris que le ridicule pouvait encore faire – dans une époque où ses limites sont, aux plus hauts sommets de l’État, quotidiennement repoussées – quelques blessures d’amour-propre, et qu’à part peut-être Gérard Filoche, plus personne, à gauche, ne répondra aux appels des « « « « socialistes » » » » à la mobilisation générale – plus jamais, c’est promis, juré, craché, ptoui, ptoui ; sauf, peut-être, si vraiment vous insistez, pour vous balancer des œufs pourris (et autres produits blets), te voilà prévenu(e), camarade.

Par Charmag. {JPEG}


Notes


[1Dimanche 2 février, donc : tu suis un peu, ou je crie ?

[2C’est – aussi – aux médias qui ont leur(s) faveur(s) qu’on reconnaît les « « « « socialistes » » » ».

[3Le Monde, 3 février 2014.

[4Dont il continue donc, mésachant totalement ce qu’est la honte, à se réclamer.



Ce forum est fermé (le Chien rouge est parti gambader)

Par Sébastien Fontenelle


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts