CQFD

Répression structurelle

Communiqué de Stéphane Trouille, condamné à Valence après une manifestation des Gilets jaunes


paru dans De l’autre côté du papier, par Stéphane Trouille, illustré par
mis en ligne le 28/12/2018 - commentaires

Le procureur l’a accusé d’avoir voulu « bouffer du flic », le tribunal l’a condamné à 18 mois de prison dont six avec sursis. Stéphane Trouille, vidéaste militant, va faire appel de cette condamnation qu’il juge injuste et « démesurée ». Il donne ici sa version des faits.

***

Stéphane Trouille (Photo : Fokus 21) {JPEG}

« Le verdict de notre procès du mercredi 26 décembre où j’ai été condamné à 18 mois de prison dont 6 avec sursis plus une interdiction de manifester pendant 3 ans a été un nouveau choc, après le choc carcéral que j’ai vécu pendant les 12 jours de détention provisoire.

De même pour les trois autres Gilets jaunes, Tom, Dylan et Maria qui ont également été condamnés à de la prison ferme et à une interdiction de manifester.

Je reprends du poil de la bête, de nouveau porté par l’élan massif de soutien qui me parvient, lors du rassemblement pendant le procès, par le courrier, par les mails, par les réseaux, par les coups de téléphone, les SMS, ça n’arrête pas ! »

« Le procès »

« J’aimerais resituer le contexte qui nous a amené.es à être condamné.es si lourdement.

Le samedi 8 décembre je me rends vers 9 h sur le Plateau des Couleures, zone commerciale de Valence (Drôme), pour manifester avec d’autres Gilets jaunes et exprimer mon mécontentement, ma soif de liberté, de solidarité, de justice, de démocratie.

Alors que je quitte la zone commerciale avec une centaine de personnes, vers 13h15, je suis confronté à une scène d’agression dont sont victimes des Gilets jaunes. Je décide, comme d’autres, d’intervenir pour leur porter assistance, les protéger et porte trois coups de pied à un des agresseurs pour le repousser. Après ces trois coups, je me rends compte, à la vue d’un pistolet qu’un autre homme sort, qu’il s’agit de policiers en civil et je décide de quitter les lieux. Durant toute cette scène, qui dure environ 22 secondes, je n’ai à aucun moment entendu les policiers s’identifier et je n’ai à aucun moment vu leur brassard, pour le moins discret et difficilement décelable.

Alors OUI, j’ai bien exercé une violence sur un individu, pour protéger des Gilets jaunes, pour faire fuir des personnes que j’avais identifiées comme des agresseurs. NON, je n’ai pas, nous n’avons pas « cassé du flic », « bouffé du flic », « foutu en l’air du flic », comme les mass-médias le martèlent depuis le rendu du jugement, reprenant largement les termes dramatiques du procureur.

Un procureur qui fera allusion, dans ses prises de paroles, à la violence des Gilets jaunes en général, ne parlant pas des quatre personnes qui ont perdu une main suite à des tirs de grenades explosives GLI-F4 dans des manifestations, des douze personnes qui ont perdu un œil suite à des tirs de flashball, de la mamie morte à Marseille des suites d’un tir de grenade lacrymogène à sa fenêtre. De même, il ne mentionnera pas les Gilets jaunes morts sur les rond-points.

Un procureur dont les réquisitions ont été reprises quasiment à l’identique par le juge. Un procureur qui, comme tou.te.s les autres, a reçu de la ministre de la justice, des consignes de grande fermeté dans une circulaire datée du 22 novembre « relative au traitement judiciaire des infractions commises en lien avec le mouvement de contestation "dit des Gilets jaunes" ».

Dans cette circulaire, il est par exemple proposé aux procureur.e.s d’alourdir les peines prononcées en y ajoutant l’« interdiction de participer à des manifestations sur la voie publique […] pour une durée ne pouvant excéder 3 ans ». Voilà qui en dit long sur la liberté d’expression et de manifestation et sur le souhait de museler les colères et les revendications des gouverné.e.s, sommé.e.s de rester à leur place. On coupe tout ce qui dépasse. »

« De l’information »

« Je voudrais ici remercier les médias libres et indépendants qui permettent d’avoir un autre prisme que celui des médias « mainstream », dont le traitement est pour le moins orienté et sensationnaliste. Un traitement qui est la plupart du temps basé sur une dépêche AFP à charge, mentionnant des prévenus qui voulaient « bouffer du flic », « des actes dégueulasses » et qui cite en grande majorité les paroles du procureur et du commissaire divisionnaire.

Sur France Inter, dans le journal de 18 heures du jour du procès, mercredi 26 décembre, la journaliste présente sur place annonce, après avoir repris le réquisitoire du procureur, que je me suis excusé, ce qui est faux. Une manière de laisser penser que je reconnais que j’ai exercé des violences sur des forces de l’ordre, ce qui n’est pas le cas.

Autre exemple local de détournement de l’information, le jour du procès, le Dauphiné Libéré, journal de la région, parle d’une ITT [incapacité totale de travail] « d’au moins 8 jours » pour le directeur départemental de la police, alors qu’il n’a eu en réalité que 3 jours d’ITT (pour info son collègue a eu une ITT de 2 jours). »

« La suite »

« Avec mon avocat, nous allons faire appel. La décision du tribunal nous paraît complètement démesurée par rapport aux faits réels, ne prenant aucunement en compte la plaidoirie de la défense malgré quatre heures d’audience.

Il est difficile de ne pas la considérer comme une sanction pour l’exemple, pour étouffer l’ardeur et les contestations actuelles contre l’État et les politiques menées par le gouvernement.

La sentence est donc suspendue jusqu’au nouveau procès.

Je tiens ici à avoir une pensée pour toutes les personnes qui sont derrière des barreaux, de par leur engagement, leur quête de liberté, leur énergie, leur engouement à ne pas laisser l’injustice prévaloir. Comme les Gilets jaunes, de nombreuses personnes en lutte sur d’autres fronts sont visées, que ce soit en France ou sur les routes migratoires vers l’Europe, en Libye, en Italie...

Une pensée spéciale pour les « sept de Briançon », injustement condamnés pour certains à de la prison ferme pour aide à l’entrée sur le territoire d’une personne en situation irrégulière.

Les ami.e.s, ne soyons pas tristes, résigné.e.s, abattu.e.s, nos villes, nos campagnes, nos ronds-points, nos places sont vivant.e.s comme jamais. Les pensées se politisent, les réflexions et les idées fleurissent, les actions s’enchaînent, les rencontres se multiplient, ça n’a pas de prix. La stratégie des gouvernant.e.s, en plus de nous faire peur, consiste à nous diviser, faisant porter la cause des souffrances sur le/la voisin.e, l’étranger.e, le/la marginal.e. Faisons grandir partout l’émancipation, la prise de conscience, la solidarité, la fête, la rencontre, le débat, l’amour.

Les manières de s’engager sont multiples, tout le monde peut apporter sa pierre, ses bras, ses débats, son esprit critique, ses poésies, sa créativité, ses rêves... La pluralité des modes d’action et de pensée est notre richesse, il y a de la place pour chacun.e à sa manière et à son échelle…

Adelante ! Ya basta ! Fêtons comme il faut cette fin d’année, 2019 n’en sera que plus vivante ! Ensemble on est nombreux.ses ! »

Stéphane Trouille
(soutien.stephane.trouille@protonmail.com)


45 commentaire(s)
  • Le 28 décembre 2018 à 16h00, par Lucile -

    Merci de tes précisions. ...ça me permet de mieux comprendre.....force et courage pour la suite.....

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 16h40, par Chems -

    Courage. Tous ceux qui défendent la liberté, équité souffrent de ce qui est fait à d’autres qui manifestent et résistent à une société injuste. Les avocats qui vous défendent dans la notion de droit auront peut être les chefs pour sue justice doit rétablir. Courage. J’espère que chacun puisse faire vivre à son niveau une notion de solidarité envers tout ceux qui s’engagent dans le mouvement des GJ. solidarité, résistance à l’injustice et respect à vous. Courage

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 17h55, par Michel -

    Mesdames et Messieurs vous avez tout notyre appui et notre solidarité face à une répression et une justice à deux vitesse. Le combat des gilets jaunes est le combat de la liberté contre la dictature de Macron et son gouvernement menée depuis son élection. Le relais des télévisons complices ne fait que pousser à la révolte. Nous comprenons votre désarroi et votre amertume. Tenez-nous au courant des résultats de votre appel qui je l espère sera à la heueur de votre innocence et de votre générosité. Les gilets jaunes seront, j’en suis sur les heros d’un monde nouveau. Michel Anthoine Nice.

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 18h43 -

    MERCI Révolution ils sont allés trop loin, ils sont foutus, les français, nous n’en voulons plus, nous n’en n’avons jamais voulu !

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 21h42, par jac2908 -

    Actuellement en justice il y a deux poids, deux mesures, mais on ne s’arrêtera pas là. Notre action est en marche ( à cela veut dire quelque chose) et nous ne nous arrêterons pas. Je vous souhaite beaucoup de courage

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 22h08, par Jean luc -

    Bonjour, Dire que vous avez fait 12 jours de prison préventive, alors que Benalla a fait bien pire en frappant des manifestants, ect... Est ce que vous allez lancer un appel au don pour convrir vos frais de justice ?

    Bon courage. jean luc

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 23h05 -

    Ça aurait put arriver à n’importe lequel d’entre nous. On vous soutiens fort. Bon courage. Thibaut

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 23h34 -

    hey stéph ! ton texte me touche beaucoup et j’ te soutiens à fond la caisse ! Énormes pensées pour toi mecton ! Courage et bises tout plein d’ antonin d’ un romain-michel !!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 00h28, par gilles Collignon -

    Stéphane, je suis content que tu fasses appel, tant ce procès m’a paru être une parodie de justice, le procureur dans sa hargne ne m ’a guère surpris , mais le juge tenait lui même des propos tendancieux qui démontre son absence de souci de recherche de la vérité. Il était manifestement aux ordres du ministère et pas indépendant du tout. c’est un procès politique auquel j’ai assisté, preuve en est l’interdiction de manifester durant trois ans ! On va être obligé de manifester deux fois plus à votre place ! Qu’en est il pour l’appel des trois autres condamnés ? .Je t’embrasse . Gilles.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 05h01, par Cathy -

    Petit à petit, isolement, « les autorités » essayent d’essouffler le mouvement des gilets jaune en s’en prenant aux libertés individuelles de certains d’entre nous ! ils le savent ensemble nous sommes une force qu’ils redoutent et sous couvert d’une pseudo justice ils tentent par tout les moyens de museler les voix qui portent et pourraient faire échos jusqu’aux oreilles de chez « monsieur et madame tout le monde » courage à vous et si un collectif de défense du citoyen peut faire la différence n’hesitez pas nous sommes et serons avec vous

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 05h24, par Gérard-rementvusça. -

    Et pendant ce temps là, un Bénalla se ballade sur la planète avec des passeports diplomatique, alors qu’il jamais été diplomate, mais plutôt un repris de justice pas encore jugé.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 08h40, par BDY26 -

    frapper un homme à terre, flic ou pas flic ,c’est quand même aberrant !! et mérite sanction ............. et je me ferais tout petit après de tel connerie.

    Répondre à ce message

    • Le 29 décembre 2018 à 11h08, par Max -

      Oui j’aurai même mis 25 ans fermes minimum ! Sans déconner qu’est ce qu’il faut pas entendre. Et toutes ces personnes agressées violentées gratuitement par ces CRS alors qu’elles manifestent leur mécontentement, ça ne vous dérange pas ? Lorsque l’on prend des coups le réflexe est de les rendre et c’est tout à fait légitime !

      Répondre à ce message

    • Le 29 décembre 2018 à 11h13 -

      L homme qu’ a frappé Stephane n était pas à terre, il était debout et non identifiable comme ’policier’ car brassard non visible mais plutôt comme agresseur de gilets jaunes ! Stéphane n’a pas frappé l’homme à terre.

      Répondre à ce message

    • Le 3 janvier à 21h37 -

      c’est sur que se défendre ou défendre quelqu’un, c’est mieux s’il est debout ! et que ça mérite surement 18 mois de prison ! mais ça va pas, non ! vous êtes dingue ! vous allez arrêtez de ne jamais être capable de vous mettre un peu à la place des autres ! 18 mois !!! ça pourrait être votre frère, votre pote, votre père, votre fils, votre amour ! réfléchissez !

      Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 08h40 -

    Merci. "Il faut être fou pour se sentir en bonne santé dans une société malade" Nous sommes de moi si en moins fou. Et je gage qu une fois notre destin en main, il y aura moins d’expression. Et plus de sourire.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 08h52, par laurent -

    Bonjour et merci Stéphane pour avoir relaté ta vérité, la vérité ... De tout coeur avec toi, avec vous ! Laurent

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 09h45, par christophe -

    Bonjour et bon courage à toi. ils veulent des condamnations lourdes car ils ont peur. on continue !

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 10h52, par Marie26 -

    Merci de nous renseigner sur la réalité..il est certain que les ordres viennent du sommet et chacun obéit à cette dictature..réprimer absolument à tout prix..courage à toi.on soutient ton action qui n’allait pas réellement ni volontairement contre des policiers mais pour defendre des personnes.

    Répondre à ce message

    • Le 29 décembre 2018 à 17h28, par Jéronimo -

      Bonjour

      Faites des réunions dans vos quartiers et villages. Débattez des sujets, salaires, constitution, banquiers, taxes, limitons la surconsommation "si vous pouvez encore", éducation à la non violence et tout ce qui vous touche et vous parle pour demain, pour le nouveau monde que nous avons la capacité de créer, prenons notre pouvoir. Exigez un cahier de doléance dans votre commune ! Ceci en vu d’un référendum d’initiative citoyenne. Non à un président. Oui à tous les projets concernant les communes, départements, régions, nation, élus par référendum. Oui à 3 délégués par commune, 5 par département, 10 par région, pour un nouveau parlement et les changements qui s’imposent dans la constitution.

      Rien de sert de se presser. Mais ne jamais s’arrêter

      OM

      Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 11h16, par Max -

    Soutient total depuis Toulouse ou nous relayons ces informations au plus grand nombre. Merci pour tes lignes et précisions même si nous imaginions déjà très bien le contexte. Une peine honteuse pour l’exemple, disproportionnée et complètement politique... C’est un scandale. Nous serons à nouveau dans les rues de Toulouse tout à l’heure et comptez sur nous pour faire circuler cet article. Courage, force et liberté !

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 11h50 -

    Stéphane, je publie ton texte sur mon blog... pierre merejkowsky

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 12h07, par Léa -

    Bonjour Stéphane et bonjour à tou.te.s

    De tout cœur avec toi et avec vous. Merci pour ce témoignage et plein plein de courage.

    C’est facile d’écrire #OnLacheRien depuis son écran en partageant des publications comme je le fais souvent, mais je n’imagine pas à quel point ça doit être difficile de ne rien lâcher, concrètement, face à des situations aussi injustes.

    Tout plein de bonnes ondes et merci encore

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 12h39, par luc -

    Continuons à lutter pour que soient dénoncées les exactions et toutes censures dont sont victimes les citoyens de ce pays, notamment les classes moyennes. Alors que Cahuzac et Balkany sont toujours en liberté, alors que Benalla voyage avec un passeport diplomatique aux frais des citoyens, on veut emprisonner S. Trouille ? Où est passé l’esprit de justice de 89 ou de 68 ? Qui sont ces flics asservis aux politiques véreux au lieu de représenter le peuple ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 12h42, par Rubricub -

    Rub’ : ancien de 68, bien mouillé comme coordinateur des déclarations pour le "Livre Noir des Journées de Mai" à Jussieu-tour 23 : n’a pas à juger. C’est une position sans aucun doute délicate, mais deux interrogations hors tout parti-pris : 1- Comment compter 22’’ en pleine action dont on sait les tourbillons psycho pour l’avoir vécu ? 2- Comment expliquer que l’on a secouru des Gilets Jaunes sans gilets jaunes entourés par des gilets jaunes qui cognaient ?

    Conclusion : soutien uniquement pour la lourdeur de la peine, car pour le reste mon Camarade, on connait depuis 50 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 12h42, par Rubricub -

    Rub’ : ancien de 68, bien mouillé comme coordinateur des déclarations pour le "Livre Noir des Journées de Mai" à Jussieu-tour 23 : n’a pas à juger. C’est une position sans aucun doute délicate, mais deux interrogations hors tout parti-pris : 1- Comment compter 22’’ en pleine action dont on sait les tourbillons psycho pour l’avoir vécu ? 2- Comment expliquer que l’on a secouru des Gilets Jaunes sans gilets jaunes entourés par des gilets jaunes qui cognaient ?

    Conclusion : soutien uniquement pour la lourdeur de la peine, car pour le reste mon Camarade, on connait depuis 50 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 13h06 -

    Ce gouvernement et ses asservis ,ses forces de police mercenaires , la répression injustifiable et illégale (voir les vidéos privées ,ainsi que les nombreux témoignages,y compris de journalistes indépendants et dignes de ce nom) , tout ceci restera à jamais comme une tache indélébile dans l’histoire de notre société. J’ose espérer que tous ces individus godillots paieront pour leurs méfaits et la violence qu’ils continuent à générer.
    "Les faits sont têtus" déclara un célèbre contestataire .

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 16h07, par MonsieurJacques GIRARD -

    Cher Stéphane.

    Comme beaucoup d’autres, je suis indigné par le jugement qui te concerne ainsi que celui frappant Maria, Tom et Dylan !

    Je t’envoie tout mon soutien et mes zondes d’énergie d’humaniste enfant du monde.

    J’ai beaucoup apprécié la teneur de ton message car il décrit avec rigueur et honnêteté les événements qui te concernent et car, malgré tous ces ennuis, tu restes positif, engagé et tolérant envers celles.ceux qui luttent comme toi pour un avenir meilleur !

    Pendant ton incarcération, je t’ai écrit par FB, t’ai envoyé de l’argent et aussi posté une grosse lettre + je suis venu au rassemblement du 26/12. Je suis prêt à refaire cela et aussi tout ce qui te semblera utile pour ta/votre/notre défense. De plus, n’hésite pas si tu as besoin de ma musique, mes poésies.

    Avec les copines et copains de Romans, on pense beaucoup à toi. MonsieurJacques : je t’ai connu - et apprécié - pendant que je participais à l’occupation de la MNE de Romans.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 17h24, par Jéronimo -

    Bonjour Stéphane Un grand soutien à toi, à ta force intérieure si bienveillante, et aussi aux trois autres, dont je n’ai pas de précision sur leur expérience. Ce serai bien qu’ils nous en parlent. Continuons le combat, le dialogue et l’éducation à notre pouvoir légitime de décider et non de laisser décider pour nous. Je ne te connais pas. Pas encore. Peut-être à plus tard. Foi, Amour, Sagesse. Nous continuons à avancer notre libre arbitre devant ceux qui veulent nous museler ! OM

    Faites des réunions dans vos quartiers et villages. Débattez des sujets, salaires, constitution, banquiers, taxes, limitons la surconsommation "si vous pouvez encore", éducation à la non violence et tout ce qui vous touche et vous parle pour demain, pour le nouveau monde que nous avons la capacité de créer, prenons notre pouvoir. Exigez un cahier de doléance dans votre commune ! Ceci en vu d’un référendum d’initiative citoyenne. Non à un président. Oui à tous les projets concernant les communes, départements, régions, nation, élus par référendum. Oui à 3 délégués par commune, 5 par département, 10 par région, pour un nouveau parlement et les changements qui s’imposent dans la constitution.

    Rien de sert de se presser. Mais ne jamais s’arrêter

    OM

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 17h52 -

    Entier soutien à Stéphane Trouille condamné par une justice qui n’a de justice que le nom et sur laquelle je ne m’illusionne plus depuis bien longtemps ..... J-L Lebrun

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 18h00, par kamouloxe -

    Ce n’est pas tant les policiers qui sont inquiétants ( même si ils ont le droit de réfléchir), mais ceux qui leur donnent des ordres. Jusqu’où vont-ils aller dans la répression ? Ton jugement est sensé servir d’exemple ? mais il exprime plus l’oppression et les dérives d’une nation policière. Tu n’es pas le seul malheureusement dans ton cas et les avocats s’acharneront à défendre leurs droits.Il n’y a plus de presse digne, existe t-il encore une justice ? Le grand Charles a su se retirer . Bon courage Stéphane et les autres aussi .

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 21h33, par Zlotzky -

    Je suis scandalisé par la façon dont la justice est rendue dans ce pays prétendument démocratique. Cette affaire fait ressortir une fois de plus la collusion manifeste entre la police et la justice, la seconde prenant toujours le parti de la première, avec, en prime, le soutien des médias dominants. Bon courage pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 23h27 -

    Bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 00h32, par G. favotti -

    Le plus important maintenant c’est pour vous et d autres de gagner vos libérations en appel ,contre ces condamnations dignent de la Russie de Poutine . Au pire vous n auriez dû avoir qu une amande . Bref comment remplir les prisons avec des gens qui n ont rien a y faire . J’ai connu cette machine dans les années 70 je ne peux que vous soutenir totalement . (quand je lis certains commentaires , je me demande ce qui est défendu .? Les fantasmes, la revanches politique ? , l’idéalisme ne construit pas une politique viable et ne réduit pas les injustices pour autant . Et pour le moment c est l extrême droite et le populisme qui progresse , pas le reste . ) Clovis trouille le peintre est il un de vos ascendants ? Il ecrivait : " Déboutonnez votre cerveau, aussi souvent que votre braguette " ils y en a certains .es au pouvoir ou dans la rue qui devraient suivre ce bon conseille.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 08h26, par françoise epis -

    merci à vous tous pour vos réactions et votre humanisme face à ce monde de tordu(e)s, faisant partie des anciennes je ne suis plus dans la rue mais mon cœur et mes espoirs d’un renouveau de bon sens et d’égalité prennent place dans notre pays(et ailleurs).

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 09h55, par Mic -

    Je t’apporte mon soutien. Je pense que tu n’es ni plus ni moins qu’un prisonnier politique. Abattre la contestation et museler ceux qui emettent des idées qui dérangent et remettent en cause ce système profondément injuste, telle est la priorité de nos gouvernants pour maintenir à flot un modèle économique à bout de souffle. Un jour viendra ou tu seras reconnu, non pas comme un "casseur de flic", mais comme le défenseur d’une cause juste, au profit de ceux qui souffrent, eux les victimes d’une violence ravageuse dont ne parlent pas les grands médias, la violence sociale, qui plonge les gens dans la misère physique et morale, cette violence des gens en col blanc qui detruit les vies et pousse parfois les gens à préférer la mort, cette violence au service de ceux qui ont déjà la richesse à ne savoir qu’en faire. Tu es le symbole de ceux qu’on enferme pour leur humanité, parce qu’ils défendent des idées progressistes, tournées vers l’horizon d’un avenir meilleur, comme les condamnés de Bures contre l’enfouissement des déchets nucléaires, comme les condamnés de Briançon qui viennent en aide aux immigrés afin d’alléger leurs peines, et comme d’autres qui seront condamnés si nous continuons à consentir l’injustice, à nous taire et à laisser faire. Tu es un exemple à suivre sur le difficile chemin d’un monde meilleur !!

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 14h11, par Le Vieux Loup (pour Lisa) -

    Désolé, mais ,malgré la sympathie que m’inspire l’auteur, le recours à l’écriture dite"inclusive",me sort par les narines..C’est laid et tue l’élégance de notre belle langue...Opportuniste ou snobisme, qu’importe,mais...quand c’est laid,c’est laid ! Bonne année à tous..et toutes.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 17h03, par Dan -

    De tout coeur avec toi Stéphane. Cette mascarade de justice, cela ne peux plus durer, ne doit pas durer ! Tout comme cette police aux ordres de politiques véreux, il faut absolument mettre un terme à cette dictature ! Courage, tu n’est pas seul.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 18h36, par ffbre -

    Honte à cette police et à cette justice aux services de l’ordre des puissants. Le peuple se lève et tu es de son côté...Merci à toi !

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2018 à 18h44, par Régine -

    Je suis à tes côtés steph, à vos côtés avec beaucoup d affection et de conviction. Je ne veux pas attendre que cette histoire soit écrite ou racontée pour réaliser que vous êtes des résistants œuvrant pour le bien être de tous et que nous nous devons de vous soutenir. Vous nous donnez le courage d agir et c est maintenant qu il faut le faire . Nous savons que personne n est à l abri d injuste et de violences. Connaissant Steph, je suis sûre de ce que j avance. Je sais que ce qu il dit est vrai. Je suis témoin de tant de belles initiatives de soutien que j ai confiance en nous tous. Personne n enlèvera à steph son sourire, personne ne lui enlèvera sa joie de vivre et son envie de partager et d avancer tant que nous agirons et nous regrouperons. C est la moindre des choses vis à vis de lui et de toutes les victimes de cette cruauté dictée par les personnes qui nous gouvernent. Saisissons cette possibilité d agir pour nous sentir libres, unis et humains et refusons d une seule voix la violence sous toutes ses formes comme sait si bien le faire Steph quoi que certains en disent.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2018 à 13h25, par francois -

    La classe Stéphane !

    Répondre à ce message

    • Le 1er janvier à 20h27, par fourmix le gaulois -

      Avec vous les quatre de Valence. Un message d’ Auvergne.

      Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2019 à 22h16, par stéphane -

    c’est bien triste de voir ce type, qu’a quoi ? la quarantaine ? partir en prison pendant toute une année. voir son gosse au parloir, sa compagne qui doit gérer... tout ça pour ça, avec les prisons bondées... pour un instant où ça tourne mal, une manif, un flic important, une rixe. c’est pas possible faut pas accepter... bon courage à toi stéphane, j’aiderai comme je peux depuis la drôme. t’es pas jésus tu dois pas payer pour les autres en martyr, faudrait juste qu’on arrête tout une heure ou deux et qu’on réfléchisse.

    stéphane (crest)

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2019 à 09h49, par Philippe Astruc -

    Bravo Stéphane pour tes explications qui confirment bien la justice au service de l’état et de sa police au trop grand pouvoir qui à perdu le vrai sans de sa mission, la protection des citoyens. Ne lâchons rien Tout mon soutien à vous quatre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2019 à 18h41, par blek -

    Tout ce que j’imaginais des qualités de la police s’est écroulé avec cette usage indistinct de la violence contre des français. Les images parlent d’elles même. Donnant aussi raison a toutes ces thèses anti flics qu’on peut entendre à gauche ou dans les banlieues. Il fallait le voir pour le croire, pour le comprendre. Ceci expliquant probablement aussi ces gouvernements font un usage massif de la censure. Pour maintenir le peuple dans l’ignorance. C’est probablement aussi ce qui s’est passé a NDL mais édulcoré par la censure. Il faut que les manifestations continuent sur Paris, c’est seulement comme ça, grace aux images et vidéos, que les français par qui est dirigé l’état et comment et pour qui fonctionne la police.

    Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Stéphane Trouille


  • > Communiqué de Stéphane Trouille, condamné à Valence après une manifestation des Gilets jaunes

  • Numéros


    Voir






    Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage pour mobiles