CQFD

Le bluff de la vidéosurveillance

Caméra, pourquoi sans répit m’épies-tu ?


paru dans CQFD n°164 (avril 2018), rubrique , par Christophe Goby
mis en ligne le 20/05/2018 - commentaires

Des caméras partout, mais pour quoi et à quel prix ? Cette police électronique tient-elle les promesses de ses promoteurs ? Aucune étude sérieuse n’avait encore été menée sur le sujet. Docteur ès délinquance, Laurent Mucchielli y a jeté un œil [1].

JPEGLa vidéosurveillance a connu un boum sous Nicolas Sarkozy. Et aujourd’hui, les caméras sont légion : selon les calculs de Laurent Mucchielli, la France en compterait pas moins de 1,5 million. Un maillage serré, pourtant loin de tenir les promesses de ses promoteurs. Le chercheur souligne ainsi, au fil de son enquête de terrain dans trois villes du sud de la France, le peu de délits élucidés par ce moyen : moins de 2 %. Ce qui fait cher le coup de filet.

La ville de Nice possède une caméra pour 600 habitants. Pas moins de 125 fonctionnaires scrutent les écrans du Centre de supervision urbaine (CSU). Ce dispositif coûte 10 millions d’euros par an. Une bagatelle dans cette ville de riches oisifs... En revanche, on peut s’étonner qu’un camion puisse rouler à tombeau ouvert sur la promenade des Anglais en plein 14 juillet. Le maire, Christian Estrosi, n’avait-il pas déclaré après les attentats de Charlie Hebdo, le 19 janvier 2015, être «  à peu près convaincu que si Paris avait été équipé du même réseau que le nôtre, les frères Kouachi n’auraient pas passé trois carrefours sans être neutralisés et interpellés » ? Visiblement, les Niçois aiment qu’on leur mente. Même chose à Levallois-Perret, la ville du probe Balkany, qui fut le premier à installer ce type de matériel. Le 9 août 2017, un terroriste y frappe des militaires. La caméra filme tout, mais n’empêche rien. La preuve est encore faite.

À Nice, 213 interpellations auraient été réalisées en 2010 grâce à la vidéosurveillance. Ce qui, ramené aux 17 670 atteintes aux personnes recensées la même année, donne le chiffre formidable de 1,2 % de taux d’élucidation. Estrosi a dû en conclure que sa ville manquait de caméras.

Mucchielli zoome ensuite sur Brice Hortefeux qui, quand il était ministre de l’Intérieur, a largement publicisé des rapports favorisant la vidéosurveillance. Dans quel but ? Nos politiciens et leurs amis ont-ils des intérêts dans des sociétés commercialisant de tels dispositifs ? Parfois oui, mais la raison n’est pas suffisante. Il s’agit plutôt d’un grand bluff pour donner l’impression de contenir une délinquance qui, soit dit en passant, diminue dans le pays.

Surveiller les surveillants

Impartial, Mucchielli se penche aussi sur des villes réputées de gauche, telles Saint-Étienne ou Lyon, et s’interroge avec la Chambre des comptes sur le bénéfice de telles installations. Certes, l’acceptabilité sociale a été travaillée. Les faits les plus marquants exploités. Les caméras installées. Les citoyens bernés. Mais aucune évaluation n’a été faite. À Avignon, autre ville très surveillée et endettée, un audit de 2014 a montré que seul un quart des caméras fonctionnait. La sécurité dans la cité des Papes est aussi une rhétorique. L’œil du divin y pourvoit.

Comment expliquer, encore, que des villages reculés aient recours à la vidéosurveillance alors qu’aucune affaire – si ce n’est une poubelle renversée ou un étron canin devant l’école – n’y défraye la chronique ? À Saint-Paul-la-Rivière (ne cherchez pas, le nom a été changé), où la délinquance est faible, un CSU a été installé grâce à l’aide de l’État. Contribution décisive ! Le chef du centre surveillait lui-même les surveillants depuis son domicile. À quoi d’autre servent les caméras du village ? Mucchielli ne nous épargne aucun détail : chaque jour, les entrées et sorties des écoles sont filmées. Et, tenez-vous bien, le mercredi, on se focalise sur le marché. Mucchielli s’intéresse alors au déplacement de la (dite) délinquance. Coupables idéals, les ados jouent de plus en plus avec les caméras : insultes, grimaces, fausses dissimulations. La jeunesse s’ennuie. Les agents, pareil : « Eux aussi, ils tuent le temps. » Les retraités flippent. L’élu invente de la délinquance. La routine ne peut être transgressée que par des crimes inouïs : du reggae dans une voiture fenêtre ouverte !

L’avenir de la vidéosurveillance serait dans la verbalisation des automobilistes. Nice s’y est mise à vitesse grand V. Marseille suit avec retard. Le coût pour le citadin est phénoménal. Il paye pour être surveillé sans résultat tangible et son sentiment d’insécurité ne fait que croître. C’est con, quand même !


Notes


[1Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance, Armand Colin, 2018.



1 commentaire(s)

Ajouter un commentaire

Par Christophe Goby


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts