CQFD

Anthologie de l’atome inoffensif


paru dans CQFD n°19 (janvier 2005), rubrique
mis en ligne le 20/02/2005 - commentaires

« Cette ferraille n’est pas radioactive. Elle peut avoir une fine pellicule d’uranium, elle peut être légèrement polluée. » - Rozenn Honoré, chargée de l’environnement à Feursmétal, La Tribune - Le Progrès, 23/05/03

« On veut continuer à travailler avec le tissu local. Simplement, on tente de lancer une filière pour un développement durable » - Jean-Luc Gambiez, directeur de Feursmétal, La Tribune – Le Progrès, 23/05/03

« Deux paratonnerres radioactifs de marque Helita ont disparu sur un chantier de démolition à Saint-étienne-de-Remiremont (Vosges). La DGSNR (direction générale de la Sûreté nucléaire et de la Radioprotection) recommande à ceux qui les ont pris de ne pas les conserver. En effet, ces deux instruments contiennent du radium 226, une substance radioactive naturelle. » - Le Figaro, 12/12/04

« [Le partenariat avec Socatri est] une opportunité très importante et on aurait tort de ne pas utiliser cette filière. Les gens nous font confiance et, dans la transparence, nous répondons et répondrons aux interrogations. » - Jean-Yves Géirardin, responsable de la fusion à Feursmétal, Le petit forézien, 02/04

« – Concernant Feursmétal, y-a-t-il risque pour la population ? – Pour la population et pour les ouvriers qui travaillent dans cette entreprise, c’est naturellement la première question que j’ai posée lorsque ce dossier a été présenté… » - Interview de Jean-Claude Frécon, sénateur-maire PS de Pouilly-lès-Feurs, La Gazette, 22/10/04

« Le nucléaire et tout ce qui tourne autour doit être étudié sous une forme “non émotionnelle”. Il faut essayer d’être rationnel. » - Jean-Claude Frécon, sénateur-maire PS de Pouilly-lès-Feurs, La Gazette, 22 /10/04

« Des recherches indépendantes, initiées et encouragées par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), montrent pour la première fois que le nucléaire militaire français est loin d’être aussi propre qu’il ne l’affirme. Un article qui vient de paraître dans une revue scientifique respectée, le Journal of Atmospheric Chemistry, le suggère en tout cas fortement : il montre que les lichens prélevés autour du centre de Valduc (Côte-d’Or), où le CEA assemble et démantèle les bombes H de l’armée française, présentent des concentrations en tritium (isotope radioactif de l’hydrogène) mille fois supérieures à la normale. » - Nicolas Chevassus-au-Louis, Libération, 03/12/04

« Il faut dépassionner le débat. » - Henri Nigay, conseiller général UMP du Canton de Feurs, La Gazette, 22/10/04

« La façon dont […] le directeur de la DRIRE a été décrié par les responsables de l’ADSE et les représentants de la CRIIRAD est incroyable. Dénigrer ainsi l’État, c’est pour moi l’anarchie ! » - Henri Nigay, conseiller général UMP du canton de Feurs, La Gazette, 22/10/04

« Des simulations ont été effectuées en prenant comme paramètres des conditions extrêmes d’utilisation (c’est comme s’il était simulé une tempête de neige sur Feurs où la totalité des flocons ne tomberaient que sur l’usine). » - Document de Feursmétal distribué à la population, novembre 2004

Voir aussi « Usine de Feursmétal : une main de fer dans un gant de rouille », « Des accidents “purement accidentels” » et « Aucun risque, qu’ils disaient… ».



Ajouter un commentaire

Dans le même numéro


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts