CQFD Mensuel de critique et d'expérimentation sociales, en kiosque le premier vendredi du mois (4 €)

Le 23 mars, la loi sur l’état d’urgence sanitaire a été adoptée, laissant les mains libres au gouvernement pour légiférer par ordonnances. En première ligne, le droit du travail, mais aussi le système judiciaire. Si la majorité des procès a été reportée, certaines règles ont changé pour ceux qui continuent à se tenir. Raphaël Kempf, avocat au barreau de Paris et auteur du livre Ennemis d’État : les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes [1], pointe quelques dangers de ce nouvel état d’exception. Entretien.


Vivre à 200 en squat, avec une cuisine, deux éviers, trois douches et quelques toilettes, ça se passe comment ? Mal. Par temps de contagion et de confinement, c’est encore pire. À Bugatti, squat de l’agglomération strasbourgeoise accueillant une majorité d’exilé·es, au moins quatorze habitant·es ont été atteint·es par le coronavirus…


Puisqu’on sait bien que les prisons sont un miroir de nos sociétés et qu’elles endurent actuellement une terrible crise sanitaire et sociale, CQFD a décidé de laisser carte blanche à L’Envolée, journal anti-carcéral et abolitionniste, pour cette double page d’analyses et de témoignages.


Le 10 mars dernier, le collectif Urgence notre police assassine lançait une application permettant de filmer les interventions des forces de l’ordre sans que celles-ci puissent effacer les images. Le but ? Disposer de preuves opposables à la justice en cas de violences policières. Un outil d’autant plus précieux que depuis le début du confinement, les exactions se multiplient dans les quartiers populaires.


Il ne faudrait pas que les applaudissements qu’on leur doit couvrent la parole des soignant·es. Extraits d’une rage encore contenue.


Quand Macron promet que plus rien ne sera comme avant, on serait bien naïfs de croire que l’humain va enfin passer avant le fric...


Centre hospitalier de la Timone à Marseille. Quatre bâtiments, plus de 5 000 agents tous métiers et statuts confondus, un millier de lits. Un colosse régional, national et européen aux pieds d’argile en ces temps de crise sanitaire. Greg y exerce la profession d’infirmier et le mandat de syndicaliste CGT. Il ne décolère plus.


Il n’y a pas grand-chose de neutre dans les mesures gouvernementales de lutte contre la propagation du coronavirus. Derrière le masque du bon sens et de « l’union nationale », l’idéologie néolibérale continue de suinter. Cette question est largement abordée dans le nouveau CQFD, paru vendredi.


Dans le centre d’Alger, on trouve un grand nombre de bars et de cafés. Mais n’allez surtout pas confondre les premiers avec les derniers...


Le train express venait de quitter la gare pour rejoindre Oran, la capitale de l’ouest. La ville où partent s’encanailler les Algérois tenus par le rigorisme du quotidien et qui cherchent à échapper, le temps d’une virée, à l’ennui structurel...


En couverture : « Nous sommes en guerre... sociale » (illustré par L.L. de Mars). Au menu : quelques implications politiques et sociales de la crise sanitaire, et un dossier pour ne pas oublier les migrants.

En ces temps de crise sanitaire, les articles de l’actualité la plus mouvante seront mis en ligne dans les prochains jours. Les autres seront archivés sur notre site progressivement. Pendant tout le mois d’avril, le journal papier sera disponible chez de nombreux marchands de journaux restant (...)

Par Rezon {JPEG}







@CQFDjournal sur Twitter CQFD Mensuel sur Facebook @CQFD sur SeenThis
S'abonner au journal papier par carte bancaire
Articles en ligne à prix libre

Don Paypal






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage classique