CQFD

Ça brûle !

Soir de match


paru dans CQFD n°181 (novembre 2019), rubrique , par l’équipe de CQFD
mis en ligne le 01/11/2019 - commentaires

« Les guerriers repartaient, je ne comprenais pas / Tout le chemin qu’on avait fait, pour en arriver là. »

(Manau, « La Tribu de Dana »)

***

Dimanche soir, 21 h, bar de la Plaine. L’heure est grave. Ce soir, c’est écrit, on désosse Paris. Après quelques incantations de druides et de magie, toute l’équipe du canard a raboulé ses miches pour participer à la curée. Il y a même l’ami Mika, spécialiste foot que le monde nous envie [1], venu droit de la capitale pour humer l’air ambiant. Bref, ce PSG-OM s’annonce dantesque et il n’est pas question de se foirer : il en va de notre honneur.

Le foot, on aime pas spécialement, mais quand l’ennemi pavoise, tout fringuant de pognon, on estime comme tout Marseille que la bataille mérite d’être menée, pour le courage, pour pas qu’il y ait de faille. Et même on s’enflamme : ils vont voir ce qu’ils vont voir, les peigne-culs. Confiant, l’auteur de ces lignes se hasarde à un pronostic : 3-2 pour l’OM, avec doublé de Benedetto et Mbappé qui sanglote au coup de sifflet final. Bah ouais.

21 h 45. C’est la mi-temps. On sirote des pastis en terrasse. Plus grand monde dans le bar. Ça cause insurrection mondiale, dossier Marseille à finaliser, élégance vestimentaire de Bruno, dernières frasques d’Hakim, le fils du forgeron… De foot, il n’est plus trop question. Toute façon, ça nous a jamais intéressés ces conneries : 22 abrutis qui se disputent une baballe, l’humanité mérite mieux. Paris mène 4 à 0.

23 h. Quelqu’un ose un « Ça s’est joué à rien, un poil de cul », qui fait rire jaune. Mika vante le Red Star, parfait avatar du foot populaire. Clair la hyène rigole, parle de « Bérézina », mais faudrait voir à pas oublier quelle équipe de merde il supporte, l’amoureux d’Aulas [2]. Dans l’ensemble, les troupes la ramènent pas des masses. Il fait frisquet, dis donc, le vent souffle sur la Plaine.

Ce lundi matin, 11 h, au local. On turbine pour terminer ce numéro. Mines sérieuses, visages gueule de bois, postures tendues. Sûr que quelqu’un va bientôt débouler pour poser la question : « Alors, ce match  ? » Sûr aussi qu’on répondra : « Un match  ? Quel match  ? » C’est qu’on a un journal à faire nous. Pas de temps à perdre avec ces fariboles. Le foot, c’est pour les neuneus.


La Une du n°181 de CQFD, illustrée par Etienne Savoye {JPEG}

Cette chronique des péripéties internes de la rédaction a été publiée sur papier dans le numéro 181 de CQFD, en kiosque du 1er novembre au 5 décembre. Son dossier central est consacré à Marseille « derrière la carte postale » (habitat indigne, incurie municipale, chasse aux pauvres et résistances populaires). Voir le sommaire du numéro complet.


Notes


[1Son épatante Histoire populaire du football (La Découverte) a été traduite en espagnol et le sera bientôt en italien. Si c’est pas la classe…

[2Amour qu’il conteste vigoureusement (sans convaincre) : « Ce ne sont ni Aulas ni les gones fachos que j’aime. C’est l’OL féminin et un souvenir : ah, les coups francs de Juninho... »



Ajouter un commentaire

Par l’équipe de CQFD


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir





Anciens numéros



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage pour mobiles