CQFD Mensuel de critique et d'expérimentation sociales, en kiosque le premier vendredi du mois (4 €)

Dans un hôpital du Nord

Nettoyage à sec pour les salariées d’Onet


paru dans CQFD n°193 (décembre 2020), par Tiphaine Guéret, illustré par
mis en ligne le 10/12/2020 - commentaires

Au début de l’été, les femmes de ménage de l’hôpital de Valenciennes se sont mises en grève. Dans leur viseur, le montant dérisoire de la prime « Covid » promise par Onet, l’entreprise qui les emploie pour le compte de l’établissement public. Cinq mois après leur mobilisation, à quoi ressemble leur quotidien ?

Par La Force Née {JPEG}

« Nos vies valent 150 € ». Accrochée à la rubalise entre deux arbres, au beau milieu d’un parterre de rhododendron, la banderole a attiré les caméras et les micros des médias. La scène se passe fin juin, devant l’hôpital de Valenciennes (Nord). Autour du calicot, des dizaines de femmes, quelques hommes ; des chasubles « CGT » et des chariots de nettoyage siglés « Onet » : un piquet de grève tenu par les salariées chargées du nettoyage du centre hospitalier.

À Valenciennes comme dans beaucoup d’hôpitaux de France, ce ne sont plus les ASH, ces « agents de service hospitalier » de la fonction publique, qui font la majeure partie du ménage, mais les employées d’une entreprise privée. Et à Valenciennes, comme dans beaucoup d’hôpitaux de France, c’est Onet qui a remporté le marché. Si le nom de l’entreprise est si souvent cité dans la presse, ce n’est pas pour sa qualité de leader du secteur de la propreté, mais plutôt parce que chez Onet, les grèves se suivent et se ressemblent.

En mars dernier, ce sont les personnes en charge du nettoyage du CHU de Nantes qui ont débrayé. En octobre, c’étaient les nettoyeurs et nettoyeuses des chaînes de production d’Airbus à Toulouse. Quant aux femmes de ménage de l’hôtel parisien Ibis Batignolles, en grève depuis juillet 2019, elles n’ont toujours pas repris le travail à l’heure où ces lignes sont écrites.

À Valenciennes comme ailleurs donc, si les salariées d’Onet se sont mobilisées, c’est avant tout pour défendre leur droit au respect.

Un zéro de moins

Au centre hospitalier, en cette fin juin, c’est la décrue : la première vague de l’épidémie de Covid-19 est passée et l’heure est aux comptes. Pour le personnel soignant, la prime a été fixée à 1 500 €. Pour les employées d’Onet, une rallonge est également prévue. Mais avec un zéro de moins : 150 € donc qui, cinq mois après, ne passent toujours pas...

« Comme tout le monde, on n’a pas lésiné sur nos heures, on a reculé nos congés, etc. Alors quand la direction d’Onet nous a dit qu’on allait recevoir cette somme, pour nous c’était vraiment la prime de la honte. » Au téléphone, Mélanie Dinato, salariée de l’entreprise et déléguée syndicale CGT, revient sur ces sept jours pendant lesquels 98 % des salariées en CDI ont débrayé [1] : « On y était dès 5 heures du matin, quand on n’y dormait pas. Devant la direction de l’hôpital et devant celle d’Onet-Valenciennes aussi. »

Mais au premier round des négociations avec l’entreprise, les choses ne se sont pas passées comme espéré : « Je suis entrée dans le bureau et le directeur d’Onet m’a dit : “On a quelque chose pour vous, vous n’allez pas en croire vos yeux  !” Résultat des courses : on nous a sorti un Pass’ piscine et un bon essence de 30 €. » Autant dire que les chariots de Mélanie Dinato et de ses collègues n’ont pas recommencé à arpenter les couloirs de l’hôpital l’après-midi même.

Les grévistes ont finalement arraché de haute lutte 400 €, assortis de 100 € supplémentaires versés en trois fois. D’après Mélanie Dinato, « ces 100 €, c’était seulement si on ne bougeait pas, si on ne faisait plus grève » [2].

Manque de moyens humains

« Pour des nanas comme nous, beaucoup de mamans célibataires avec des petits salaires, sept jours de grève, c’est balèze  ! », s’enthousiasme la syndicaliste avec fierté. Avant de tempérer : « Mais dans le porte-monnaie, ça n’a pas changé grand-chose : les jours de grève n’ont pas été payés. » Quant à la reconnaissance et au confort de travail, ni l’une ni l’autre ne semblent avoir progressé.

Sans compter que début novembre, les cadences se sont à nouveau emballées : « On accueille de plus en plus de malades du Covid et ces chambres-là demandent plus de temps pour être nettoyées : on les fait en trois fois, avec des produits différents et avec un temps de séchage. Il faudrait une heure et demie par chambre pour respecter le protocole sans stresser. Nous, on nous demande de boucler ça en une heure. » [3] Et les choses pourraient encore empirer : « Si demain une des salariées en CDI à 35 heures s’en va, on proposera à celle qui la remplace un contrat à 28 ou 30 heures », dénonce Mélanie Dinato, en insistant sur le fait que plus de la moitié de l’équipe est composée de salariées en CDD à temps partiel.

La situation de ces travailleuses [4], Émile Vendeville ne la connaît que trop bien. Secrétaire de l’union locale CGT de Valenciennes, il faisait déjà partie du monde syndical en 2011, quand l’hôpital a décidé d’externaliser les tâches de nettoyage des chambres. « Lorsqu’on fait appel à la sous-traitance, c’est la loi du marché qui prend le relais. Les contrats sont raflés par le moins-disant, donc les entreprises pressurisent et rabotent tout ce qu’elles peuvent. L’économie effectuée par le donneur d’ordres, ici l’hôpital public, est réalisée sur le dos des salariées : si une chambre peut être faite en 15 minutes, alors c’est qu’elle peut être faite en 12. » Le syndicaliste poursuit : « C’est pour cette raison qu’Onet a refusé aux salariées de Valenciennes la reconnaissance de “travail en milieu sensible” qu’elles revendiquent depuis longtemps : ça aurait un peu augmenté les salaires et Onet n’aurait plus été aussi concurrentielle. »

Gants trop grands et mise en danger

En période de crise sanitaire, la reconnaissance des risques auxquels ces travailleuses sont exposées prendrait pourtant tout son sens. Également salariée d’Onet, et secrétaire du CSE [5], Séverine Ladrière arpente chaque jour, dès 5 heures du matin, le hall et les couloirs de l’hôpital de Valenciennes, juchée sur sa machine autolaveuse :

« Je nettoie partout où passe le Covid. » Pour elle, la plupart des journées de travail commencent par un combat : « C’est rare que j’arrive le matin et qu’il y ait tout ce qu’il faut. Une fois ce sont des gants qui manquent ou qui ne sont pas à la bonne taille, la fois d’après c’est un produit qui n’est pas là. » Séverine Ladrière relate aussi que si les femmes de ménage chargées des chambres étaient correctement équipées au début de la crise sanitaire, celles qui s’occupent des bureaux des cadres et des secrétaires ont dû batailler pour obtenir des masques : « Onet nous disait que ce n’était pas nécessaire. Ça a duré parce que l’entreprise et l’hôpital se renvoyaient la balle pour savoir qui devait fournir le matériel. »

Autre défaillance du système de sous-traitance sur laquelle la crise sanitaire a mis un coup de projecteur : la transmission des informations. Entre le donneur d’ordres et l’entreprise, le canal semble parfois brouillé. « Il y a quelques jours, une de mes collègues était sur le point de nettoyer un bureau infecté sans le savoir, raconte Séverine Ladrière. Heureusement, la secrétaire d’en face l’a arrêtée en lui disant de ne pas entrer sans protections complètes parce que la personne qui occupait le bureau n’était pas là : elle avait attrapé le Covid. Tout le monde était au courant sauf nous. »

Un caillou dans la chaussure d’Onet

En revanche, s’il y a une ligne sur laquelle le courant passe, c’est bien celle qui relie les employées d’Onet : « Cette grève n’a pas changé le fond des choses, mais elle nous a permis de créer de la solidarité avec des salariées d’Onet dans d’autres hôpitaux qui étaient en grève pour les mêmes raisons. Avec les filles de Montpellier par exemple, on s’appelait pour se dire ce que chacune avait obtenu et on demandait les mêmes avantages. » Séverine Ladrière conclut : « Même entre nous ça a créé des liens : comme certaines commencent à 5 heures tandis que d’autres finissent tard le soir, avant la grève on ne se connaissait pas toutes. Aujourd’hui, c’est bien différent... »

Tiphaine Guéret

JPEG

- Cet article est issu du n°193 de CQFD, en kiosque du 4 au 31 décembre. En voir le sommaire.

  • Ce numéro est disponible chez près de 3 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente près de chez vous, cliquez ici.
  • Pour recevoir les prochains numéros dans votre boîte aux lettres, vous avez la possibilité de vous abonner.

Notes


[2Contactée, l’entreprise Onet n’a pas donné suite à nos nombreuses sollicitations.

[3Les salarié·es de la fonction publique hospitalière réclament également plus de moyens humains.

[4Les personnes chargées du nettoyage de l’hôpital sont très majoritairement des femmes.

[5Comité social et économique d’une entreprise.



Ajouter un commentaire

Par Tiphaine Guéret


Dans le même numéro


1 | 2

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage classique