CQFD

Mais qu’est-ce qu’on va faire du…

Mais qu’est-ce qu’on va faire de… ?


paru dans CQFD n°147 (octobre 2016), rubrique , par Julien Tewfiq
mis en ligne le 17/03/2019 - commentaires

C’est la plus simple et la plus complexe à écrire de nos chroniques : le « Mais qu’est-ce qu’on va faire de… ? » Trouver une tête-à-claques à claquer, un concept fumeux à fumer, une quiche à entarter… ce n’est pas ce qui manque ! Et pourtant, en ce premier octobre 2016, avant-dernier jour de bouclage, nous n’avons toujours pas de « Mais qu’est-ce qu’on va faire de… ? » La faute à qui ?

La faute à notre déontologie du LOL : cet article doit nous amuser ! Et parfois, c’est comme tout, ça ne vient pas. On reste sur le bord de la page blanche, l’imagination en berne et la plume sèche. Faire le portrait mordant d’un François Fillon qui dit (sans rire) qu’« il faut laisser plus de libertés aux travailleurs, je ne veux pas que l’inspection du travail dicte sa loi  [1] »  ? Trop facile. Et pourquoi pas reprendre les tweets de Nadine Morano à la mode « chroniqueur trop impertinent de France Inter » ? C’est marrant mais nos lecteurs attendent un peu plus d’analyse et d’inattendu.

La faute à notre procrastination ! On s’y prend un peu au dernier moment. Par exemple, faire une enquête sur l’anti-bio Gil Rivière-Wekstein, fervent défenseur des OGM et de l’agro-industrie, demanderait du temps et du sérieux. En moins de quatre heures, mission impossible.

La faute aussi au manque de place. On aimerait bien honorer Cazeneuve rien que pour le plaisir d’écrire ce genre de conclusion : « Gazeneuve ou la lacrymocratie fait homme ». Mais faire le portrait de ce petit apparatchik déguisé en flic mériterait plusieurs pages de notre mépris le plus profond. Et on n’a pas la place.

La faute aussi à notre provincialisme marseillo-centré car on aurait pu aligner la RATP. Entre la nouvelle campagne d’affichage anti-fraudeurs dont on se demande à quoi se droguent les auteurs et la nouvelle politique maison consistant à armer les milices de sécurité du métro parisien, il y avait de quoi faire. Mais, comme disait l’autre : « Oh con ! Mais nos lecteurs, ils les ont pas vues tes affiches, oh fada ! T’as pas le style, toi ! »

La faute à notre manque de moyens car nous rêverions de nous offrir un Bernard de la Villardière, son émission « Dossier tabou » sur l’islam et M6 qui la diffuse tellement tout ça sent fort la… manipulation, le sensationnalisme et l’islamophobie décomplexée. Mais on n’a pas la télé ! Et surtout, sans mauvaise foi, d’autres le font mieux que nous [2].

La faute à notre quête effrénée du scoop ! Car on pourrait se payer un Pierre Gattaz, qui annonce (toujours sans rire) que le Medef créera non pas un mais deux millions d’emplois dans les jours qui viennent... si et seulement si le gouvernement veut bien continuer à l’écouter sagement. Mais on l’a déjà fait ! De même que nos têtes-à-tartes favorites, la climato-comique Maud Fontenoy, le techno-gourou Xavier Niel, l’agro-industrio-capitaliste Xavier Beulin, le philo-gna-gna-gna Finky, etc. Quoique… Finkielkraut ? Non, lui, il n’y est pas encore passé ! Tiens, tiens. Je note.

La faute, enfin, à notre exigence de camaraderie : nous attendions un petit bijou traitant des pubs, des bloqueurs de pubs et des bloqueurs de bloqueurs de pubs sur Internet… Seulement notre nouveau collaborateur et non moins copain était un peu trop débordé ce mois-ci pour nous livrer à l’heure. Mais il ne perd rien pour attendre ! Pour novembre, il a intérêt à nous livrer à temps s’il ne veut pas être le prochain sujet du « Mais qu’est-ce qu’on va faire de… ? »

Julien Tewfiq

Notes


[1Discours à Tours, 30 septembre 2016.

[2Voir « #DossierTaBouche » ou comment Widad et Sihame piratent M6 : https://www.youtube.com/watch?v=g5uKD4hLKbo&feature=youtu.be



Ajouter un commentaire

Par Julien Tewfiq


Dans le même numéro


1 | 2 | 3 | 4 | 5

Voir





Anciens numéros



Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts