CQFD

Les islamophobes, mais qu’est-ce qu’on va faire d’eux ?


paru dans CQFD n°105 (novembre 2012), rubrique , par Mathieu Léonard
mis en ligne le 09/01/2013 - commentaires

Êtes-vous atteint d’islamophobie ? Les symptômes [1] sont multiples et aisément décelables. Vous vous plaignez de ne plus trouver de l’andouille de Guémené à moins de 5 kilomètres de votre HLM, celle-ci ayant été remplacée chez le boucher par des saucissons de dinde hallal ? Vous êtes scandalisé que votre enfant au retour de l’école vous jure « sur le Coran » qu’il n’a aucun devoir à faire à la maison – au lieu de jurer « sur la tête de [sa] mère » comme il serait convenable de le faire ? Vous souffrez silencieusement de ne pas pouvoir déguster une binouze avec votre kebab-salade-tomates-oignons-sauce-blanche, parce que le restaurateur l’a déclarée « haram » dans ses murs ? Vous ressentez une frustration aiguë à la vue de ces jeunes filles qui portent le hijab comme pour vous signifier spécifiquement que toute histoire sentimentale entre elles et vous est impossible – à moins que vous ne vous laissiez pousser une barbe sans moustache et que vous revêtiez un joli qamis saoudien modèle Sultan Al-Khayr (prix conseillé 17,96 euros) ?

Si vous êtes sensible à une ou deux de ces manifestations d’humeur, c’est que vous vous affligez – comme 60 % de nos compatriotes à en croire les sondages biaisés du Figaro – des progrès de l’islamisation « sans-gêne » dans la société française, européenne, occidentale, civilisée, tolérante et de bon goût.

Depuis quelques années, une crispation ouvertement « islamophobe » a le vent dans les voiles. Blogs et sites pullulent sur la toile : novopress, fdesouche, riposte laïque, observatoire de l’islamisation, enquête & débat, etc. Comme dans le cochon tout est bon, la blogueuse Christine Tasin, grande exaltée de cette nébuleuse, a récemment cherché à instrumentaliser le débat sur le mariage gay pour tenter de le dresser contre l’islam. Poussant à la surenchère, elle met « au défi Charlie Hebdo de montrer Mahomet en train de se faire sodomiser », reprochant aux pas-si-téméraires caricaturistes de l’hebdo de Charb de ne s’attaquer qu’à l’église catholique, qui est bonne fille comme on le sait, mais pas assez aux mahométans, qui eux foutent vraiment les chocottes avec leur barbe teinte au henné et leur poignard incurvé qui a l’air de faire très très mal.

Ex-chevènementiste, Tasin est – avec Pierre Cassen, débonnaire correcteur de presse proche de la LCR, animateur de Riposte laïque – l’organisatrice de la marche contre le « fascisme islamique » qui a réuni un petit millier de ces nouveaux croisés à Paris le 10 novembre. Les slogans, du style « La police avec nous contre les islamo-racailles », « La charia ne passera pas », ou encore « UOIF, frères musulmans, salafistes, tous ça c’est des racistes et des fascistes » ont paru convaincre jusqu’aux quelques crânes rasés qui accompagnaient le défilé. Comme l’affirme Cassen, qui fait l’apologie de l’action des identitaires sur le toit de la mosquée de Poitiers le 18 octobre, ce qui compte c’est l’« union des patriotes » car face à l’urgence les « divergences sont totalement secondaires ».

Ainsi, cette nouvelle passion française cherche à rassembler bien au-delà des clivages traditionnels en créant une passerelle entre certains laïcards affolés et les authentiques fachos. Parmi ces obsessionnels, abusivement autoproclamés résistants, on trouve aussi quelques poignées de militants se revendiquant du féminisme, du républicanisme jacobin, du gaullisme, du catholicisme, de la cause homo, de l’ultra-sionisme, de l’athéisme, voire du marxisme, etc. Leur angoisse commune ? Tous se sentent menacés par le « communautarisme », cet autre élément de langage qui sert de « métaphore au racisme respectable » (Tévanian), c’est-à-dire joue comme un « moyen de désigner, sans avoir à le nommer, un groupe racialisé, le plus souvent les Arabes, les Noirs et/ou les musulmans. » [2]

Avant-poste de la concrétisation du « choc des civilisations », ou simple prurit compulsif ? L’expression idéologique de ces démangeaisons malsaines fait office en tous cas de laboratoire inavouable dans lequel Jean-François Copé et autres « briseurs de tabou » [3] médiatiques vont puiser leurs arguties paranoïaques sur le péril islamique qui menacerait le pays du saucisson et du pinard.


Notes


[1Les observations suivantes sont de véritables choses vues ou entendues.

[3Voir l’article de Sébastien Fontenelle ici.



3 commentaire(s)
  • Le 12 janvier 2013 à 14h58, par ML -

    ERRATUM

    Dans l’article sur les « Islamophobes » du CQFD n° 105, Pierre Cassen, animateur du site Riposte laïque, est présenté « comme un débonnaire correcteur proche de la LCR ». Or nous devons corriger le fait que Pierre Cassen était typographe et non correcteur, qu’il est passé par le PC, la LCR puis le PS dans les années 80 et enfin qu’il a été exclu de la section retraités de la Chambre typo CGT en raison de ses écrits xénophobes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2017 à 02h20, par Non mais ! Ni dieux, ni maître ! -

    « UOIF, frères musulmans, salafistes, tous ça c’est des racistes et des fascistes »

    on peut être lecteur de CQFD, anti-nationaliste (antipatriotisme), antifasciste, antiraciste et penser cela aussi !

    Répondre à ce message

    • Le 23 février 2017 à 18h29, par Mathieu Léonard -

      En effet, on peut le penser, mais le voir scander par d’autres racistes et fascistes, cela pose une certaine ironie, non ?

      Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Mathieu Léonard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts