CQFD Mensuel de critique et d'expérimentation sociales, en kiosque le premier vendredi du mois (4 €)

L’exil et la révolte

Le voyage inattendu d’un anarchiste syrien


paru dans CQFD n°171 (décembre 2018), par Mathieu Léonard, illustré par
mis en ligne le 30/01/2019 - commentaires

Après avoir connu la révolution à Alep, la guerre civile, l’exil en Turquie puis la traversée vers la Grèce sur un bateau de fortune, Edd Thawra [1] a pu se forger, à 22 ans, quelques convictions bien affirmées. Nous l’avons rencontré à Thessalonique, carrefour antique entre Orient et Occident, où il milite dans un groupe anarchiste et suit des études d’informatique.

Photo Martin Barzilai {JPEG}

***

En cette fin d’octobre 2018, devant la gare de Thessalonique, une petite dizaine d’activistes collent des affiches et distribuent Bulletin, une revue en quatre langues (grec, français, anglais, arabe), auprès des sans-papiers du quartier. Edd Thawra participe au collectif Clandestina-Network. Il a même contribué à rédiger la déclaration de principes : « Nous sommes un groupe de militants locaux et migrants  », « anti-discriminations », qui « vise à aider à briser les barrières de la communication et à unir nos luttes dans la ville avec celles dans les camps de migrants.  » Quelques jours plus tard, Edd nous raconte sa trajectoire autour d’un café.

*****

Révolution à Alep

« Je suis originaire de Sukkari, un quartier pauvre d’Alep. Ma famille est sunnite. Au moment du soulèvement, j’avais 15 ans. En 2011, l’armée de Bachar contrôlait encore la ville, mais en 2012, des milliers de personnes sont descendues dans la rue tous les jours. Notre quartier était très conservateur, pourtant des femmes non voilées pouvaient venir manifester. Et inversement, dans les quartiers de la classe moyenne, les gens des quartiers populaires soutenaient les protestations. Tous les gens d’Alep étaient mélangés et unis à cette période.

Avant la révolution, la culture politique était très pauvre, le nationalisme arabe du parti Baas monopolisait toute la presse et la production éditoriale. Facebook était bloqué, on devait utiliser des serveurs proxy pour avoir accès aux réseaux sociaux. Nous n’avions aucune base théorique, aucune idée préétablie, alors nous avons appris par notre propre pratique, influencés aussi par Omar Aziz ou Razan Zaitouneh [2].

La plupart des pauvres étaient apolitiques, ils avaient avant tout une façon émotionnelle de réagir aux injustices et à la dictature. Le soulèvement a eu un grand impact sur les mentalités en Syrie, certains sont devenus plus religieux, d’autres athées. Depuis la révolution, je ne crois plus en Dieu. Les bombardements incessants sur les quartiers rebelles ont également conduit à la confessionnalisation de la population qui se trouvait coincée sans aucun soutien extérieur. Face à la mort, c’était cela ou la fuite.

Je n’ai jamais cru à la solution militaire, j’étais contre les armes. Au départ, l’Armée syrienne libre (ASL), constituée de déserteurs, œuvrait pour la protection de la révolution, mais avec le temps, elle s’est comportée comme un gang et des éléments islamistes s’y sont joints. Le régime arrêtait tous ceux qui cherchaient à s’organiser autrement et les torturait. Dans mon quartier, j’ai assisté à l’arrestation de deux frères communistes qui étaient revenus de Grande-Bretagne pour participer à la révolution. On ne les a jamais revus. À la même époque, le régime a libéré près de 300 islamistes qui sont devenus les leaders de la rébellion. Il a manœuvré pour favoriser l’islamisation de la révolution afin de justifier ses tueries au yeux du monde. Puisque l’islamisme constituait la principale menace depuis le 11-Septembre, le régime prétendait agir dans une lutte antiterroriste globale. »

Un radeau pour Lesbos

« Quand l’armée de Bachar a repris le contrôle de mon quartier, j’ai vécu un an de terreur, car il devenait de plus en plus difficile d’échapper à la conscription. Puis, j’ai passé six mois dans les quartiers rebelles, mais c’était intenable : il y avait des explosions de bombes-barils tous les jours. J’ai quitté la Syrie fin 2014, seul. Je suis passé en Turquie par le canton d’Idleb. À cette époque, l’armée turque ne tirait pas à vue sur les clandestins. À Gaziantep, j’ai pu trouver un boulot grâce à une connaissance. Puis, j’ai décidé de partir de Turquie en 2016 parce que le climat social et religieux devenait de plus en plus pesant. Avec Erdoğan, j’ai l’impression que ce pays s’enfonce dans l’obscurantisme.

Afin d’aller en Grèce, j’ai dû payer un passeur pour prendre un rafiot pourri qui m’a conduit à Lesbos. Contrairement à l’image véhiculée par les médias, mon bateau n’était pas rempli de jeunes migrants célibataires, mais en majorité de familles avec enfants. Bien sûr, j’avais peur pour moi-même, mais quand je suis monté dedans, j’eus d’abord cette pensée terrible  : “ Et si tous ces enfants mouraient noyés cette nuit ? ” Prendre un canot de fortune, c’est prendre un billet pour l’inconnu, parfois pour la mort.

À l’arrivée à Lesbos, Frontex nous a pris en charge et conduit au camp de Moria, qui était un camp ouvert à l’époque. Aujourd’hui, c’est une prison. Après deux jours, j’ai pu aller à Athènes. Puis à Thessalonique.

L’arrivée en Europe a été un choc et un éblouissement. Ici, on peut lire et dire ce qu’on veut sans ressentir le sentiment de peur. Cette terreur suscitée par le parti Baas en Syrie demeure pourtant. Chez les générations plus âgées, c’est encore plus marqué. Un ami m’a raconté que ses parents, pourtant réfugiés au Canada, restent tétanisés dès qu’on évoque le régime. Ils se murent dans le silence. La peur des moukhabarat [services de sécurité] est omniprésente. »

Cette gauche pro-Assad

« Je continue à partager des points de vue avec des camarades syriens à Athènes ou sur la page Facebook Syrian anarchists. Durant une manif de gauche à Athènes il y a quelque temps, certains militants grecs brandissaient le drapeau du régime, un camarade syrien les a interpellés violemment, mais visiblement aucun des manifestants n’a su quoi lui répondre. Eux-mêmes ne savent pas pourquoi ils se font les complices de cette dictature. La révolution syrienne a été un test d’internationalisme pour la gauche occidentale, qui l’a manqué.

Beaucoup d’anti-impérialistes soutiennent également l’Iran, qui est un État islamique, alors qu’ils n’accepteraient jamais chez eux un tel régime d’oppression. Toléreraient-ils le voile obligatoire ? De même à propos de la cause palestinienne, la plupart s’en foutent des Palestiniens, c’est juste un prétexte pour tenir un discours anti-américain et antisioniste. Le mensonge de l’État syrien repose en partie sur son faux antagonisme avec Israël. En réalité, si Israël n’existait pas, le régime n’existerait pas non plus. Toute sa propagande tend à confondre juifs et sionistes dans l’esprit des Syriens ordinaires. Elle a contribué à dépolitiser la question palestinienne et sert à masquer ses propres crimes. Je supporte la lutte des Palestiniens contre l’État raciste d’Israël mais je ne soutiens pas le nationalisme, ni les politiques autoritaires du Hamas ou du Fatah. J’ai grandi avec des Palestiniens en Syrie, le régime avait créé un département de sécurité juste pour les contrôler...

Personnellement, je refuse de travailler avec la gauche autoritaire qui aurait une position pro-Assad, quand bien même elle participerait à la solidarité avec les migrants. À l’heure actuelle, je ne soutiens aucun des acteurs en Syrie : ni l’ASL, ni le YPG [milice kurde], ni a fortiori les djihadistes ou Assad. Tous se sont fourvoyés. Je peux éventuellement discuter avec des gens qui supportent les deux premiers groupes, pas avec les autres.

Je n’aime pas quand on me demande si je souhaite retourner un jour dans mon pays. D’abord, parce que je ne crois pas aux frontières. Je pense que la Terre est un endroit pour tout le monde. Toutefois, si un miracle se produisait et que la dictature tombait, j’aimerais contribuer à construire une société meilleure. »

Propos recueillis par Mathieu Léonard

Notes


[1Le nom a été modifié.

[2Omar Aziz était un des théoriciens des comités locaux de coordination, bases d’auto-organisation de la révolution syrienne. Il est décédé dans les geôles du régime en 2013. Razan Zaitouneh est une avocate et militante des droits de l’homme, disparue depuis le 9 décembre 2013 à Douma, probablement enlevée par les djihadistes de Jaych al-Islam.



6 commentaire(s)
  • Le 6 février 2019 à 11h06, par Lys des champs -

    Témoignage plus qu’intelligent et fin. Merci de l’avoir recueilli et mis en ligne. Juste une précision par rapport à la note 2 : Razan Zaitouneh a été enlevée en décembre 2013.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2019 à 01h48 -

    Cet interview n’est qu’une suite d’arguments utilisés depuis 2011 par la propagande, rien de nouveau, rien de personnel, des choses aberrantes, bref, cet "anarchiste syrien" l’est certainement autant qu’Omar Aziz, encore une fois présenté comme tel alors que ce personnage n’a jamais rien écrit d’anarchiste, il a demandé aux "conseils locaux" de se soumettre au CNS et à l’ASL, tous deux créés par les Frères Musulmans. Cet "anarchiste" était réfugié en Arabie Saoudite, pays tellllement plus libertaire que la Syrie... cette propagande est éculée, il est honteux de la retrouver en 2019

    Répondre à ce message

    • Le 22 février à 10h38, par ML -

      Bonjour Merci pour votre remarque tout en compréhension subtile de la situation syrienne.

      Pour prolonger la "propagande", je vous conseille la lecture de cet ouvrage à paraître prochainement

      https://www.lechappee.org/collections/hors-collection/burning-country

      Répondre à ce message

      • Le 22 février à 19h26, par vincent lenormant -

        C’est une réédition ou une version augmentée, donc toujours rien de nouveau. J’ai parlé de Leila Shami dans mon article "gauche révolutionnaire, la grande manipulation", où je dénonce la fabrication de faux anarchistes syriens pour les besoins de la propagande de guerre. Cette britannique ne sachant pas parler arabe est proche de Charles Lister, personnage-clé de la propagande de la guerre de Syrie, qui était en liaison avec les groupes "rebelles"... sans cesse présentés comme des civils, jamais d’images d’homme armés... alors que ces mêmes rebelles ne se sont jamais cachés sur internet (pour recruter) et ont toujours affiché leurs armes lourdes et leur sectarisme. Essayez d’imaginer des gentils rebelles progressistes et désarmés côte à côte avec des coupeurs de têtes wahhabites, ensemble contre le vilain dictateur, voilà ce que dit la propagande depuis 8 ans. C’est trop tard maintenant, la vérité finit toujours par apparaître. La BBC vient de reconnaître que l’attaque "chimique" contre Douma était une mise en scène. Allez faire un tour à Alep, dont on disait qu’elle était totalement détruite après sa "chute" au main de l’horrible Bachar qui allait tuer toute la population. Allez demander aux Alépins ce qu’ils pensent de ces "rebelles" qui violaient leurs filles.

        Répondre à ce message

        • Le 23 février à 14h24, par Mathieu Léonard -

          @Vincent Lenormant.

          Votre fausse expertise complètement binaire et complotiste n’abuse que les idéologues et les gogos (ce sont quelque fois les mêmes). Vous êtes de ces mercenaires propagandistes automandatés qui ne lasse pas de laisser perplexe...

          Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Mathieu Léonard


Dans le même numéro


1 | 2 | 3

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts ø Affichage classique