CQFD

La révolution au village


paru dans CQFD n°132 (mai 2015), rubrique , par Iffik Le Guen, Julien Tewfiq, illustré par
mis en ligne le 22/06/2015 - commentaires

Dans le Sud-Est, le démantèlement du service public postal bat son plein. Sauf qu’à Saint-Paul-lez-Durance, la résistance s’organise, depuis le 20 février dernier, autour de personnages hauts en couleur. Reportage au cœur d’un village gaulois dans toute sa splendeur.

Par Julien Tewfiq. {JPEG} En ce jeudi 23 avril, alors que la froideur de la nuit jette ses dernières piqûres, une petite équipe de reporters de CQFD s’ébroue pour covoiturer en direction de Saint-Paul-lez-Durance. Ce village de 900 habitants, sis entre Sainte-Victoire, Luberon, Verdon et… le centre du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Cadarache, va être, en effet, le théâtre de la première opération escargot de son histoire. L’objectif de ce branle-bas de combat, qui mobilisera une centaine de personnes, est de bloquer, dès potron-minet, l’entrée des techniciens et ingénieurs dans le centre de Cadarache. La raison de la colère ? La direction régionale de La Poste veut en finir avec le bureau postal saint-paulais qui continue, envers et contre toutes les restructurations, à lui résister.

Fin février donc, Jean-Luc, le postier qui assure les permanences au bureau de Saint-Paul – d’ores et déjà réduites à deux heures chaque matin du lundi au samedi –, alerte la petite communauté villageoise de la fermeture dudit bureau, programmée pour juin, et son remplacement par une agence postale communale. Cette nouvelle structure serait synonyme de dégradation du service rendu aux usagers et constituerait la dernière étape avant le passage au relais postal chez un commerçant [1]. Dans la foulée d’un premier rassemblement, une pétition est lancée [2], un calendrier d’actions à mener toutes les trois semaines est établi et une association de défense du service public postal est constituée. Autour de la table de la boulangerie de Saint-Paul transformée en QG de la contestation, alors que le soleil vient de se lever, Jean-Luc prend la parole  : « On s’est vite rendu compte que c’est l’ensemble du territoire qui risquait de faire les frais de cette stratégie de la Poste à l’occasion de débats publics organisés à Jouques, Peyrolles, Vinon… Partout les habitants s’inquiétaient de ce désengagement des services publics annonciateur de désertification rurale accélérée. »

Comme prévu, à 7 heures 30 pétantes, le cortège s’ébranle. Au cours de cette marche revigorante de près de quatre kilomètres, certaines discussions s’attardent sur l’importance de la présence du facteur. Bernard  : «  Le facteur connaît tout le monde dans le village, les problèmes de pension, de santé, d’isolement. Ce n’est pas un cliché, il reste le lien direct et permanent avec les habitants.  » Le long de la route, nous pouvons entendre le concert de klaxons entonné par les employés de la zone artisanale et commerciale tandis que les automobilistes, passant dans l’autre sens, nous saluent amicalement. Même constat vers 10 heures lorsque le tractopelle et le camion-plateau, ouvrant la marche, entament leur dernier tour de rond-point devant le centre de Cadarache et que le bouchon de 10 kilomètres commence à se résorber. Les centaines de véhicules de tous types et de toutes origines qui s’engouffrent dans le centre du CEA ne montrent aucune mauvaise humeur à l’égard de ces drôles de gastéropodes scandant des appels au rassemblement dans la lutte.

C’est le moment d’entamer le périple du retour vers le village où un barbecue attend les participants. L’équipe de CQFD, par pur professionnalisme, décide de faire un arrêt au bar de la mairie, histoire de prendre la température. Hélas, nous sommes accueillis par un tenancier corse des plus taciturnes qui affichent fièrement au-dessus du comptoir les couleurs du PSG et par trois caméras qui scrutent le moindre centimètre carré de la minuscule placette. Nous filons donc vers des lieux plus hospitaliers. « Ici, on boit du rouge, pas du jaune  ! », nous rassure aussitôt Jean-Luc, carrure de déménageur et bouille de moine camembert. Natif du pays et endurci par des années de militantisme à la CGT au niveau national, il ne veut surtout pas monopoliser la parole pour prévenir toute dérive vers « le culte de la personnalité ».

Il passe alors le crachoir au trio féminin – « les drôles de dames » comme les appelle celui qui se sent bien dans le rôle de Bosley – à la tête de l’association. Dominique, « la terrassière », assure la présidence ; Martine, « la boulangère », s’occupe de la vice-présidence ; Brigitte, « la garagiste », tient la trésorerie. Mais autour des tables installées derrière le stade, on trouve aussi Bernard, «  le retraité », Nicole, « la comptable », Ghislain, « le chômeur », Jonathan, « le tagger »… Aucun ne s’était retrouvé jusque-là engagé dans des actions politiques, hormis la défense de l’école du village. Ils sont les premiers surpris de leur combativité et du plaisir qu’ils prennent à lutter.

Tous conspuent les magouilles des « zélus ». Tous moquent l’attitude du maire PS de Saint-Paul, Roger Pizot, « qu’on ne voit jamais, qui ne dit jamais rien, qui préfère tondre sa pelouse ». Ce que les reporters de CQFD peuvent confirmer après plusieurs appels infructueux. « Il est en réunion » ou « il n’est pas en mairie », nous a poliment répondu la secrétaire. Roger Pizot pensait sûrement avoir bien ficelé son dossier en justifiant la démolition du bâtiment abritant l’actuel bureau postal par la construction de logements sociaux. Mais la ficelle était un peu grosse  : « Pourquoi faire ce projet précisément à cet endroit sinon pour arranger la direction de la Poste qui a un beau prétexte pour fermer le bureau ? », s’étonne Jean-Luc. Sans compter la méfiance de certains habitants par rapport à des logements qui pourraient créer un afflux de populations originaires de Marseille. Une méfiance qui perce aussi dans les propos de certains membres de l’association que Jean-Luc essaye de recadrer tant bien que mal. De là à penser que le maire a sciemment choisi cette option pour jeter les ferments de la division au sein du mouvement de contestation…

Mais le calendrier de la lutte n’attend pas. Le 30 mai prochain, les irréductibles villageois organiseront l’enterrement symbolique du service public postal et le petit bourg se couvrira des signes du deuil. A moins que, d’ici là, il ne parvienne à tordre le bras à la direction de la Poste qui avouerait la défaite en rase campagne de ses légions managériales.


Notes


[1L’agence postale communale est le fruit empoisonné d’une convention passée entre le maire et la direction de La Poste qui ressemble à une sorte de bail précaire. Elle peut être signée pour un an renouvelable, ce qui permet à la Poste de la dénoncer en cas de baisse, même légère, du trafic de courriers. Cela revient aussi à faire payer aux habitants deux fois leurs lettres : par les timbres qu’ils achètent et par les impôts locaux dont ils s’acquittent.

[2Elle a déjà recueilli plus de 2 000 signatures, dont 1 000 sur le seul site de Cadarache, qui compte plus de 4 000 employés. Son bureau est également ciblé par les velléités de restructuration de La Poste.



3 commentaire(s)
  • Le 23 juin 2015 à 09h40 -

    "partout où l’Etat avance, la société civile recule"

    "L’Etat règne partout et jusque dans les têtes"

    "L’appareil étatique n’a jamais été une entité philanthropique"

    Citations de l’intro au dossier "Ne plus rien attendre de l’Etat ?", CQFD 131. Mais d’où vient donc ce bureau de poste ? De quelle époque étrange, où "l’Etat règn[ait] partout", sort donc ce vestige bureaucratique ? Et ces gens, que cherchent-ils ? N’ont-ils pas compris que les services de la poste faisaient reculer la société civile ?

    Je m’y perds.

    Répondre à ce message

    • Le 23 juin 2015 à 10h22, par Julien Tewfiq -

      Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

      Il n’y a plus perdu que celui qui ne veut pas comprendre.

      Il n’y a pas de plus vains débats que ceux qui se livrent dans les commentaires.

      Répondre à ce message

      • Le 23 juin 2015 à 15h43 -

        Hélas, il n’y a rien à voir, ni nulle part où se perdre. Vains débats, en effet, sans lieu, ni prémisse, ni même débatteur.

        La seule et unique question qui vaille : que deviennent les enfants attirés par le joueur de flûte de Hamelin ?

        Je crois qu’ils sont noyés par le méchant flûtiste.

        Répondre à ce message

Ajouter un commentaire

Par Iffik Le Guen


Par Julien Tewfiq


Dans le même numéro


1 | 2 | 3 | 4

Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts