CQFD

Éditions le Chien rouge


Créées en 2006, les Éditions le Chien rouge s’inscrivent dans la continuité éditoriale de CQFD. Le Chien rouge veut présenter les multiples éléments et matériaux qui fondent les tentatives de critiques sociales contemporaines. Sans affiliation aux idéologies prétendument émancipatrices qui ont marqué le XXème siècle, le Chien rouge se propose d’éditer ou de ré-éditer des ouvrages qui expriment la permanence des attitudes réfractaires qui continuent, quoiqu’il en soit, dans le monde d’aujourd’hui.

Pour commander les bouquins, plein de solutions : aller en causer à votre librairie, nous adresser ce bon de commande ou nous indiquer tout ça sur papier libre, vous radiner au local de CQFD. Si avec ça on devient pas milliardaires...

Rémi, Sauvage

Les dessins de la série « Sauvage ! » avaient fait sensation dans les premiers numéros de Siné Hebdo.

Depuis, ils ont été poursuivis dans CQFD.

Leur auteur, Rémi, les réunit dans un album de 64 pages tout en couleurs.

2010 - 64 pages - 16 x 24 - ISBN : 9782916542126 - 15.00€ - commander

Sébastien Fontenelle, Vive le feu !

Depuis la petite sauterie du Fouquet ’s, les décomplexés qui nous gouvernent ont un rendement tel que nous aurions tendance à ne retenir que les crapuleries les plus en vue : le bouclier fiscal, le quota de sans-papiers expulsés, l’autoreverse « Casse-toi, pauv ’con ! »... Pourtant, ils ont poussé si loin le mépris et la casse sociale qu’il serait dommageable d’en oublier : de Xavier Darcos à Hervé On-Mar-que-Des-Points-Contre-Les-Talibans-Morin jusqu’au colonel de réserve Brice Hortefeux et Rama L’Afrique-De-Papa-C’Est-Terminé-Yade, en passant par les chantres de l’ouverture Fadelamara et le bon doc Kouchner, ils ne nous ont rien épargné. Sur son blog – « Vive le feu ! » –, Sébastien Fontenelle publie quotidiennement de rageurs départs d’incendie. Le Chien rouge a sélectionné quelques-unes de ses chroniques, autant de petites pierres précieuses pour qui ne veut pas s’égarer dans cet effarant bayou sarkozique.

Juin 2009 - 160 pages - ISBN : 9782916542119 - 10.00€ - commander

Carlo Cafiero, Abrégé du Capital de Karl Marx

« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. »

Cet Abrégé, rédigé en 1878 nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste – « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » – a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend parfois ardue l’approche de l’œuvre originale, ce résumé a d’ailleurs été approuvé par Marx en personne.

L’auteur, Carlo Cafiero (1846-1892), communiste libertaire italien, n’était pourtant pas un disciple du théoricien allemand auquel il s’était opposé lors de la scission de la Première Internationale en 1872. L’avant-propos de James Guillaume nous rappelle le parcours de Cafiero et les tendances qui s’affrontèrent à l’époque au sein du mouvement ouvrier. En Annexe, la correspondance entre Carlo Cafiero et Karl Marx.

2008 - 160 pages - 10.00€ - commander

Bruno Le Dantec, La Ville sans nom, Marseille dans la bouche de ceux qui l’assassinent

Qui a dit ça ? « Je crois que Marseille est incurable à jamais. » « Il faut nous débarrasser de la moitié des habitants. » « Pour que les gens se mélangent, il faut que certains partent. »

Comme dans un combat d’art martial, nous allons utiliser l’élan et le poids de l’adversaire pour le déstabiliser. À travers un inventaire de petites phrases souvent outrancières, ce livre retrace en filigrane l’histoire d’un mépris et d’une obsession. Mépris - et crainte - de dirigeants qui, de Louis XIV au maire actuel en passant par un consul de la Terreur et le gouvernement de Vichy, ont voulu, chacun selon les modes de son temps, changer radicalement le visage de cette ville « pas comme il faut ». Mais Marseille, dernière grande cité d’Europe occidentale dont le centre est encore populaire, cessera-t-elle d’être un port ? Peut-elle tourner le dos à la mer sans perdre son âme ? L’enjeu est local tout autant qu’universel, car exemplaire de la guerre menée partout contre les cultures citadines : l’argent est placé au centre, les êtres humains déplacés en périphérie.

2007 - 112 pages - 7.00€ - commander

Jean Bellemère, Pierre Bissérié, Eugène Hublet, En route, mauvaise troupe !

Un groupe de lycéens nantais publie en 1913 la revue « En route, mauvaise troupe ».

Il y proclame son indépendance d’esprit, sa liberté dans la critique et sa haine des bourgeois, des conventions et de l’armée.

Les élèves de Saint-Cyr s’indignent.

La presse s’empare de l’affaire.

2006 - 59 pages - 6.00€ - ÉPUISÉ

Rémi, Marquis de Sade, Dialogue entre un prêtre et un moribond

« Reviens à la raison, prédicant : ton Jésus ne vaut pas mieux que Mahomet, Mahomet pas mieux que Moïse, et tous trois pas mieux que Confucius, qui pourtant dicta quelques bons principes pendant que les trois autres déraisonnaient. Mais en général tous ces gens-là ne sont que des imposteurs, dont le philosophe s’est moqué, que la canaille a crus et que la justice aurait dû faire pendre. »

D.A.F - marquis - de Sade (1740-1814)

2007 - 48 pages - ISBN : 978-2-916542-04-1 - 11.00€ - commander

Berth, C’est facile de se moquer

Berth est un con. Oh, pas un con méchant, mais un con quand même. Quel que soit le sujet que vous abordiez, ce petit chauve ricane bêtement, cachant sa dentition jaunâtre du revers de sa main aux doigts trop courts. La rougeole du petit, l’arrachage du sac de la vieille, les élections à venir : tout est sujet à sarcasmes pour cet esprit retors. Pis encore : plus vos propos sont sérieux, chagrins, révoltés, généreux ou touchants, et mieux c’est pour qu’il s’en paye une bonne tranche ! Cet individu peu fréquentable se délecte à traîner dans la boue de son trait épais tout ce que vous êtes susceptible de respecter. Si par malheur un coin de nappe se trouve à portée de son feutre mâchouillé, ses vilenies prennent vie sous forme d’abrutis aux longs nez cabossés et aux semelles compensées. C’est ça, Berth : l’absence de tact alliée au mauvais goût, ni plus ni moins. Sans vergogne, l’ignoble a associé ces deux tares pour en faire un métier : dessinateur de conneries.

2008 - 128 pages - ISBN : 978-2-916542-05-8 - 8.00€ - commander

Julio Sanz Oller, Barcelone, l’espoir clandestin

Fin des années 60. La dictature de Franco s’éternise. Durant une garde à vue, Julio, un jeune métallo, se remémore les événements et les personnes qui ont marqué sa participation aux commissions ouvrières. Depuis dix ans, dans toute l’Espagne, ces commissions s’organisent de manière autonome. Mais les partis politiques multiplient leurs efforts pour s’emparer de ce mode de lutte inédit, qui a souvent réussi à faire plier le patronat. Ce récit autobiographique revient sur une histoire méconnue, au tournant d’une époque où tous les aspects de la société ont été remis en question.

2008 - 387 pages - ISBN : 978-2-916542-08-9 - 20.00€ - commander

Derniers articles en ligne



Numéros


Voir






Spip ø Squelette ø Ce site ø Suivre la vie du site RSS 2.0 ø Naviguer en https ø Soutenir CQFD ø Contacts